Vous êtes iciUNIL > Unil Actualités > Professeurs honoraires > Archives > Professeurs honoraires 2011 > Schenk Françoise

Françoise Schenk


Felix Imhof © UNIL
 

> naissance en 1945

> professeure assistante à la Faculté de médecine de l’UNIL en 1984

> professeure associée à la Faculté des SSP de l’UNIL dès 1991

> professeure associée à la Faculté de médecine de l’UNIL dès 1996

> directrice de l’Institut de sciences du sport et de l’éducation physique (1996 à 2004)

> vice-doyenne aux affaires étudiantes de la Faculté des SSP (2001 – 2005)

> professeure ordinaire de la Faculté des SSP et de la FBM dès 2007

 

Françoise Schenk nommée professeure honoraire de la FBM

Physiologiste dans l’âme et chercheuse à la pensée éclectique, Françoise Schenk a enseigné la physiologie de l’activité physique et la psychophysiologie dans la Faculté des sciences sociales et politiques (SSP) et la Faculté de médecine, devenue Faculté de biologie et de médecine en 2003. Elle a été nommée professeure honoraire de l’UNIL dès le 1er août 2011.

Née à Lausanne en 1945, Françoise Schenk fait des études en sciences à l’Université de Lausanne. En 1977, elle y obtient, sous la direction du professeur Michel Dolivo, son doctorat consacré à l’analyse de la distribution spatiale des comportements spontanés du mulot sylvestre (Apodemus).

Dès 1972, elle entame une carrière de chercheuse à l’Institut de physiologie de la Faculté de médecine où elle est nommée privat-docent en 1982. Son enseignement, initialement centré sur la physiologie des activités physiques, est destiné aux étudiants en biologie et en médecine. Nommée professeure assistante à la Faculté de médecine en 1984, Françoise Schenk est recrutée, en 1991, au titre de professeure associée à l’Institut de psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques pour y assurer l’enseignement de la psychophysiologie ; cinq ans plus tard, elle accède également au titre de professeure associée à la Faculté de médecine.

De 1996 à 2004, elle assume la direction de l’Institut des sciences du sport et de l’éducation physique de la Faculté des sciences sociales et politiques. De 2001 à 2005, elle est vice-doyenne aux affaires étudiantes de cette même Faculté. Elle est nommée professeure ordinaire dans ses deux facultés de rattachement le 1er février 2007 et coordonne, avec ses collègues du Centre de neurosciences psychiatriques de Cery, un nouvel enseignement de neurosciences psychiatriques destiné conjointement aux étudiants de Master en biologie et en psychologie.

Une enseignante aux multiples intérêts

L’enseignement de Françoise Schenk est diversifié. Il concerne la psychophysiologie de la mémoire et des émotions, la physiologie de l’activité physique, ainsi que les pathologies du vieillissement. Ses cours abordent les dimensions fondamentales et cliniques des facultés d’adaptation de l’individu ; ils rendent ainsi compte des processus fondamentaux de la santé.

En dehors de l’Université de Lausanne, Françoise Schenk a dispensé des enseignements dans des Hautes écoles spécialisées et s’est investie dans la formation postgraduée et dans la formation continue.

Une pionnière dans l’odyssée de l’espace : « Savoir où l’on est pour se souvenir qui l’on est »

Ses travaux de recherche se sont essentiellement concentrés sur les processus cérébraux qui sont impliqués dans la représentation de l’espace et qui assurent la continuité de l’expérience vécue. Une analyse minutieuse et objective du comportement animal, dénuée de tout anthropomorphisme, lui a permis de mettre en évidence des mécanismes mnémoniques fondamentaux, communs à toutes les espèces de mammifères, qui offrent un éclairage nouveau sur l’ontogenèse de la mémoire épisodique humaine, fondée sur la mémoire de l’espace.

Cette démarche a permis à son équipe d’aborder de manière originale les maladies psychiatriques comme la schizophrénie, la maladie d’Alzheimer, ou le retard mental. On peut ainsi procéder à l’évaluation non verbale de déficits qui s’expriment par des anomalies du comportement chez des patients ou sur des modèles animaux. Dans le cas du retard mental, cette démarche permet d’évaluer au mieux des ressources adaptives potentielles parfois masquées par des difficultés de communication et de comportement.

Une intellectuelle enthousiaste curieuse de tout

À côté de ses nombreuses publications scientifiques parues dans les meilleures revues de son domaine de spécialité, Françoise Schenk s’est interrogée aussi bien sur la dignité de la créature, vue par l’expérimentateur, que sur les processus de décision d’un gardien de but sur la non-finalité des mécanismes biologiques, et surtout sur le devoir d’indiscipline essentiel à l’interdisciplinarité.

prof. Luc Pellerin

 

Recherche actualités
   
   
  Go
 
rss/atom
facebook  twitter  youtube  instagram  itunes 
L'UNIL D'UN JOUR

20_10_14_lumières_160.jpg
Campus lumière

Les archives d'un jour

CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 69211 11  -  Fax +41 21 69226 15
Swiss University