Aller à: contenu | haut | bas | recherche
 
 
Vous êtes iciUNIL > Section d'histoire et esthétique du cinéma > La Recherche > Projets en cours

Les projets de recherche en cours

Discours du scénario : étude historique et génétique des adaptations cinématographiques de Stendhal | Expérimentations filmiques en Suisse (1950-1988) | L'exposition moderne de la photographie, 1920-1970 | Projet FNS : Au-delà du service public : pour une histoire élargie de la télévision en Suisse, 1960 à 2000
 

Discours du scénario : étude historique et génétique des adaptations cinématographiques de Stendhal

Ce projet soutenu par le FNS vise à développer, dans une perspective à la fois historique et théorique, une recherche sur les normes de l’écriture scénaristique à partir du fonds « Claude Autant-Lara » de la Cinémathèque suisse, composé d’un très riche ensemble de documents relatifs à divers états et variantes de scénarios. Il s’agit de rendre compte des techniques d’écriture qui ont prévalu à l’époque « classique » du cinéma français en mettant l’accent sur trois adaptations d’œuvres de Stendhal et en établissant, à partir notamment des outils de la génétique textuelle, un cadre méthodologique permettant une analyse comparative des textes et des films, ainsi qu’une étude des évolutions et caractéristiques formelles repérées dans les variantes. La réflexion portant sur le processus de la création scénaristique s’accompagne d’une mise au jour du contexte de production, de diffusion et de réception des films d’Autant-Lara concernés.


Direction : Alain Boillat (Section d’histoire et esthétique du cinéma), Gilles Philippe (Section de français), Vincent Verselle (Section de français).
Doctorants : Laure Cordonier (à partir de février 2014), Adrien Gaillard et Julien Meyer.
Collaborateurs : Cinémathèque suisse, Institut Textes et Manuscrits Modernes (Paris), Université de Rennes 2 (équipe Arts, pratiques et poétiques).

 

Page détaillée consacrée au projet : Discours du scénario

Expérimentations filmiques en Suisse (1950-1988)

Ce projet de recherche soutenu par le FNS (fonds DORE), dirigé par Anton Rey et mené conjointement à l'Institute for the Performing Arts and Film de la ZHDK (Fred Truniger) et à la section d'Histoire et esthétique du cinéma de l'Université de Lausanne retrace l'histoire du cinéma expérimental en Suisse, aussi bien dans la région alémanique que romande, de l'après-guerre à la fin des années 1980. A partir d'entretiens oraux, de documents d'archives, et de l'analyse des copies, l'enjeu de ce projet est d'examiner les liens du cinéma expérimental suisse à la scène internationale et au Nouveau Cinéma suisse.

Codirecteur du projet (pan "romand"): François Bovier
Doctorant FNS: Adeena Mey
Directrice de thèse: Maria Tortajada

Schweizer Filmexperimente 1950-1988

TOP ^

L'exposition moderne de la photographie, 1920-1970

Ce projet de recherche soutenu par le FNS entreprend une histoire scénographique de la photographie moderne. À travers l’analyse d’une douzaine de manifestations clés, il examine les multiples innovations développées pendant un demi-siècle dans l’accrochage et la spatialisation de l’image photographique.

Directeur du projet: Olivier Lugon
Doctorante FNS: Ariane Pollet

L'exposition moderne de la photographie, 1920-1970

TOP ^

Projet FNS : Au-delà du service public : pour une histoire élargie de la télévision en Suisse, 1960 à 2000

 

Présentation du projet

Le projet « Au-delà du service public : pour une histoire élargie de la télévision en Suisse, 1960 à 2000 » propose une archéologie de la télévision en Suisse des années 1960 à 2000. Elle se donne plus précisément comme objectif d’appréhender la multitude des pratiques, techniques et discours télévisuels avant la généralisation du numérique. Dans l’historiographie courante, l’arrivée des Digital Media est souvent célébrée comme une « révolution » qui aurait transformé radicalement la télévision. Succédant à ce que certains ont appelé la paléotélévision, puis la néotélévision, ce troisième « âge »  – celui d’Internet et de la convergence médiatique –  aurait fait éclater l’identité de la télévision pour donner voix à un média multiforme aux usages, images et économies dispersés. Ce projet entend réviser une perspective, aussi schématique que finaliste, selon laquelle l’introduction des « nouvelles technologies » numériques marquerait un tournant radical. Il retrace l’émergence d’« anciens » nouveaux médias (Teletext, la télévision par câble, via satellite etc.) et se propose d’étudier les différents acteurs associés au développement des dispositifs télévisuels en Suisse, en prenant en compte les trois aires culturelles et linguistiques du pays. Il déplace ainsi l’approche centrée sur le service public pour englober les pratiques de production et de réception multiples qui coexistent, fécondent et se démarquent de la télévision institutionnelle avant 2000.
Les bornes chronologiques du projet – 1960 à 2000 – correspondent à la première ouverture du marché télévisuel via l’introduction du câble vers 1960 jusqu’aux débats menés au sein de la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) sur le « multimédia » au tournant du siècle, en passant par l’introduction de la télévision payante en 1984 et la multiplication des télévisions locales et privées dans les années 1990. S’inspirant des récentes discussions méthodologiques autour de l’archéologie des médias, le projet propose une analyse des dispositifs télévisuels multiformes appréhendés dans leur dimension technique, textuelle et culturelle.
Plus précisément, les recherches menées au sein du projet s’articuleront autour de trois axes complémentaires et interdépendants: premièrement, il s’agira d’étudier le développement technologique et économique des « nouveaux médias » de la période considérée afin de comprendre le paysage audiovisuel suisse dans sa totalité; deuxièmement, on se penchera sur les pratiques de production et de réception audiovisuelles en soulignant l’interdépendance et la circulation entre acteurs, techniques et programmes; finalement, on s’intéressera aux discours « de » et « sur » la télévision en interrogeant plus particulièrement la remise en question du service public qui accompagne les transformations économiques, juridiques et culturelles du média en Suisse.
De par la nouveauté de son sujet et son approche innovatrice, "le projet Au-delà du service public : pour une histoire élargie de la télévision en Suisse" vient combler une lacune majeure dans l’historiographie et, étudiant la diversité de la télévision avant l’ère du numérique, éclairera d’un jour nouveau le média contemporain.  

Equipe scientifique

>François Vallotton, professeur, section d’histoire, Unil. Page personnelle
>Anne-Katrin Weber, première assistante, section d’histoire et esthétique du cinéma, Unil. Page personnelle
>3 doctorant·e·s FNS (mises au concours)

TOP ^

Recherche:
 Go
 
rss/atom
Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 29 10  -  Fax +41 21 692 29 15
Swiss University