Turquety Benoît

Turquety Benoît

Coordonnées Curriculum Recherches Enseignements Publications
e-mail : Benoit.Turquety@unil.ch
Page personnelle : http://www.unil.ch/cin/benoitturquety

Faculté des lettres

Section d'histoire et esthétique du cinéma
Fonction(s): Professeur associé

Section de cinéma
Quartier UNIL-Chamberonne
Bâtiment Anthropole 4166
CH - 1015 Lausanne
Téléphone: 021 692 28 79

http://wp.unil.ch/digitalmediaepistemology/

https://unil.academia.edu/BenoitTurquety



Derniers livres parus:

Inventing Cinema: Machines, Gestures and Media History (Amsterdam University Press, coll. Cinema and Technology, 2019)

https://www.aup.nl/en/book/9789463724623/inventing-cinema



Medium, Format, Configuration: The Displacements of Film (Lüneburg, Meson Press, 2019)

https://meson.press/books/medium-format-configuration/ (open access)

Benoît Turquety

Prix et distinctions scientifiques

Mercator Fellow 2018
Goethe-Universität, Frankfurt am Main, septembre 2018
Graduiertenkolleg "Konfigurationen des Films"

Lauréat du Programme Fondation de famille Sandoz-Monique de Meuron pour la relève universitaire 2014

Prix international Maurizio Grande 2015
Prix international de l'essai sur le cinéma, obtenu pour Inventer le cinéma. Épistémologie : problèmes, machines (Lausanne, L'Âge d'Homme, 2014). Reggio Calabria (Italie), 10 novembre 2015.


Retour

TOP ^

Ouvrages

2017
Amateur en cinéma.png

"L’Amateur en cinéma: un autre paradigme. Histoire, esthétique, marges et institutions", Valérie Vignaux et Benoît Turquety (Dir), Paris, AFRHC, 2017.

Organisé en quatre temps: L’Amateur un paradigme; L’Amateur ou une autre histoire du cinéma ; Présences de l’amateur ; L’Amateur une figure de l’histoire, cet ouvrage pose la question de l’amateurisme et du sujet de cinéma qu’il produit, en déjouant les hiérarchies esthétiques et sociétales ou les distinctions entre films de famille ou de clubs. Outre les cadres dans lesquels les images sont produites, les auteurs s’attachent à observer les gestes ou les regards afin d’interroger cette relation singulière qu’entretiennent les femmes et les hommes avec ces machines à représenter que sont caméras et projecteurs. Enregistrements du monde – de soi et des autres – dont l’histoire argentique c’est-à-dire cinématographique se constitue comme un temps en soi – une période d’avant le basculement numérique – ce saut technologique qui nous fait passer du xxe au xxie siècles. Après avoir interrogé comment « l’amateur » propose un autre paradigme quant à la compréhension du cinéma, les études conduisent à partir de ces sources nouvelles, inédites, une autre histoire du cinéma rendant manifestes des usages ou des contextes cinématographiques en marges. Ils montrent ainsi comment ces matériaux filmiques peuvent être sollicités à des fins d’histoires culturelles ou sociales, autant que de bouleversement esthétique. Le récit de « l’amateur en cinéma », comme le montrent les contributions rassemblées, a changé : la pratique est à présent pleinement intégrée au champ des études cinématographiques tandis que les œuvres filmées sont réattribuées à leurs auteurs, qu’ils soient fameux ou anonymes. Se découvre de la sorte un autre paradigme au sens où « l’amateur en cinéma » permet de redistribuer les catégories de pensée, conduisant à une interrogation sur le sens ou sur le cinéma lui-même.

L’ouvrage qui rassemble des études dues à François Albera, Dominique Bluher, Teresa Castro, Stéphane Gérard, Anne Gourdet-Mares, Juliette Goursat, Julie Guillaumot, Sébastien Layerle, Boris Lehman, Mélisande Leventopoulos, Roger Odin, Louis Pelletier, Roxane Hamery, Beatriz Rodovalho, Chiara Rubessi, Giuseppina Sapio, Claire Scopsi, Vivien Sica, Cécile Tourneur, Benoît Turquety, Valérie Vignaux et Caroline Zéau, est accompagné d’un dvd comprenant des films issus des collections de Cinéam, la Cinémathèque de Bretagne, la Fondation Boris Lehman, la Fondation Jérôme-Seydoux-Pathé et le pôle Patrimoine de Ciclic. 

Site de l'éditeur 

 

2015
Turquety2014.jpg

Benoît Turquety, Inventer le cinéma. Epistémologie : problèmes, machines, L'Age d'Homme, collection Histoire et esthétique du cinéma, série Travaux, Lausanne, 2014, 274 pp.

Prix international Maurizio Grande 2015

Qu’est-ce finalement que le « cinéma numérique » ? Est-ce simplement le cinéma, fait ou vu avec d’autres machines ? Ou est-ce tout autre chose – une invention à part entière ? Répondre à ces questions implique d’analyser avec précision les machines qui ont fait et font encore le cinéma, en les replaçant chaque fois dans leur milieu historique et culturel, et de comprendre comment aux machines viennent s’agencer des pratiques qui toujours les dépassent et les reconfigurent. Cela implique aussi d’interroger ce que c’est exactement qu’une invention dans le vaste ensemble protéiforme que constituent les dispositifs médiatiques, de se demander où sont les continuités et les discontinuités dans leur histoire. Si le processus d’invention est « résolution de problème » (Gilbert Simondon), il s’agit d’élaborer une méthode permettant de reconstruire l’histoire du problème « cinéma », ou l’agencement des problèmes dont quelque chose nommé « cinéma » apparut un moment comme une solution.
Se plaçant au plus près du travail des techniciens – ingénieurs ou praticiens –, Inventer le cinéma propose une épistémologie des machines, par laquelle elles sont analysées à la fois comme moment d’un imaginaire scientifique, et comme archives des gestes imaginés ou réels de leurs utilisateurs. On pourra alors se demander de quel problème le « cinéma numérique » peut être une solution. Ou se dire que si « inventer le cinéma » est une tâche toujours en cours, elle pourrait bien devoir être confiée au premier venu.

Site de l'éditeur

 

2014
Turquety2015.jpg

Benoît Turquety (dir.) Early Popular Visual Culture, volume 13, n° 2, mai 2015, numéro spécial « Tricks and Effects », avec des contributions de Ian Christie, Mireille Berton, Maggie Hennefeld et Julie Turnock.

Partly proceeding from the ‘Magic of Special Effects’ conference that was held in Montreal in 2013, the aim of this issue is not to establish a linear history – nor an archeology, for that matter – of ‘special effects’ in the silent film era. […] The purpose of this issue is rather to reconstruct ‘tricks’ and ‘effects’ as two dee- ply heterogeneous, overlapping periods in cinema history, each being linked to a specific visual culture, but also to corresponding moments in the film production system and in the history of film forms.

Site de l'éditeur

 

2009
Turquety2009.jpg

Benoît Turquety, Danièle Huillet et Jean-Marie Straub, "objectivistes" en cinéma, L'Age d'Homme, collection Histoire et théorie du cinéma, série Travaux, Lausanne, 2009, 584 pp.

Les cinéastes Danièle Huillet et Jean-Marie Straub déploient depuis 1962 une œuvre dont la réputation (austérité, rigueur, statisme) a pu masquer quelque peu la réalité (délicatesse, douceur, violence, vitesse). Une part de son impact tient à ce qu’elle s’est construite sur le principe d’une recherche d’objectivité radicale. Cette thématique transparaît dans certains courants souterrains de l’art et de la pensée de la modernité depuis au moins Flaubert, par exemple chez Walter Benjamin et Theodor W. Adorno, et plus spécifiquement dans un mouvement resté longtemps négligé de la poésie américaine moderne : le mouvement “objectiviste”, composé notamment de Louis Zukofsky, George Oppen, Charles Reznikoff, et proche de W. C. Williams et Ezra Pound. L’analyse détaillée des films des cinéastes, des œuvres qu’ils ont adaptées (Schoenberg, Kafka, Corneille, Mallarmé, Hölderlin, Cézanne, Vittorini, etc.), et des poèmes et essais objectivistes menée dans cet ouvrage permet de repérer, par-delà la différence des arts, des procédures communes, et de dégager une esthétique singulière, où l’œuvre est conçue comme un objet, l’artiste comme un artisan idéalement anonyme, et où tentent de se concilier d’une manière inouïe prégnance du politique et recherches formelles.

Site de l'éditeur

 

2015
Turquety2015.jpg

Benoît Turquety (dir.) Early Popular Visual Culture, volume 13, n° 2, mai 2015, numéro spécial « Tricks and Effects », avec des contributions de Ian Christie, Mireille Berton, Maggie Hennefeld et Julie Turnock.

Partly proceeding from the ‘Magic of Special Effects’ conference that was held in Montreal in 2013, the aim of this issue is not to establish a linear history – nor an archeology, for that matter – of ‘special effects’ in the silent film era. […] The purpose of this issue is rather to reconstruct ‘tricks’ and ‘effects’ as two dee- ply heterogeneous, overlapping periods in cinema history, each being linked to a specific visual culture, but also to corresponding moments in the film production system and in the history of film forms.

Site de l'éditeur

 

A télécharger

Partagez:
reseau_cinema_ch-logo.svg