Santé et Travail

(sous la responsabilité de Marie Santiago Delefosse et Fabienne Fasseur)

Le travail ne peut être considéré comme une activité parmi d'autres, puisqu'il implique l'homme dans ses différentes fonctions corpo-socio-psychologiques, non seulement durant les heures de son exercice, mais aussi dans la vie hors travail, qu'il rythme et, parfois, qu'il envahit (rêves, ruminations, etc.). L'homme au travail est totalement mobilisé dans son activité, de manière biologique, cognitive, affective et sociale. Il doit préparer ses actes, les réaliser et les ajuster en temps réel ; décisions et actions qui ont un cadre de contraintes temporelles et qui obéissent à des normes de production.


Etablir un lien de causalité entre travail et santé n'est pas chose aisée. De fait, souffrance et plaisir au travail ne semblent pas être les pôles opposés d'un axe allant du mal-être au bien-être, mais bien plus les axes dialectiques de la fonction psychologique complexe qu'est le travail (Clot, 1999). Le travail peut altérer la santé (effondrements lors de la perte d'emploi ou de la mise en retraite) mais il peut aussi la soutenir (effets positifs de certaines insertions par le travail). C'est dans ce cadre que sont conduits les travaux empiriques dans le domaine "Santé et Travail" de PsyQsa.

Fabienne Fasseur, MER remplaçante et doctorante, sous la direction de Marie Santiago Delefosse, se propose d'étudier les: "Pratiques et expérience de santé des infirmières en lien avec le travail". Cette recherche explore la problématique spécifique des liens existants entre santé et travail dans le monde infirmier. En effet, le rapport subjectif complexe que les infirmières entretiennent avec leur santé n'a jamais été abordé de manière compréhensive et longitudinale. Dépassant la notion « classique » du Burnout et de ses évaluations, au travers des discours, elle va pouvoir accéder aux représentations de la santé et de la maladie ainsi qu'aux dimensions psychologiques de cette expérience. Elle effectue un travail empirique longitudinal en conduisant deux séries d'entretiens, un premier d'orientation phénoménologique et le second centré sur les contenus des premiers entretiens. Dans un troisième temps, des « Focus Groups » permettront d'explorer les significations partagées sur la santé au travail. Ces résultats apporteront des pistes de prévention à l'apparition de pathologies liées au travail que ce soit pour les infirmières mais aussi pour d'autres professions.

Anne Gonin Nicole, assistante diplômée et doctorante sous la direction de Marie Santiago Delefosse, s’intéresse à la façon dont les médecins prennent en charge, au sein de leur consultation, les personnes atteintes de douleurs chroniques d’origine inexpliquée. En l’absence de signes biologiques de la douleur, différentes causes sont envisagées, dont aucune ne fait l’unanimité. L’indétermination du trouble et l’impossibilité de soulager les patients confrontent les médecins à leurs limites et risquent de mettre en danger la relation médecin-patient. Cependant, certains ajustements des pratiques médicales ont été mis en évidence comme « protecteurs » contre les défis présentés par la prise en charge de ces pathologies. Une recherche qualitative sera menée dans le but d’identifier et d’analyser les « pratiques bénéfiques» pour la santé des médecins, pour leur qualité de vie ainsi que pour la sauvegarde de la relation soignant-soigné, pratiques qui permettent d'atténuer les difficultés face aux patients atteints de douleur chronique médicalement inexpliquée.


Juliana Nunes Moreira, assistante diplômée et doctorante sous la direction de Marie Santiago Delefosse, s’intéresse à « l’expérience des transitions de vie des femmes immigrantes qualifiées en Suisse issues d’Etats tiers ». Les recherches portant sur la réinsertion professionnelle de cette population soulignent qu’elle rencontre plusieurs entraves au niveau socio-politique et serait la plus concernée par une déqualification professionnelle. Cependant, ces études se focalisent sur des facteurs isolés traitant de manière partielle la question de leur intégration sociale et professionnelle. En effet, dans une perspective psychologique, la migration et la réinsertion professionnelle peuvent constituer des moments de transition qui impliquent une quête de sens pour l’individu. Cette thèse vise à comprendre les enjeux de ces différentes transitions sur le vécu de ces femmes par la prise en compte des liens complexes entre subjectivité, intersubjectivité et conditions de vie. Une méthode qualitative longitudinale sera utilisée (entretiens semi-structurés réalisés en deux temps). Tant l’hétérogénéité de cette population de femmes que l’influence du projet migratoire sur la manière dont elles assignent un sens à leur vécu seront pris en compte par une étude comparative de deux groupes vivant dans des contextes différents. Cette méthode privilégiera une réflexion sur les ressources et le sens qu’elles donnent au travail, à la migration et à l’intégration sociale au cours du temps, dépassant une simple description de leurs difficultés.
 

Laetitia Pralong, doctorante et assistante diplômée, sous la direction de Marie Santiago Delefosse, prépare une thèse portant sur l’évolution du métier de médecin. La littérature actuelle fait état d’une souffrance au travail des médecins, qui semble liée à un certain nombre de difficultés, telles que l’augmentation et la complexification croissantes des demandes, le manque de temps, de moyens et aussi de reconnaissance. Epuisement professionnel et déséquilibres psychiques en sont les conséquences principales, menant parfois au suicide. Laetitia Pralong se penche sur l’évolution du métier de médecin et investigue les nouvelles attentes des populations qui consultent, du point de vue des médecins. Ces éléments semblent essentiels à la compréhension de l’équilibre précaire dans lequel les médecins se trouvent. Elle propose une méthodologie mixte, alliant entretiens semi-directifs, focus-group et questionnaire. Cette recherche permettra à terme de proposer des « guidelines » pour des formations qui bénéficieraient au public concerné, afin de les sensibiliser aux liens entre travail et santé dans leur propre métier comme dans celui de leurs patients.


Recherche:
 dans ce site:
   
   
   
 Rechercher
Annuaires      Site map

Géopolis - Dorigny - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 3284  -  Fax  +41 21 692 3265