Horaires des cours dispensés à la section d'Histoire et esthétique du cinéma

SEMESTRE D'AUTOMNE 2012 - COURS BACHELOR | SEMESTRE D'AUTOMNE 2012 - COURS MASTER | SEMESTRE DE PRINTEMPS 2013 - COURS BACHELOR | SEMESTRE DE PRINTEMPS 2013 - COURS MASTER
 

SEMESTRE D'AUTOMNE 2012 - COURS BACHELOR

LUNDI

 

8h30-10h00
Amphipôle D
Introduction aux études cinématographiques
Module : BA Théories, histoire et analyse de films I
Enseignant : Alain Boillat


Au semestre d'automne, ce cours explique les principales notions d'analyse de l'image et du récit filmique en les appliquant à de nombreux exemples issus de différentes périodes de l'histoire du cinéma. Ces notions sont contextualisées par rapport à l'histoire des théories du cinéma, et discutées dans une perspective intermédiale.

  

10h15-12h00
Unithèque, 4215
Analyse d’une séquence de film, groupe 1
Module : BA Analyse de film II
Enseignant : Mireille Berton

Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des œuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant.

 

 

13h15-15h00
Anthropole 3088
Analyse de films, analyse de textes, groupe 1
Module : BA Théories, histoire et analyse de films I
Enseignant : Selim Krichane

Les travaux pratiques consistent en des présentations orales effectuées individuellement par les participants. Les étudiants présentent un article important pour l'histoire de la discipline, portant sur des enjeux théoriques et d'analyse du film. Les étudiants peuvent également analyser un extrait de film, à partir des outils théoriques abordés dans le cadre du cours « Introduction aux études cinématographiques ».
Les étudiants sont priés d'acquérir le dossier des textes traités en cours à la reprographie de l'UNIL (Anthropole).

 

15h15-17h00
Unithèque, 4215
Méthodologie d'analyse du film (I) : théories du cinéma
Module : BA Théories II
Enseignant : Alain Boillat


Ce cours constitue un prolongement et un approfondissement de « Introduction aux études cinématographiques » de l'année propédeutique, et fait office d'encadrement théorique du séminaire « Analyse d'une séquence de film ». Il s'agit de discuter la productivité, pour l'analyse de films, de certains outils et concepts élaborés par les théoriciens du cinéma ayant œuvré dans des champs connexes de la narratologie filmique (en particulier les théories de l'énonciation, mais aussi les approches empruntant leur grille d'analyse aux théories gender, psychanalytiques, etc.). Il sera par conséquent question de l'approche même requise pour l'analyse de séquence (critères de segmentation de l'extrait et de cohérence de l'interprétation, formulation d'un enjeu propre à l'analyse proposée, niveaux d'analyse, etc.), des paramètres nécessaires à la lecture d'un film (en particulier l'inscription dans un genre et les implications de la distinction documentaire/fiction) ainsi que de l'histoire des discours relatifs à l'analyse filmique. Un panorama de ces discours sera proposé à travers diverses études de cas qui permettront de comparer les textes aux films sur lesquels ils portent afin d'aiguiser la sensibilité des étudiants aux problématiques soulevées par l'analyse filmique.

Attention : ce cours n'accepte pas de travaux approfondis, seule une validation interne est possible. Pas d'inscription aux examens.

Les étudiants sont priés d'acquérir le dossier des textes traités en cours à la reprographie de l'UNIL (Anthropole).

 

15h15-17h00
Anthropole 3088
Analyse de films, analyse de textes, groupe 2
Module : BA Théories, histoire et analyse de films I
Enseignant : Carine Bernasconi


Les travaux pratiques consistent en des présentations orales effectuées individuellement par les participants. Les étudiants présentent un article important pour l'histoire de la discipline, portant sur des enjeux théoriques et d'analyse du film. Les étudiants peuvent également analyser un extrait de film, à partir des outils théoriques abordés dans le cadre du cours « Introduction aux études cinématographiques ».
Les étudiants sont priés d'acquérir le dossier des textes traités en cours à la reprographie de l'UNIL (Anthropole).

 

17h15
Amphipôle B
Projections liées au cours d'introduction aux études cinématographiques 

Chaque projection est précédée d’une introduction d’Alain Boillat. Ces séances s’inscrivent dans le programme de cours obligatoire de propédeutique, mais sont ouvertes à tous les étudiants de la Section.

 

Lundi 24 septembre, 17h15 : Le Cuirassé Potemkine
(S.M. Eisenstein, 1925)

Lundi 1er octobre, 17h15 : L’Argent
(Marcel L’Herbier, 1928)

Lundi 8 octobre, 17h15 : Detour
(Edgar G. Ulmer, 1945, 67’)

Lundi 15 octobre, 17h15 : Work (Charlie Chaplin, 1915, 40’) ;
Juve contre Fantômas (Louis Feuillade, 1913, 4 épisodes, total 61’)

Lundi 22 octobre, 17h15 : Tirez sur le pianste
(François Truffaut, 1960, 92’)

Lundi 29 octobre, 17h15 : Voyage à Tokyo
(Yasuhirô Ozu, 1953, 136’)

Lundi 5 novembre, 8h30 : Contes cruels de la jeunesse (Nagisa Oshima, 1960, 97’) 
17h15 : Je t’aime, je t’aime (Alain Resnais, 1968, 94’)

Lundi 12 novembre, 17h15 : Singin’ in the Rain
(Chantons sous la pluie, Stanley Donen et Gene Kelly, 1952, 103’)

Lundi 19 novembre, 17h15 : Rashômon
(Akira Kurosawa, 1950, 88’)

Lundi 26 novembre, 17h15 : Halloween
(La Nuit des masques, John Carpenter, 1978, 91’)

Lundi 3 décembre, 17h15 : Lola Montès
(Max Ophüls, 1955, 116’)

Lundi 10 décembre, 17h15 : Ramuz, passage d’un poète (Alain Tanner, 1961, 20’) ; Wir Bergler in den Bergen sind eigentlich nicht schuld, dass wir da sind (Fredi M. Murer, 1975, 108’)

Lundi 17 décembre, 17h15 : Close-up
(Abbas Kiarostami, 1990, 98’)


 

MARDI

 

 

08h30-10h00
Salle : Unithèque, 4215
Projections liées au cours « Réalismes et cinéma I: dialectiques réalistes »
Module : BA Théories II
Enseignant : Maria Tortajada

 

10h15-12h00
Salle : Unithèque, 4215
Réalismes et cinéma I: dialectiques réalistes
Module : BA Théories II
Enseignant : Maria Tortajada

La question du réalisme est chevillée à l’histoire du cinéma. Tout au long du XXe siècle, et sous différentes formes aujourd’hui encore, la représentation de la réalité est tantôt donnée comme définitoire du dispositif cinématographique, tantôt présentée comme un principe esthétique fondamental. Plusieurs « auteurs », « écoles », « mouvements », « théories » se réclament de lui, entrant en dialogue avec d’autres champs de l’art, littérature, peinture, théâtre notamment. Entre historiographie et débat critique ou théorique, ce cours-séminaire voudrait explorer diverses approches du réalisme dans l’histoire du cinéma pour les confronter. Il s’agira de dégager le schéma central des théories réalistes, mais aussi de mettre en évidence la multiplicité de ses interprétations. Les films dits « réalistes » seront mis en regard des discours analysés.

 

13h15-15h00
Salle : Unithèque, 4215
La psychanalyse au cinéma
Module : BA Histoire II
Enseignant : Mireille Berton

 

Aujourd’hui dépassée par l’engouement pour les sciences cognitives, la psychanalyse a pendant longtemps occupé une place de choix au cinéma, en partie en raison des situations psychologiquement dramatiques qu’elle permet de mettre en place au plan narratif. En parcourant l’histoire du cinéma, ce cours-séminaire propose d’étudier les différentes modalités de représentation de la psychanalyse dans des films de fiction, et ceci à différents niveaux : historique, théorique, thématique, narratif, formel. Du Mystère des Roches de Kador (Léonce Perret, 1912) à A Dangerous Method (David Cronenberg, 2011), la psychanalyse apparaît soit directement en tant que dispositif thérapeutique fondé sur une relation technique et humaine, soit indirectement via des notions ou des thèmes comme le rêve, le voyeurisme, le traumatisme, la folie, etc. L’objectif consistera à analyser des films et des textes déployant toute une série de référents à la psychanalyse entendue au sens large : séquences oniriques, récits de rêve, figures de psychanalystes ou de psychiatres, scènes de cure, personnages névrotiques ou métaphores voilées des principes de base de la psychanalyse. On verra combien ces modalités de représentation sont directement dépendantes d’un état historique du savoir, d’où leur variation au cours du temps – la psychanalyse ou la psychiatrie faisant l’objet tantôt d’admiration, de critique ou de raillerie en fonction des époques, mais également des cadres théoriques qui prédominent à un moment donné pour appréhender le psychisme humain et ses aléas.

 

13h15-15h00
Amphipôle 340
Analyse de films, analyse de textes, groupe 3
Module : BA Théories, histoire et analyse de films I
Enseignante: Charlotte Rey


Les travaux pratiques consistent en des présentations orales effectuées individuellement par les participants. Les étudiants présentent un article important pour l'histoire de la discipline, portant sur des enjeux théoriques et d'analyse du film. Les étudiants peuvent également analyser un extrait de film, à partir des outils théoriques abordés dans le cadre du cours « Introduction aux études cinématographiques ».

Les étudiants sont priés d'acquérir le dossier des textes traités en cours à la reprographie de l'UNIL (Anthropole).

 

15h15-17h00
Salle : Cubotron, II
Analyse d’une séquence de film, groupe 3
Module : BA Analyse de film II
Enseignante : Mireille Berton

 

Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des œuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant.

 

17h15-19h00
Salle : Unithèque, 4215
Projections liées au cours « La psychanalyse au cinéma »
Module : BA Histoire II
Enseignant : Mireille Berton

 

 

MERCREDI

 

  

8h30-10h00
Salle : Unithèque, 4215
Histoire des techniques cinématographiques : le « muet »
Module : BA Histoire II
Enseignant : Benoît Turquety

Le cinéma fut perçu d'emblée comme un art éminemment technologique. Son histoire - esthétique, économique, etc. - est profondément liée à l'évolution de ses techniques, qui reste toutefois mal connue. Elle engage l'histoire des machines, mais aussi celle des « manières de faire », des pratiques et des métiers, des discours descriptifs et prescriptifs des techniciens, des enseignants, des théoriciens. Ce cours-séminaire propose de retracer cette évolution technologique du cinéma, depuis les premières machines de vision, le moment de l'invention, la constitution et l'institutionnalisation des techniques dans les premiers temps, l'apparition de la couleur et jusqu'à celle du son synchrone.

 

 

10h15-12h00
Salle : Unithèque, 4215
Théories du comique et cinéma muet
Module : BA Histoire II
Enseignant : Laurent Guido

Cet enseignement a pour objectif d’offrir une vue générale et synthétique des réflexions théoriques sur le comique cinématographique, en envisageant plus particulièrement un corpus de films importants de la période « muette ». Celui-ci comprendra aussi bien des productions françaises des premiers temps (Méliès, « séries » comiques de Pathé ou Gaumont, avec Boireau, Rigadin, Max Linder…) que le slapstick américain des années 1910-1920 (Mack Sennett, Hal Roach, Charlie Chaplin, Buster Keaton, Harold Lloyd…)

Si le comique, en tant que genre ou comme simple registre, sera abordé sous l’angle de définitions à valeur générale (distinction entre « comique » et « comédie » ; diverses acceptions du terme « burlesque » ; catégorie du grotesque chez Bakhtine ; théories des renversements successifs et jeux de points de vue propres au « gag »…), l’accent sera mis plus particulièrement sur la culture du comique des premières années du 20e siècle, au plan philosophique (Le Rire d’Henri Bergson et les effets d’inversion, de répétition, d’imitation qu’il prend soin de répertorier) comme à celui des scènes dites « populaires » (vaudeville, music-hall, cirque…) dont les performances excentriques et les modes de structuration influencent considérablement le comique du premier cinéma, avant tout centré sur l’expression physique et gestuelle.

Cette perspective d’ « intermédialité » entre une performance scénique et sa reformulation écranique (cadrage, montage, voire recours à des effets spéciaux) sera développée au fil d’approches articulant l’esthétique à des enjeux historiques, sociaux et culturels. La représentation du corps fera l’objet d’une attention particulière, de sa dimension gender jusqu’à ses appropriations artistiques a posteriori (surréalisme).

Le cours est directement associé avec un colloque international dédié à Max Linder, figure cruciale car située à l’intersection entre le comique européen et le slapstick américain. Ce colloque aura lieu les mercredi 3 et jeudi 4 octobre 2012 à la Cinémathèque suisse. Les étudiants pourront réaliser des travaux de validation liés à cette manifestation, où interviendront de nombreux spécialistes dont les écrits seront abordés dans le cadre du cours : Rae Beth Gordon, André Gaudreault, Patrick Désile, Laurent Le Forestier…
 

 

 

13h15-15h00
Salle : Unithèque, 4215
Assembler, abouter, coller, raccorder, monter
Module : BA Analyse III
Enseignant : Benoît Turquety

 

Il s'agira, dans ce cours-séminaire, de reconsidérer la diversité des pratiques et des formes rassemblées sous le terme de « montage ». On se demandera ce que la notion a désigné pour divers théoriciens et historiens, et l'on interrogera, par l'analyse d'exemples filmiques précis, la fonction et la forme qu'ont prises, dans l'évolution du cinéma, les différentes manières de coller un plan à la suite d'un autre. On évoquera parallèlement les transformations des techniques et des métiers, les règles supposées et leurs transgressions, et l'on questionnera, à partir de certains cas, les limites mêmes de la notion de « montage ».

 

14h00-16h00 (voir le programme ci-dessous)
Salle du Cinématographe, Cinémathèque suisse
Introduction à l'Histoire générale du cinéma : Études comparatives
Module : BA Théories, histoire et analyse de films I
Enseignant : Freddy Buache

Ce cours, organisé en partenariat avec la Cinémathèque Suisse, se développe à partir de films tirés de ses collections, dont des extraits sont projetés à des fins de confrontation, comparaison, rapprochements, plutôt qu'à partir d'une problématique préalable de type livresque. Ils sont constamment mis en rapport avec les autres arts et le contexte socio-politique où ils ont pris place, inscrivant de la sorte le cinéma dans un champ culturel et social élargi. Les étudiants se trouvent ainsi en présence des éléments matériels du dispositif cinématographique (projectionniste en cabine, pellicule, appareil 35mm, projection sur écran) et non d'une transcription sur bande magnétique qui demeure, quoi qu'il en soit, allusive. Ce cours d'introduction offre une base de connaissances que les étudiants auront à retravailler, approfondir ou discuter dans la suite de leurs études.

 

Programme

10 octobre: Naissance du cinéma

24 octobre: Premiers pas

31 octobre: Montage. Union soviétique

7 novembre: Hollywood. Stroheim. Sternberg

14 novembre: Allemagne- Weimar

21 novembre: France. Surréalisme. Avant-guerre

28 novembre: Passage au son

5 décembre: Néo-réalisme italien

12 décembre: Jean-Luc Godard

19 décembre: Chaplin 

 

JEUDI

 

 

08h30-10h00
Salle: Unithèque, 4215
Analyse d’une séquence de film, groupe 2
Module : BA Analyse de film II
Enseignant : Sylvain Portmann

 

Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des oeuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant.

 

 

13h15-15h00
Salle : Unithèque, 4215
L'inscription ou l'effraction du réel historique dans la fiction
Module : BA Analyse de film III
Enseignant : François Albera

 

 

15h15-17h00
Salle: Anthropole, 4030
Analyse d’une séquence de film, groupe 4
Module : BA Analyse de film II
Enseignant : Sylvain Portmann

Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des œuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant.

 

 

18h30
Lieu : Cinémathèque suisse
Projections liées au cours « Les nouveaux cinémas des années 60 (I) (Europe, Amérique du Nord, Asie) »

 

 

 

VENDREDI

 

 

10h15-12h00
Salle : Unithèque, 4215
Les nouveaux cinémas des années 60 (I) (Europe, Amérique du Nord, Asie)
Module : BA Histoire II
Enseignant : François Albera

 

 

13h15-15h00
Salle : Unithèque, 4215
L'institutionnalisation du cinéma d'artistes I (1920-1970) : des avant-gardes historiques à la légitimation de l'art vidéo
Module : BA Théories II
Enseignant : François Bovier

Ce cours-séminaire interroge les interactions entre le cinéma et les arts plastiques, en retraçant les gestes d'appropriation et de détournement du medium film par des artistes et des poètes d'une part, et le développement d'expérimentations filmiques en dehors des espaces d'art d'autre part. Dans un premier temps, nous étudierons le rôle et la fonction du cinéma dans le contexte des avant-gardes historiques (futurisme, dadaïsme, surréalisme, vorticisme, etc.), en analysant les principaux films réalisés, mais aussi les manifestes, les prises de position théoriques et les scénarios « intournables » issus de cette rencontre. Dans un second temps, nous examinerons comment la vidéo est utilisée dans les années 1960 en tant que support hybride, transgressif, avant d'être légitimée comme forme artistique « majeure ». Notre hypothèse de lecture est que le film, comme la vidéo, sont d'abord investis comme des formes « mineures », au potentiel subversif, contre-culturel, avant de connaître un phénomène de légitimation et d'institutionnalisation.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TOP ^

SEMESTRE D'AUTOMNE 2012 - COURS MASTER

LUNDI

 

Voir le programme détaillé ci-dessous
« Images et histoire »
François Brunet
Cours-blocs
1er-2 octobre, 5-6 novembre, 3-4 décembre 2012
(lundi 13h15-17h00 et mardi 8h15-12h00)


Cette série de cours-blocs vise à esquisser un panorama des approches actuelles de la relation entre images et histoire dans la culture moderne. Un premier axe consistera en un rappel des grands paradigmes de l'iconologie au XXe siècle, de Erwin Panofsky à W.J.T. Mitchell, conçus comme critiques d'une vision naïve ou purement « référentielle » des images en tant que documents et objets historiques. Un second axe examinera les apports des visual studies et cultural studies depuis les années 1980-1990, et notamment l'insistance nouvelle de ces approches sur les conflits d'interprétation liés à la structuration socio-économico-politique de la production et de la réception des images. Un troisième axe esquissera les contours d'un champ en gestation qu'on peut appeler histoire des images, qui cherche notamment à ré-historiciser l'approche des images et des ensembles d'images tout en préservant le pluralisme interprétatif typique des visual studies.

Chaque cours-bloc fera alterner les exposés à caractère théorique avec des études de cas et de terrains. Chaque séance débute par une intervention en forme de conférence, ouverte à toute personne intéressée (Anthropole, salle 3059) :

• lundi 1er octobre, 13h15-14h45 : « L'iconologie comme science historique des images »
• lundi 5 novembre, 13h15-14h45 : « Les visual studies face à l'histoire »
• lundi 3 décembre, 13h15-14h45 : « Les enjeux actuels de l'histoire des images »

François Brunet est professeur à l’Université Paris Diderot-Paris 7, membre de l'Institut universitaire de France

 

Programme détaillé des séances

Lundi 1er octobre
• Conférence (Anthropole, salle 3059) : « L'iconologie comme science historique des images »
• Cours-séminaire (Anthropole, salle 5081) : lecture-commentaire de W.J.T. Mitchell, Iconology et Picture Theory

Mardi 2 octobre
• Cours-séminaire (Amphimax, salle 414) : « Guerre et paix dans l'historiographie du visuel »

Lundi 5 novembre
• Conférence (Anthropole, salle 3059) : « Les visual studies face à l'histoire »
• Cours-séminaire (Anthropole, salle 5081) : lecture contrastive de W.J.T. Mitchell et Georges Didi-Huberman

Mardi 6 novembre
• Cours-séminaire (Biophore, salle Amphi) : « Le pouvoir des images et sa critique »

Lundi 3 décembre
• Conférence (Anthropole, salle 3059) : « Les enjeux actuels de l'histoire des images »
• Cours-séminaire (Anthropole, salle 5081) : lecture contrastive de Robert Taft, Photography and the American Scene (1938) et Beaumont Newhall, Photography, A Short Critical History (1938), en contrepoint avec les écrits contemporains de Walter Benjamin et Gisèle Freund

Mardi 4 décembre
• (Biophore, salle Amphi) Présentation de l'ouvrage collectif L'Amérique des images, Histoire et culture des images aux Etats-Unis, dir. François Brunet, à paraître chez Hazan en 2013.

 

 

MARDI

 

10h15-12h00
Salle : Amphipôle 340
L'œil et l'oreille
Module : MA Epistémologie (SHC)
Enseignant : Benoît Turquety

Le cinéma et les techniques audiovisuelles en général ont pour caractéristique de mobiliser simultanément l'œil et l'oreille. Mais cette interaction entre les deux organes constitue un centre d'intérêt crucial de l'art, de la science et de la philosophie depuis beaucoup plus longtemps. Elle forme également la matière ou le sujet d'un grand nombre d'œuvres plastiques, poétiques, musicales, etc. Elle peut se cristalliser autour de diverses notions : la synesthésie, le synchronisme ou l'asynchronisme... Ce cours-séminaire propose un parcours parmi les œuvres et théories - dans et en dehors du cinéma - engageant ces interactions, connexions, interférences entre les deux organes.

 

15h15-17h00
Salle : Unithèque, 4215
Introduction aux questions d'esthétique
Module : MA Esthétique et langage, module SHC
Enseignant : Maria Tortajada

 

Cet enseignement propose une initiation aux questions d'esthétique faisant le lien entre les théories du cinéma et les domaines de l'histoire de l'art, du théâtre et de la littérature. Il permet aux étudiants de se familiariser avec des notions impliquées dans les définitions du goût ou de l'art, posées au XVIIIe siècle et reformulées au XXe. Après un panorama des diverses problématiques, le séminaire procède par études de cas.
 

 

 

MERCREDI

 

13h15-15h00

Salle : Anthropole 5093
Le livre de photographie à Lausanne, 1945-1975
Module : MA Epistémologie
Enseignant : Olivier Lugon

Dans le prolongement de l'exposition et de l'ouvrage "Livres de photographie suisses de 1927 à nos jours : une autre histoire de la photographie" de la Fondation suisse pour la photographie à Winterthur en 2011, le séminaire entend examiner le pan lausannois de cette histoire, en se concentrant plus particulièrement sur les années 1950-1960. Dès l'immédiat après-guerre, Lausanne s'impose en effet comme un haut lieu de l'édition photographique européenne : un savoir-faire unique s'y développe en matière d'impression héliographique, d'importantes collections y sont lancées, certains classiques du genre y voient le jour. Le séminaire reviendra sur ce bouillonnement en étudiant livres et collections non comme la création des seuls photographes, mais comme des œuvres collectives nées du travail conjoint de l'éditeur, de l'écrivain, du photographe, du maquettiste et de l'imprimeur. Les recherches menées pendant le séminaire déboucheront sur la réalisation d'une exposition virtuelle de la BCU : l'élaboration de son contenu et la rédaction de ses textes valent pour la validation.

 

 

15h15-17h00
Salle : Unithèque 4215
Histoire et théorie de la critique
Module : MA Histoire et théorie du scénario et Histoire et théorie de la critique cinématographique
Enseignant : Laurent Guido

Ce séminaire vise à offrir une vue synthétique des perspectives variées qui permettent d’aborder la critique de films, qui reste un objet négligé des études cinématographique, et ceci malgré l’importance de cette activité dans les processus de légitimation du cinéma comme art. Difficile à définir car située au croisement de déterminations et de modalités d’énonciation multiples (journalistiques, publicitaires, académiques…), la critique sera envisagée à l’intersection de l’analyse textuelle et de l’histoire socio-culturelle, par le biais d’une approche centrée sur les modes de discours qui la traversent (esthétiques, sociaux, techniques…)

 

 

17h15-18h45
Salle : Amphimax, 412
La période de généralisation du cinéma parlant (1926-1935): une approche historiographique
Module : MA Histoire et société
Enseignant : Alain Boillat

Ce cours-séminaire entend aborder la transition du cinéma « muet » à l'institutionnalisation du parlant à travers l'étude d'un ensemble de textes d'historiens du cinéma d'époques et d'obédiences diverses (histoire économique, technologique, esthétique, etc.), et en tenant compte des discours contemporains de cette période (réception dans la presse, discours de différents acteurs du champ, théorisation du montage sonore selon Eisenstein, etc.). L'objectif est d'examiner ces discours en dégageant certains paradigmes d'écriture historiographique, notamment en les comparant entre eux et avec les films qu'ils identifient comme des jalons. La prise en compte des sons au cinéma constitue un cas d'école pour appréhender les implications méthodologiques de la « Nouvelle histoire ». Ainsi s'agira-t-il de nuancer certains lieux communs aujourd'hui dépassés, comme l'absence de sons dans la salle à l'époque « muette », le caractère subit de cette « révolution » qui serait née avec Le Chanteur de jazz, ou le recul esthétique qu'aurait imposé la technique dans les premières années du parlant. Ainsi s'intéressera-t-on également aux écrits qui se sont penchés sur les pratiques orales et sur l'utilisation de la technique phonographique au cinéma avant 1927. L'étude de ces textes conduira également à développer des outils d'analyse et de contextualisation de différents films de l'époque jugés importants en termes d'utilisation des sons, et de la voix (parlée et chantée) en particulier (The Broadway Melody, 1929 ; Sous les toits de Paris, 1930 ; M le maudit, 1931 ; Rapt, 1934 ; La Fiancée de Frankenstein, 1935 ; etc.). Un accent particulier sera mis sur deux figures qui ont incarné une forme de résistance à l'hégémonie du « 100% parlant », Charlie Chaplin aux USA et René Clair en France, ainsi que sur le phénomène des « versions multiples », solution utilisée de façon passagère pour pallier la perte de l'internationalisme du « muet ». L'étude proposée excède par conséquent largement la période 1926-1935, non seulement parce qu'il sera principalement question de recherches récentes, mais aussi parce que « l'avènement du parlant » sera également pensé en termes d'imaginaire, tel qu'il apparaît dans les écrits sur le cinéma mais aussi dans des films comme Singing in the Rain (1952) ou le récent The Artist (2011).
Les étudiants auront par ailleurs l'occasion d'approfondir leurs connaissances liées à la question du doublage au cinéma en assistant au colloque international « La voix et le texte d'un autre. Histoire et théorie des pratiques de traduction dans les medias audiovisuels » qui se tiendra à l'Université de Lausanne du 25 au 27 avril 2013.
 

 

JEUDI

 

10h15-12h00
Unithèque, 4215
Historiographie
Module : Ma Histoire et société
Enseignant : François Albera

 

Préparation à l'épreuve orale d'historiographie du cinéma, soit l'étude des différentes approches historiques d'une période, d'un phénomène, d'un auteur, d'une « école », etc. sous l'éclairage de la définition de ce que Michel de Certeau a appelé « l'opération historiographique » (l'histoire du cinéma est le produit d'un lieu social dont elle émane ; elle est une pratique, des techniques, une méthodologie ; elle est une écriture).
 

 

 

14h00-17h00 (Dates à définir)
Salle : Amphipôle D
Diffusion du cinéma
Module : MA Histoire et société
Enseignants : Frédéric Maire et invités

Ce cours est consacré aux aspects économiques et institutionnels de la circulation des films. Organisé autour d'interventions de plusieurs acteurs du champ cinématographique qui témoigneront de leur expérience personnelle et placé sous la supervision du prof. Alain Boillat et du directeur de la Cinémathèque suisse, Frédéric Maire, cet enseignement vise à explorer les différentes facettes de la distribution et de l'exploitation cinématographiques en tenant compte de la diversité des modes de production, de circulation des supports et des lieux de projection, en particulier les festivals. La logique de la programmation dans les salles sera envisagée à travers une histoire des pratiques centrée sur le modèle suisse et élargie à une réflexion sur des canaux de diffusion autres que la salle (chaînes câblées, Video On Demand, DVD, diffusion via Internet et I-Phone,...). Le travail approfondi consistera en l'élaboration d'une programmation fictive en fonction de certaines variables. 

Programme
Organisation : 9 blocs d’une demi-journée (3h : 14h-17h)
Horaire : jeudi, 14-17h (bloc de 3h, 1 semaine sur 2)

27 septembre : Introduction la question de la diffusion. Les festivals (I) : fonctionnement et fonctions (Frédéric Maire).

4 octobre : Les festivals (II) : étude comparative des formats et missions (Chicca Bergonzi).

18 octobre : Les festivals (III) : les marchés (Jérôme Paillard).

25 octobre : L’évolution historique de l’exploitation cinématographique en Suisse : acteurs, instances, circuits,… (Frédéric Maire).

8 novembre : Le secteur de la distribution (José-Michel Bühler).

15 novembre : L’exploitation cinématographique (Cédric Bourquard).

29 novembre : La programmation : l’exemple de la Cinémathèque suisse. Consignes pour les travaux (Frédéric Maire et Chicca Bergonzi).

6 décembre : La dimension technologique : les nouveaux supports de diffusion (Alessandra Moresco et Jean-Luc Ormières).

13 décembre : Bilan du semestre (Alain Boillat et Chicca Bergonzi).
 

 

 

 

 

VENDREDI

 

 

 

 

13h15-15h00
Salle : Anthropole 2060
La star comme phénomène social : Greta Garbo, Joan Crawford et Mae West
Module : MA Histoire et société
Enseignant : Charles-Antoine Courcoux

Cet enseignement vise à explorer le phénomène de la star de cinéma dans le rapport singulier que son image noue avec le contexte social, culturel, économique et politique qui l’engendre et qu’elle détermine mutuellement. Dans la filiation des travaux pionniers d’Edgar Morin, Richard Dyer, Paul McDonald et Andrew Britton en la matière, on s’attachera à saisir les valeurs, les désirs, les plaisirs, les craintes et les contradictions véhiculées par les stars que sont Greta Garbo, Joan Crawford et Mae West via l’examen des relations que leurs identités entretiennent avec la société américaine des années 1930. L’étude de l’émergence de ces trois actrices en tant que stars de premier plan s’envisagera ainsi à partir d’un double mouvement analytique. D’une part, il s’agira d’étudier l’image de chacune de ces vedettes à la manière d’une polysémie structurée, soit un ensemble de significations, de pratiques et d’affects informés par des textes médiatiques de nature variée : les productions cinématographiques en circulation à l’époque, mais aussi les campagnes publicitaires, les magazines de fan, la presse corporative, la critique, etc. D’autre part, il sera essentiel de mettre leurs représentations en rapport avec les bouleversements rapides et considérables qui marquent la période, tant au niveau sociétal que de l’industrie cinématographique. On se penchera notamment sur les multiples effets de la Grande Dépression, du premier et du second New Deal et de la montée des tensions géopolitiques en Europe, mais aussi sur les conséquences, pour l’industrie hollywoodienne, de la généralisation du cinéma parlant, de la mise en application du Code de production et de l’attention que le Département de la Justice prête dorénavant aux pratiques oligopolistiques des majors dans le champ de l’exploitation.
Après une introduction aux questions soulevées par l’insertion de ces stars dans le contexte étasunien d’avant-guerre et une présentation des outils théoriques et méthodologiques que leur analyse requiert, le cours-séminaire s’articulera autour de l’étude du parcours de chacune de ces figures au cours de la décennie.
 

 

 

15h15-19h00 (horaires variables, voir détails ci-dessous)
Salle : Unithèque 4215
Pratiques de la critique
Module : MA 
Module de spécialisation "Scénario et critique cinématographique"
Enseignant : Laurent Guido

 

L'enseignement est essentiellement structuré autour de rencontres et d'ateliers avec des critiques professionnels qui interviennent autour des différents aspects de leur métier et encadrent les étudiants dans divers exercices de rédactions. Certaines séances ponctuelles avec Laurent Guido, liées spécifiquement à cet enseignement, pourront également être organisées en fonction de l'avancement des travaux. Elles seront agendées assez rapidement dans le semestre, de concert avec les étudiants.

Vendredi 12 octobre : Angel Quintana (Université de Girone / Cahiers du cinéma)
Deux films seront plus particulièrement commentés par Angel Quintana : Tree of Life (2011) de Terrence Malick et Laurence Anyways (2012) de Xavier Dolan (annoncé en salles début octobre à Lausanne).

Vendredi 2 novembre : Eric Loret (Libération).

Vendredi 16 novembre : Mathieu Loewer (Le Courrier / Cinémathèque suisse)

Vendredi 7 décembre : Mathieu Loewer (Le Courrier / Cinémathèque suisse)

Vendredi 14 décembre : Bilan et discussion autour des différents textes
 

 

 

TOP ^

SEMESTRE DE PRINTEMPS 2013 - COURS BACHELOR

LUNDI

 

08h30-10h00
Salle: Anthropole 2106
Introduction aux études cinématographiques
Module : BA Théories, histoire et analyse de films I
Enseignant : Benoît Turquety


Méthodes et outils pour l'analyse de films
Théories du cinéma
Problèmes et méthodes d'histoire du cinéma

 

10h15-12h00
Salle: Unithèque, 4215
Analyse d’une séquence de film, groupe 1
Module : BA Analyse de film II
Enseignant : Valentine Robert


Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des oeuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant.

  


13h15-15h00
Salle: Anthropole, 3088
Analyse de films, analyse de textes, groupe 1
Module : BA Théories, histoire et analyse de films I
Enseignants : Jean-Marie Cherubini, Séverine Graff, Sylvain Portmann


Les travaux pratiques consistent en des présentations orales effectuées individuellement par les participants. Les étudiants présentent un article important pour l'histoire de la discipline, portant sur des enjeux théoriques et d'analyse du film. Les étudiants peuvent également analyser un extrait de film, à partir des outils théoriques abordés dans le cadre du cours « Introduction aux études cinématographiques ».

 

15h15-17h00
Salle: Anthropole, 3088
Analyse de films, analyse de textes, groupe 2
Module : BA Théories, histoire et analyse de films I
Enseignants : Jean-Marie Cherubini, Séverine Graff, Sylvain Portmann

 

Les travaux pratiques consistent en des présentations orales effectuées individuellement par les participants. Les étudiants présentent un article important pour l'histoire de la discipline, portant sur des enjeux théoriques et d'analyse du film. Les étudiants peuvent également analyser un extrait de film, à partir des outils théoriques abordés dans le cadre du cours « Introduction aux études cinématographiques ».

 

15h15-17h00
Salle: Unithèque 4215
Histoire du cinéma et dispositifs : regards internationaux
Module: BA Histoire II

Le cours-bloc des 15 et 16 mars 2013 aura lieu dans la salle Amphimax 415, 9h00-17h00

 

Cet enseignement est destiné à accueillir des invités internationaux qui viennent présenter leur recherche sur l'histoire du cinéma et les dispositifs. il est constitué d'un cours-bloc donné par Mme Muriel Andrin (Professeurs à l'Université Libre de Bruxelles), ainsi que d'un cycle de trois conférences liées à la question des dispositifs.
Les conférences sont préparées puis débattues dans le cadre d'un séminaire animé par M. Benoît Turquety.
Le cours-bloc correspond à 14 heures au total, le cycle de conférences et le séminaire à 12 heures au total.

Contenu

Cours-bloc de Mme Muriel Andrin, 15 et 16 mars 2013

Genre et genres - regards de réalisatrices sur les genres cinématographiques dans le cinéma contemporain.

Comme en témoigne le cas d'Alice Guy-Blaché, les femmes réalisatrices sont nées avec le Cinématographe, mais peu d'histoires du cinéma ont daigné souligner leur importance vis-à-vis du 7ème Art. A partir des années 70, elles sont pourtant devenues de plus en plus présentes (même si toujours marginalisées dans les histoires officielles), marquant cette première décennie par une vague d'expérimentations et un refus des cloisonnements esthétiques, en parallèle avec les mouvements militants de libérations féminine. depuis les années 90, si certaines continuent à s'investir dans une recherche filmique (relativement) radicale, une partie des réalisatrices est revenue vers un cinéma plus commercial et industriel, répondant à une logique de genres cinématographiques. Ces films de genre réalisés par les femmes sont-ils différents? Face aux dispositifs imposés d'un point de vue thématique, esthétique et même spectatoriel des différents genres (biopics, mélodrames, films d'horreur, western, etc.), proposent-elles un regard spécifique? Cette gestion des genres cinématographiques implique-t-elle une façon de mettre en scène des représentations ou des discours genrés?
En tenant compte de l'extrême diversité des approches et des cinématographies, de Jane Campio à Claire Denis en passant par Kathryn Bigelow ou Hana Makhlmabaf, il s'agira donc de s'interroger sur cette utilisation singulière (ou non) des genres.
Films à voir:

  • Orlando (Sally Potter, 1992)
  • Marie-Antoinette (Sofia Coppola, 2006)
  • Buddha Collapsed out of Shame (Hana Makhmalbaf, 2007)
  • After the Wedding/Open Hearts (Susanne Bier, 2006 & 2002)
  • Across the Universe (Julie Taymor, 2007)
  • In the Cut (Jane Campion, 2003)
  • Trouble Every Day (Claire Denis, 2001)
  • Dans ma peau (Marina De Van, 2001)
  • The Hurt Locker (Kathryn Bigelow, 2008) 

 

PROGRAMME 

•18 février/15h15: qu’est-ce qu’un dispositif?

•11 mars/15h15: notions d’épistémologie des dispositifs

•15-16 mars: cours-bloc de Muriel Andrin: Genre et genres - regards de réalisatrices sur les genres cinématographiques dans le cinéma contemporain

•20 mars/18h: conférence de Martin Lefebvre: Sur quelques problèmes épistémologiques dans le dispositif de la théorie du cinéma

•25 mars/15h15: bilan

•17 avril/18h: conférence de Michael Cowan: Dispositifs du film publicitaire entre cinéma et projecteurs portatifs

•22 avril/15h15: bilan

•8 mai/18h: conférence de Siegfried Zielinski: Towards a Genealogy of Projection

•13 mai/15h15: bilan d’ensemble
 

 

17h15 - (variable selon la durée des films)
Salle : Amphipôle B
Projections liées au cours d'introduction aux études cinématographiques

Chaque projection est précédée d’une introduction de Benoît Turquety. Ces séances s’inscrivent dans le programme de cours obligatoire de propédeutique, mais sont ouvertes à tous les étudiants de la Section.

Lu 18 février
Projection : The River (Fr. Borzage, 1929)

Lu 25 février
Projection : La Chienne (J. Renoir, 1931)

Lu 4 mars
Projection : Scarlet Street (Fr. Lang, 1945)

Lu 11 mars
Projection : Barbe-Bleue (G. Méliès, 1901) et Cendrillon ou la pantoufle merveilleuse (A. Capellani, 1907)

Lu 18 mars
FIFF Forum 2013 : Camera Work – 14h-18h, Fribourg

Lu 25 mars
Projection : La Passion de Jeanne d’Arc (C. Th. Dreyer, 1927)

Vacances de Pâques du vendredi 29 mars au dimanche 7 avril 2012

Lu 8 avril
Cours : Histoire des formes et des théories I : France, années 1920 : Les avant-gardes, la photogénie
Projection : Regen et Borinage (J. Ivens, 1929 et 1934)

Lu 15 avril
Pas de projection (venue du Dalaï Lama)

Lu 22 avril
Projection : Tabu (Fr. W. Murnau & Robert Flaherty, 1922)

Lu 29 avril
Projection : Miss Oyu (Mizoguchi K., 1951)

Lu 6 mai :
Projection : Roma città apperta (R. Rossellini, 1945)

Lu 13 mai :
Projection : Les Vacances du cinéaste (J. van der Keuken, 1974)
 

 


MARDI

 

08h30-10h00
Salle : Unithèque, 4215
Projections liées au cours « Réalismes et cinéma II: réalisme ontologique »
Module : BA Théories II
Enseignant : Maria Tortajada

 

10h15-12h00
Salle : Unithèque, 4215
Réalismes et cinéma II: réalisme ontologique
Module : BA Théories II
Enseignant : Maria Tortajada

 

Parmi les différentes expressions d’une esthétique réaliste, le réalisme ontologique développé dans les années 1940-1950 par André Bazin propose une interprétation particulièrement radicale du principe qui fonde la représentation réaliste. La métaphore classique de « la fenêtre ouverte sur le monde », parangon de la transparence, rivalise avec « l’empreinte » et les valeurs de l’authenticité. Définition de la réalité, de la représentation, du spectateur, du médium, mise en relation du cinéma avec la photographie : ce cours-séminaire abordera ces questions en relation avec d’autres approches contemporaines de Bazin, telle celle de Kracauer, et en revenant aux films qui fondent ces argumentions d’ordre esthétique et philosophique.

 

13h15-15h00
Salle: Anthropole, 2024
Analyse de films, analyse de textes, groupe 3
Module : BA Théories, histoire et analyse de films I
Enseignants : Jean-Marie Cherubini, Séverine Graff, Sylvain Portmann


Les travaux pratiques consistent en des présentations orales effectuées individuellement par les participants. Les étudiants présentent un article important pour l'histoire de la discipline, portant sur des enjeux théoriques et d'analyse du film. Les étudiants peuvent également analyser un extrait de film, à partir des outils théoriques abordés dans le cadre du cours « Introduction aux études cinématographiques ».

 

13h15-15h00
Salle : Unithèque, 4215
Analyse d’une séquence de film, groupe 3
Module : BA Analyse de film II
Enseignant : Valentine Robert

Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des œuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant. 

 

 

MERCREDI

 

 

10h15-12h00
Salle: Unithèque, 4215
Méthodologie d'analyse du film (II) : histoires, sociétés et cinéma
Module : BA Histoire II
Enseignant : Laurent Guido

Attention : ce séminaire commence le 27 février.


Ce cours constitue un prolongement et un approfondissement de l'« Introduction aux Études cinématographique » de l'année propédeutique, et fait office d'encadrement historique du séminaire d'analyse d'une séquence de film. Il s'agit de discuter la productivité, pour l'analyse de films, d'outils et de méthodes propres à l'histoire (celle-ci étant envisagée non seulement sous l'angle esthétique, mais aussi dans ses versants sociaux, politiques et culturels). D'une part, on verra comment une séquence peut s'inscrire dans des périodes, courants ou genres de l'histoire du cinéma (des premiers temps à la production contemporaine), en renvoyant notamment à divers modes canoniques de pratiques filmiques. D'autre part, on réfléchira aux manières dont le film se fait l'écho, voire contribue activement à l'élaboration de discours et de représentations sociales, par exemple en termes de hiérarchies culturelles, de rapports de pouvoir ou encore d'interactions entre catégories sexuelles. Le cours articulera constamment ces problématiques à des séquences spécifiques, dans le cadre de la production d'une analyse de film structurée, à la fois synthétique et bien exemplifiée. Un panorama de textes théoriques et d'études de cas (rassemblés dans un dossier) accompagnera le cours, et permettra d'aiguiser la sensibilité des étudiants aux problématiques soulevées par l'analyse filmique.

 

 

14h00-16h00 (Premier cours: 20 février )
Salle du Cinématographe, Cinémathèque suisse
Introduction à l'Histoire générale du cinéma : Études comparatives
Module : BA Théories, histoire et analyse de films I
Enseignant : François Albera


Ce cours, organisé en partenariat avec la Cinémathèque Suisse, se développe à partir de films tirés de ses collections, dont des extraits sont projetés à des fins de confrontation, comparaison, rapprochements, plutôt qu'à partir d'une problématique préalable de type livresque. Ils sont constamment mis en rapport avec les autres arts et le contexte socio-politique où ils ont pris place, inscrivant de la sorte le cinéma dans un champ culturel et social élargi. Les étudiants se trouvent ainsi en présence des éléments matériels du dispositif cinématographique (projectionniste en cabine, pellicule, appareil 35mm, projection sur écran) et non d'une transcription sur bande magnétique qui demeure, quoi qu'il en soit, allusive. Ce cours d'introduction offre une base de connaissances que les étudiants auront à retravailler, approfondir ou discuter dans la suite de leurs études.

  

 

 

JEUDI

 

08h30-10h00
Unithèque 4215
Analyse d’une séquence de film, groupe 2
Module : BA Analyse de film II
Enseignant : Sylvain Portmann


Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des oeuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant.

 

 

13h15-15h00
Salle : Unithèque, 4215
Les nouveaux cinémas des années 60 (II) (Amérique du Sud, Afrique, Moyen Orient)
Module : BA Histoire II
Enseignant : François Albera

Cours du jeudi 25 avril 2013, salle Amphimax/414.
 

 

15h15-17h00
Salle : Anthropole, 4030
Analyse d’une séquence de film, groupe 4
Module : BA Analyse de film II
Enseignant : Sylvain Portmann

Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des œuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant. 

 

18h30
Lieu : Cinémathèque suisse
Projections liées au cours « Les nouveaux cinémas des années 60 (II) (Amérique du Sud, Afrique, Moyen Orient) »

 

 

VENDREDI

 

08h15
Salle : Unithèque, 4215
Projections liées au cours « La voix over dans le cinéma de François Truffaut »
 

 1er mars à 8h15 : L’Homme qui aimait les femmes, 1977

15 mars à 8h15 : Jules et Jim, 1962
A 10h15 : Les Deux anglaises et le continent, 1971

5 avril à 8h30 : L’Amour en fuite, 1979

Vendredi 12 avril à 8h15 : Vivement dimanche, 1983

19 avril à 9h00 : Les Mistons, 1957 ; Antoine et Colette, 1962

3 mai à 8h30 : L’Enfant sauvage, 1970

10 mai à 8h30 : L’Histoire d’Adèle H., 1975

17 mai à 8h15 : Une belle fille comme moi, 1972

24 mai à 8h15 : La Femme d’à côté, 1980

 

10h15-12h00
Salle : Unithèque, 4215
La voix over dans le cinéma de François Truffaut
Module : BA Analyse III
Enseignant : Alain Boillat

 

Ce cours-séminaire a pour but de saisir les implications esthétiques et narratologiques de l'utilisation du procédé de la voix over à travers l'étude d'un corpus spécifique, les films du cinéaste François Truffaut, de son court métrage Une histoire d'eau (1958) à La Femme d'à côté (1981). On examinera notamment en quoi le réalisateur témoigne à cet égard d'une démarche particulière qui tient notamment à la conception de l'adaptation cinématographique d'œuvres littéraires qu'il a développée en tant que critique - ses deux films tirés de romans d'Henri-Pierre Rocher, Jules et Jim (1963) et Les deux anglaises et le continent (1971), sont emblématiques de ce rapport à un texte préalable - et à un usage peu traditionnel, souvent ponctuel, retardé et désinvolte, comme dans Tirez sur le pianiste (1960). Si le rôle habituel de contextualisation historique incombe à une narration over dans L'Histoire d'Adèle H. (1975) ou Le Dernier métro (1980), cette dernière côtoie chez Truffaut, en particulier dans le cas de lecture de textes (lettre, journal intime, etc.), d'autres manifestations vocales avec lesquelles il est intéressant de la comparer. A partir des outils issus des théories de l'énonciation narrative, on se demandera pour chacun des films de Truffaut présentant une ou plusieurs voix over qui parle (un narrateur hétérodiégétique ou homodiégétique, un acteur du film, Truffaut lui-même, comme dans L'Enfant sauvage, 1969) et comment il le fait (grain de la voix, rythme de la parole, etc.), en prêtant attention au « montage » entre le texte et les images, à la construction du point de vue et à la place de la voix dans le paysage sonore global du film. Intermédiaire explicite entre la représentation audiovisuelle et le spectateur, la voix-over détermine en grande partie notre rapport au film ; on verra comment Truffaut instaure avec son public une relation particulière située entre la distance et l'immersion, l'analytique et l'affectif, l'observation des comportements et l'identification aux personnages.


 

 

13h15-15h00
Salle : Unithèque, 4215
L'institutionnalisation du cinéma d'artistes II (1920-1970) : des avant-gardes historiques à la légitimation de l'art video
Module : BA Théories II
Enseignant : François Bovier

Dans les années 1960-1970, les expérimentations les plus radicales à partir du film et de l'image en mouvement se multiplient, en Europe et aux Etats-Unis : une forme d'indépendance (économique, politique, esthétique) à l'égard de l'industrie du cinéma, mais aussi des réseaux cinéphiliques et des espaces d'art, explique l'ampleur et la vigueur de ces mouvements (cinéma "underground", cinéma expérimental, "das andere kino", "structural-materialist film", "expanded cinema", etc.). En un premier temps, nous analyserons un certain nombre de films et de performances audio-visuelles qui ont été réalisés dans le contexte international des coopératives de cinéastes indépendants. En un second temps, nous examinerons le tournant et le renversement qui s'opèrent autour des années 1990-2000, qui peuvent être ressaisis comme un mouvement d'absorption du cinéma expérimental et des pratiques audio-visuelles "élargies" dans le champ de l'art contemporain et des grandes manifestations qui le consacrent. Ce phénomène d'intégration exerce en retour une réactualisation et une relecture des oeuvres des années 1960-1970, qu'il convient d'interroger, parallèlement au renouvellement du cinéma d'artistes dans la période contemporaine.

 

 

15h15-17h00 
Salle : Unithèque, 4215
Le cinéma militant en France
Module : BA Analyse de film III
Enseignant : Sébastien Layerle

 

• Vendredi 22 février (15h00-18h00)
Cinéma politique, cinéma militant, cinéma d’intervention sociale : définitions et enjeux méthodologiques


• Vendredi 1er mars (15h00-17h00)
Le cinéma « marginal » et la guerre d’Algérie


• Vendredi 15 mars (15h00-17h00)
« Un acte de maturité » : Loin du Vietnam et autres manifestes de solidarité aux luttes de libération


• Vendredi 22 mars (15h00-17h00)
À l’épreuve de l’événement : les États Généraux du Cinéma et la mobilisation des gens d’images en Mai 68


• Vendredi 19 avril (15h00-17h00)
« Faire politiquement des films politiques » : sur la charge idéologique du dispositif cinématographique


• Vendredi 26 avril (15h00-18h00) COURS DEPLACE AU 29 AVRIL (15h-18h, Amphimax 412)
Vers un cinéma d’expression ouvrière : appropriations collectives de l’outil-cinéma


• Vendredi 3 mai (15h00-18h00)
Le « tiers-secteur » d’intervention des années 1970 : diffusion, promotion et défense d’un cinéma de contre-information


• Vendredi 17 mai (15h00-17h00)
Modalités techniques d’intervention : pratique militante du Super 8 et premiers pas de la vidéo légère


• Vendredi 24 mai (15h00-17h00)
Bilan : perception, réappropriations et usages des « images sources » des années 68
 

TOP ^

SEMESTRE DE PRINTEMPS 2013 - COURS MASTER

LUNDI

 

 

13h15-15h00
Salle : Unithèque, 4215
Le rêve au cinéma
Module : MA Esthétique et langage
Enseignant : Mireille Berton
 

Ce cours-séminaire se propose d'explorer les liens entre le cinéma et le rêve selon différents axes qui, dans la plupart des configurations envisagées, s'entrecroisent : épistémologique, historique, théorique et esthétique. Depuis le mouvement surréaliste qui érige le rêve au rang de modèle premier de la subjectivité, jusqu'aux théories contemporaines du cinéma comme hypnose, le rêve n'a cessé de nourrir la réflexion sur le cinéma, sur le film, sur le spectateur. Il s'agira notamment d'observer comment le rêve intervient dans l'histoire et la théorie du cinéma au titre, à la fois, de modèle anthropologique, de système langagier, de défi philosophique et surtout de phénomène esthétique - l'expérience du rêve et du cinéma étant appréhendées en termes d'analogie tant métapsychologique que formelle. Les modalités d'échanges possibles entre le cinéma et le rêve seront étudiées au travers des textes (Desnos, Ramain, Allendy, Metz, Bellour, etc.) et via un vaste corpus de films où le rêve joue un rôle narratif de premier plan. Une des questions principales qui guidera notre réflexion durant le semestre portera sur l'idée du rêve comme ficition, d'une paranthèse radicalement irréelle, à savoir de la création, au sein d'une oeuvre d'imagination, d'un espace de liberté dont les lois dérogent, par convention, à la réalité.

 

 

 

MARDI

 

 

10h15-12h00
Salle : Internef 122
Cinéma d'animation non industriel: pratiques et théories
Module : MA Esthétique et langage
Enseignant : Benoît Turquety


Le cinéma d'animation constitue un domaine spécifique à l'intérieur du cinéma, englobant notamment le dessin animé sous sa forme industrielle bien connue (studios Disney, Ghibli, etc.), mais aussi un très large éventail de techniques singulières, artisanales et expérimentales : intervention directe sur la pellicule, animation d'objets, pixilation, etc. Ces pratiques, ces œuvres, et les théories élaborées par ces artistes interrogent le cinéma dans son ensemble de façon singulière, et permettent de reconsidérer de manière nouvelle certaines définitions et certains enjeux fondamentaux du médium cinématographique. Par l'étude des films, des textes, et des techniques inventées par certains cinéastes d'animation, ce cours-séminaire cherchera à élaborer les spécificités de cet ensemble, et ses possibles répercussions théoriques.

 

 

 

15h15-17h00
Salle : Unithèque, 4215
Introduction à l'épistémologie des dispositifs
Module : MA Esthétique et langage (SHC)
Enseignant : Maria Tortajada

Ce séminaire forme les étudiants à l'analyse des discours selon des présupposés foucauldiens et à l'analyse des dispositifs d'audition et de vision confrontant des questions techniques et des problématiques liées à la question du spectateur.

 

     

MERCREDI

 


8h30-10h00
Salle : Unithèque, 4215
Projections liées au cours « Les dispositifs du « cinéma comme art » »
Module : MA Epistémologie
Enseignant : Maria Tortajada

 

10h15-12h00
Salle : Anthropole, 3068
Les dispositifs du « cinéma comme art »
Module : MA Epistémologie, SHC
Enseignant : Maria Tortajada


Au moment de la constitution de la critique cinématographique dans les années 1910 et 1920 se développe un débat sur la légitimité du cinéma à faire valoir des prétentions artistiques. Le cinéma est-il un art ? C’est une des questions centrales qui permet d’articuler des thèses contradictoires sur ce médium. Des écrivains, des critiques, des acteurs, des cinéastes entrent dans la discussion et sont amenés à définir et redéfinir ce qu’est le cinéma, s’appropriant ainsi un dispositif à l’aune d’un débat esthétique. Ce cours-séminaire voudrait procéder à l’analyse de différents textes de Delluc, Epstein, L’Herbier, notamment, pour tenter de dégager les dispositifs cinématographiques qui servent l’argumentation contradictoire de cette époque sur la question de l’art et de la spécificité du cinéma.
 

 

13h15-15h00
Salle : Unithèque, 4215
Visions synthétiques du monde : cinéma, photographie, globalisation
Module : MA Epistémologie (SHC)
Enseignant : Olivier Lugon et Laurent Guido

 

Attention: le séminaire commence le 27 février.

Ce séminaire examine la façon dont l'avènement des nouveaux médias photographique et cinématographique a contribué à forger une nouvelle perception du monde animée par des idéaux universalistes. L'attention se concentrera sur des objets ayant cherché, du tournant du 20e siècle à aujourd'hui, à unifier en une image synthétique la diversité des cultures et des peuples par le biais du film, du livre illustré, de l'exposition photographique ou du diaporama. On reviendra notamment sur les Archives de la planète d'Albert Kahn (1909) ; "Mélodie du monde" de Walter Ruttmann (1929) ; "The Family of Man" d'Edward Steichen (1955) et sa postérité ; "Mondo Cane" de Paolo Cavara, Gualtiero Jacopetti et Franco Prosperi (1962) et ses avatars ; les diaporamas de l'Exposition universelle "Terre des Hommes", Montréal, 1967 ; les documentaires Nord/Sud de Johan van der Keuken (1972-1974) ; la "Trilogie des Qatsi" de Godfrey Reggio et Philip Glass (1982-2002) ; les livres et films écologistes de Yann Arthus-Bertrand (1999-2009), ainsi que la présence de cet imaginaire universaliste dans la culture de masse contemporaine (publicités, clips vidéo).

 

 


JEUDI

 

10h15-12h00
Salle : Unithèque, 4215
Littératures de cinéma: les genres (Monographie, Mémoires, Souvenirs, Théorie de cinéastes, Théorie de théoriciens, Esthétique, Philosophie, recueil de critiques, etc.)
Module : MA Esthétique et langage
Enseignant : François Albera
Cours du jeudi 25 avril 2013, salle Amphimax/414

 

 

13h15 – 15h00
Salle : Anthropole, 2064
Histoire et théorie du scénario
Module : « Histoire et théorie du scénario et de la critique cinématographique »
Enseignant : Alain Boillat


Approche critique de la notion de scénario sur la base de son histoire (en lien avec différents moments-clé de l'histoire du cinéma, ou avec des pratiques comme celle du « ciné-roman »), des doctrines qui l'ont accompagnée et du contexte plus général des réflexions sur la narratologie filmique (autour d'aspects tels que la construction du personnage, la vraisemblance, la clôture du texte filmique, la distinction dialogues/voix-over, etc.). A partir de l'étude de modèles normatifs et d'une réflexion sur l'écriture du scénario, ouverture vers des pratiques plus libres qui mettent en cause la partition fiction/documentaire (place de l'improvisation) ou qui résultent d'une démarche intermédiale spécifique (lien au théâtre ou à la littérature romanesque). Analyse de films procédant à des choix scénaristiques singuliers.
 

 

 

15h15-17h00
Salle : Unithèque 4215
Approches queer et cinéma
Module : MA Histoire et société
Enseignant : Charles-Antoine Courcoux

 

 Ce cours-séminaire débutera par une immersion dans plusieurs textes fondateurs des théories et approches queer (Teresa de Lauretis, Eve Kosofsky Sedgwick, Judith Butler, etc.) en vue d’appréhender les concepts, les objets, les problématiques et les méthodes relatifs à cette perspective de recherche ainsi qu’aux pratiques militantes qui lui sont liées. L’enseignement se déploiera ensuite autour de l’analyse de ce qui sera considéré initialement comme deux corpus de réalisations distincts. On s’attachera en effet d’abord à « queeriser » − c’est-à-dire à pervertir par leur (re)lecture − un certain nombre de productions en provenance, pour la plupart, du cinéma classique hollywoodien, telles que The Wizard of Oz (1939), The Women (1939), Citizen Kane (1941) ou Gentlemen Prefer Blondes (1953). Au gré de cette entreprise, on sera progressivement conduit à se pencher sur des films dans lesquels la perturbation des conceptions dominantes de genre et de la sexualité ainsi que les enjeux politiques qui leur sont attachés ne s’inscrivent plus seulement de façon symptomatique, mais sont thématisées voire problématisées par le texte filmique. Cette seconde partie, qui inclura l’étude de Batman Forever (1995), Psycho (1998), Boys don’t Cry (1999), Brokeback Mountain (2005) et I Love You Phillip Morris (2010), sera propice à l’engagement d’une réflexion sur les chevauchements entre les deux corpus de films, sur les enjeux de savoir et de pouvoir qui les traversent ainsi que sur le potentiel épistémologique radical des théories et approches queer. Cet enseignement peut être utilement complété par le suivi du cours American Literature : Queer American Literature, dispensé durant le même semestre par Agnieszka Soltysik Monnet au Département d’anglais, le mardi de 13h à 15h (Anthropole, 3068).

 

 

VENDREDI

 

Horaire à définir
Salle à définir
Pratiques du scénario
Module : MA Histoire et théorie du scénario et de la critique cinématographique
Enseignant responsable : Benoît Turquety

TOP ^

Voici le descriptif complet des cours de cinéma (par semestre et par niveau BA/MA) de l'année en cours. Pour des détails concernant les cursus et modules couplés, choisissez un plan d'étude sur le site central de l'Unil.

TOP ^

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom

Pour des détails concernant les cursus et modules couplés, choisissez un plan d'étude sur:

le site de la faculté

 

Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 69229 10  -  Fax +41 21 69229 15
Swiss University