Publications, Projets de recherche et Activités des collaborateurs de la section d'Histoire

| 2013 | 2012 | 2011 | 2009 | Micrologus. Nature, Sciences and Medieval Societies | Micrologus' Library
 

Site web: Section d'Histoire 

Pour accéder à la liste complète des publications de la section d'histoire, cliquez sur ce lien.

2013

Stéphanie MANZI, Une économie de la pauvreté. La comptabilité du couvent des franciscains de Lausanne à la veille de la Réforme (1532-1536)

Cahiers lausannois d'Histoire Médiévale, Lausanne, 2013

http://www.unil.ch/hist/page26703.html

 

Manzi.pngUn document exceptionnel vient éclairer les quatre dernières années de l'existence du couvent de Saint-François de Lausanne : son registre comptable. Datant des années 1532 à 1536, il nous apporte un aperçu détaillé de cette institution religieuse à la veille de la Réforme. Par leur précision, ces comptes nous font réellement entrer dans la vie quotidienne des frères ; ils révèlent leurs dépenses, notamment alimentaires et vestimentaires mais aussi les lourds frais d'entretien des bâtiments conventuels et les rétributions de personnes employées au travail du jardin potager et des vignes. Le document comporte également les rentrées en argent, qui proviennent aussi bien des messes anniversaires fondées par les citoyens de la région lausannoise que de la quête que les frères pratiquent dans un vaste territoire, s'étendant jusqu'en Gruyère et en Valais.

Ainsi, trois siècles après la fondation de l'ordre par saint François d'Assise et l'établissement des franciscains à Lausanne (1258), le couvent vivait encore du revenu aléatoire de la quête et de la prédication, suivant en cela les idéaux originels de pauvreté et d'abandon à la Providence préconisés par l'ordre et son fondateur. Toutefois, les revenus procurés par la quête ne représentent plus que 10% des rentrées, dont la majorité (70 %) est constituée par des rentes provenant des fondations de messes anniversaires. 

Dans les années 1530, ce patrimoine suscitait la convoitise de la commune qui se souciait de la bonne gestion du couvent, ainsi que le prouve l'existence d'un 'protecteur', membre du Conseil de ville et chargé par ce dernier de vérifier la bonne tenue de la comptabilité de l'institution. Après la Réforme, la ville mit définitivement la main sur les biens des frères et conserva le registre comptable dans ses archives où il se trouve encore aujourd'hui.

Ouvrage de 300 pages environ, avec édition complète du compte ainsi que des graphiques et des reproductions en couleurs.

TOP ^

2012

Fanny ABBOTT, Des comptes d’apothicaires. Les épices dans la comptabilité de la Maison de Savoie (XIVe-XVe s.)

Cahiers lausannois d'Histoire Médiévale, vol. 51, Lausanne, In press (2012), ISBN: 2-940110-64-6, ISSN: 1661-965X
CHF 36.- (€ 28), frais de port non inclus

Les épices sont souvent associées à la cuisine médiévale dans l’imaginaire collectif actuel, mais parfois pour de mauvaises raisons : leur usage massif dans la préparation des mets avait prétendument pour but de masquer le goût des viandes et des poissons avariés. Depuis quelques années, les recherches des historiens de l’alimentation ont permis de redécouvrir une gastronomie médiévale inventive et raffinée, dans laquelle les épices ont une place essentielle tant au niveau visuel que gustatif.
Cet ouvrage présente les résultats d’une étude menée sur les épices dans la documentation comptable de la Maison de Savoie aux XIVe et XVe siècles. A première vue moins significative que les livres de cuisine qui permettent de saisir l’utilisation exacte des épices, la comptabilité se révèle néanmoins riche et précise. En effet, l’analyse des données recueillies dans des comptes inédits permet de découvrir la vaste gamme des produits utilisés à la cour de Savoie et d’apprécier les quantités nécessaires à la consommation alimentaire, voire médicinale, du prince et de son entourage. Cette recherche est également l’occasion de s’intéresser aux modes d’approvisionnements : les épices sont achetées à des apothicaires, mais aussi, au XIVe siècle, perçues sous forme de redevances féodales. Les prix et les quantités sont ainsi aisément quantifiables et ouvrent la voie à des études comparatives.
Parmi les produits consommés à la cour de Savoie figurent des ingrédients bien connus comme la cannelle, le poivre ou le safran. Toutefois les mets qui garnissent la table du prince sont agrémentés de bien d’autres saveurs, souvent oubliées aujourd’hui, comme celle du cubèbe, des graines de paradis ou du poivre long. La cuisine médiévale se révèle ainsi recherchée, colorée et riche en arômes et en goûts. 

 

Commander

TOP ^

2011

Ostorero, Martine, Le diable au sabbat. Littérature démonologique et sorcellerie (1440-1460). Florence 2011 (Micrologus' Library 38). Società internazionale del medioevo (SISMEL)-Edizioni del Galuzzo

 

Détails et commande

 

 

 

PIBIRI, Eva, En voyage pour Monseigneur. Ambassadeurs, officiers et messagers à la cour de Savoie (XIVe- XVe siècles), Lausanne, Société d'histoire de la Suisse Romande, 2011.

Du commandement de mon très redouté seigneur pour aller en ambassade. C’est en ces termes que les émissaires du duc de Savoie Amédée VIII (1391-1440) s’adressaient à leur prince lorsqu’ils étaient envoyés en mission : la charge d’ambassadeur résident n’existant pas encore, chaque négociation impliquait en effet un voyage.

Des simples messagers jusqu’aux ambassadeurs, cet ouvrage propose pour la première fois une histoire de ces hommes qui servaient leur maître en parcourant l’Europe, dans un rayon d’action s’étendant du Portugal à l’Ecosse et de la Hongrie à l’Egypte. Il offre une vision globale de leurs missions, en évoquant tant la préparation du voyage que les moyens de transport employés, les itinéraires suivis, les périls affrontés, les problèmes de logement et d’argent, voire même les curiosités « touristiques ».

Négligés par les historiens – qui se sont focalisés sur la figure d’Amédée VIII et ses capacités de fin diplomate, notamment à l’occasion de sa médiation auprès des divers protagonistes de la guerre de Cent Ans – ces officiers voyageurs constituent un rouage fondamental de la politique internationale savoyarde.

Basé principalement sur l’exceptionnelle série de comptes déposée aux Archives d’Etat de Turin, ce livre démontre également comment Amédée VIII a organisé les voyages de ses officiers au niveau législatif, administratif, financier et pratique, afin d’en faire un instrument de pouvoir et de gouvernement aussi maîtrisé que performant.

Dépassant le cadre savoyard, cette étude replace le principat d’Amédée VIII et celui de son fils Louis (1440-1465) dans un contexte européen, en comparant leurs pratiques avec celles en vigueur dans les cours française, bourguignonne, anglaise et milanaise.

EvaPibiri a fait ses études à l’Université de Lausanne, où elle est actuellement maître d’enseignement et de recherche en histoire médiévale. Ses travaux sont centrés sur l’histoire de l’éducation dans les pays romands au Moyen Age et sur la cour de Savoie aux XIVe et XVe siècles.

Pour commander l'ouvrage: www.shsr.ch/

 

 

TOP ^

2009

Andenmatten, Bernard (et alii)Écrire et conserver : album paléographique et diplomatique de l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune (VIe-XVIe s.), Université de Savoie, Université de Lausanne, 2009.

ISBN: 978-2-915797-54-1

 

 

 

 

 

 

 

Commander l'ouvrage

 

Carine DUNAND, Des montagnards endiablés. Chasse aux sorciers dans la vallée de Chamonix (1458-1462)

Cahiers lausannois d'Histoire Médiévale, vol. 50, Lausanne, 2009, ISBN: 2-940110-63-8, ISSN: 1661-965X CHF 36.- (Euro 24.-) frais de port non inclus. Commande: CLHM ou à l'aide du bulletin de commande. 

 Entre 1458 et 1462, la vallée de Chamonix vit plusieurs chasses aux sorciers menées par le tribunal d’inquisition de Genève. Treize personnes au moins, parmi lesquelles quatre hommes et neuf femmes, sont condamnées au bûcher pour hérésie après avoir reçu, pour certaines, des peines exemplaires – une particularité toute chamoniarde. L’épouse du plus riche syndic fait partie des victimes. Une partie de leurs biens sont dévolus au prieur, seigneur spirituel et temporel du mandement.
Ces affaires de sorcellerie s’inscrivent dans un contexte local tendu. Le prieur Guillaume de Ravoire, ouvertement concubinaire, attribue toutes les charges politiques aux membres de sa famille, irritant ainsi des habitants farouchement attachés à leurs libertés. Son fils Jacques échappera pour sa part à une tentative de meurtre, alors que son petit-fils Guillaume II, ne pouvant plus faire face à ces communiers indociles, préférera léguer la vallée à la collégiale de Sallanches en 1519.
Les documents édités et traduits ici sont les rares témoins d’une chasse aux sorciers dans le diocèse de Genève à la fin du Moyen Age. Ils permettent de retracer l’activité de l’inquisition genevoise, encore peu connue. Au milieu du XVe siècle, elle semble en concurrence avec les inquisiteurs dominicains de Lausanne et pratique sa tâche avec zèle. Les vice-inquisiteurs Pierre Ginod et Claude Rup, du couvent de Palais, n’hésitent pas à investiguer dans les régions les plus reculées du diocèse, à l’instar de celle de Chamonix.

Commander

 

 

Roberto BIOLZI, "Avec le fer et la flamme". La guerre entre la Savoie et Fribourg (1447-1448)

Cahiers lausannois d'Histoire Médiévale, vol. 49, Lausanne, 2009.ISBN: 2-940110-62-X

Nous vous ferons la guerre avec le fer et la flamme. C’est en ces termes que le comte de Gruyère, allié des Savoie et de Berne, défia Fribourg au début de l’année 1448. La guerre occasionna des ravages et des déprédations considérables dans la zone orientale du Pays de Vaud et dans les campagnes autour de Fribourg. Entourée par l’ennemi et abandonnée par son seigneur, Albert VI d’Habsbourg, la ville rendit les armes le 16 juillet à Morat, après sept mois de campagne. Toutefois, malgré la victoire, la résistance opiniâtre de la cité occasionna au trésor savoyard une lourde dépense, aggravant une situation économique générale déjà précaire.
Cet ouvrage reconstruit dans le détail ces opérations militaires grâce à l’analyse systématique des sources comptables savoyardes; celles-ci fournissent une vision d’ensemble de l’organisation tactique de l’armée ducale, ainsi que des rouages financiers nécessaires pour rassembler un contingent adapté aux ambitions des Savoie. Basé sur des sources inédites, ce travail offre une vision renouvelée de ce conflit qui, jusqu’à présent, a surtout été connu d’après le récit du notaire fribourgeois Jean Gruyère.
Ouverte à des perspectives comparatistes, cette recherche se veut ainsi une contribution à l’étude de l’histoire de la guerre et de l’administration des Etats princiers à la fin du Moyen Age 

 

Détails

Commande

TOP ^

Micrologus. Nature, Sciences and Medieval Societies

Revue de la Société internationale pour l'étude du Moyen Age latin (SISMEL)

Directeur scientifique: Prof. A. Paravicini Bagliani (Université de Lausanne)

 

Dernière revue parue:

 

Paravicini Bagliani, Agostino (ed.). La madre / The mother. Micrologus XVII (Florence: 2009).

 

 

 

 

 

 

 

 

Détails et commande 

TOP ^

Micrologus' Library


Volumes publiés par la Société internationale pour l'étude du Moyen Age latin (SISMEL)

Directeur scientifique: Prof. A. Paravicini Bagliani (Université de Lausanne)

 

Dernière publication:

BRANCONE,Valentina, Il tesoro dei cardinali del Duecento. Inventari di libri e beni mobili, Firenze: SISMEL, 2009 (Micrologus' Library, 31)

ISBN: 9788884503336
 

 

 

 

 

 

Détails et commande

 

TOP ^

Recherche:
 Go
 
rss/atom
facebook twitter 
Anthropole 5142 - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 29 58
Swiss University