Vous êtes iciUNIL > Section d'histoire et esthétique du cinéma > Les Evénements > Sokourov & D'Est!

Alexandre Sokourov & D'Est!

Programmation croisée à la Cinémathèque Lausanne | Hors programme
 

Programmation croisée à la Cinémathèque Lausanne

Vendredi 13.00-15.00 ou Jeudi 18h30-20.30, Projections, Cinématographe, Cinémathèque suisse

PROGRAMMATION DE FILMS DANS LE CADRE DES COURS DU PROF FR. ALBERA

L'auteur en question(s) : Alexandre Sokourov

Jeudi 13.00-15.00, toute l'année. 4215, Unithèque

Un cinéaste soviétique contrarié devenu le plus fameux réalisateur russe. Conditions d'émergence dans le contexte soviétique d'un cinéaste underground d'Etat. Les contradictions du système soviétique de cinéma. La « pérestroïka » puis la fin du régime et l'effondrement d'une des premières cinématographies du monde. Persistance de Sokourov entre documentaire et fiction : singularité, détermination et recherche d'un « absolu ». Est-il un « avant-gardiste » réactionnaire ? son arraisonnement par le monde de l'art.

D'Est !

Vendredi 10.00-12.00, toute l'année. 4215, Unithèque

Après la Deuxième Guerre mondiale et les accords de Yalta, les pays d'Europe centrale et orientale qui se trouvent dans la sphère d'influence soviétique connaissent tous un développement industriel, technologique et artistique dans le domaine du cinéma. Ils occupent progressivement une place - inégale selon les pays - importante dans la production mondiale (festivals, distribution internationales, études critiques). Le développement de ces « cinémas nationaux » participent au développement d'une « identité nationale » et à ses aspects politiques et idéologiques (moraux, etc.). Après la chute de ces régimes en 1989 ces cinématographies disparaissent du jour au lendemain. Le cours procédera à l'étude des productions de tous ces pays, dans la mesure de l'accès aux films et à la littérature les concernant.

Hors programme

Premières suisses

du dernier film de Danièle Huillet et Jean-Marie Straub, et du nouveau film de J-M. Straub.

Jeudi 13 novembre 2008 - 18h30  -  Cinémathèque Suisse  -  Cinématographe

Itinéraire de Jean Bricard - France - 2007

Réalisation : Danièle Huillet, Jean-Marie Straub, Scén. D.H, J-M.S, d'après « Itinéraire » de Jean Bricard et Jean-Yves Petiteau, Image : Irina et William Lubtchansky, Son : Jean-Pierre Duret, Montage : Nicole Lubtchansky, Production : Pierre Grise, Le Fresnoy, 35mm noir-blanc, 1.37, son : Dolby SRD mono- 40'

Il Ginocchio di Artemide (Le Genou d'Artémide) - Italie - 2007

Réalisation : Jean-Marie Straub, scén. d'après « La Belva » (La Bête sauvage ») de Cesare Pavese. Image : Renato Berta, Son : Jean-Pierre Duret, Montage : Nicole Lubtchansky, Musique : Gustave Mahler, Heinrich Schutz, interprétation : Andrea Bacci, Dario Marconcini. Production : Pierre Grise, Le Fresnoy, Teatro Communale di Buti., 35mm couleur, 1.37, son : Dolby SRD mono- 26'

Ces deux films, réalisés par Jean-Marie Straub après la disparition de Danièle Huillet, l'un auquel elle avait travaillé - l'Itinéraire de Jean Bricard -, projet remontant à plusieurs années, l'autre marquant un retour de Straub seul à l'un des Dialoghi con Leuco de Pavese qui avait déjà donné lieu à un premier film en 1979 (Dalla Nube alla resistenza) et un second en 2006, Quei loro incontri (Ces rencontres avec eux), ces deux films sont deux hommages tour à tour vibrants, déchirants à la disparue. Tous deux appartiennent à un sublime, ici violent, chaotique, celui d'une nature hivernale, et là douloureux et élégiaque à la fois au sein d'une nature luxuriante, frémissante. Ce qui n'étonne pas de la part de cinéastes qui ont longuement fréquenté l'oeuvre de Hölderlin. « Qualcuno ti è morto ? » (As-tu quelqu'un de mort ?) demande l'Etranger à Endimion qui répond qu'il « n'est plus parmi les mortels » depuis sa rencontre avec une déesse. Dans la légende qu'a reprise Pavese, le berger Endimion est approché, sur le mont Latmos, par la farouche Artémis (ou Diane), tombée amoureuse de lui. On connaît l'interdit du regard sur celle qui transforma Actéon en cerf, pour l'avoir transgressé (Klossowski en fit le sujet de dessins et récits). Ici le berger feint le sommeil pour se laisser embrasser par la sauvage Artémis « en sa courte tunique », elle dont nul « n'a touché le genou ». Et depuis ce moment il attend chaque nuit le retour de la sauvage, la maigre, la tigresse et ne vit qu'en cette attente. Ce dialogue de deux personnages immobiles dans une nature somptueuse et déchaînée, développe une rare force érotique que l'inaccessible - en tout cas invisible - déesse qui en est l'objet démultiplie. L'ouverture de ce film, comme à l'opéra, se fait dans le noir où s'élève la voix de Kathleen Ferrier chantant « Der Abschied » (l'Adieu) du « Chant de la terre » de Mahler. Sa fin est à nouveau dans le noir où retentit un choral de Heinrich Schutz, après qu'on eut découvert dans la forêt les tombes de partisans assassinés pendant la guerre.

L'Itinéraire de Jean Bricard est un trajet sur la Loire, dans une barque à moteur dont le bruit est exaspéré, une Loire d'hiver, « crépusculaire » (quoique filmée à l'aube) le long d'une île où l'on n'accostera pas, plantée d'arbres noirs, nus, progressivement rongé par la « lèpre » du gui. Ile des morts, fleuve de l'oubli : une embarcation où lentement montent des figures spectrales, la « neige » volatile de quelque pollution de la rivière. Sur les bords : des maisons vides, des ruines, des fûts d'arbres désolés et puis une croix, des croix dont une « de Lorraine », signalant qu'ici pendant la guerre des hommes - dont un prêtre -, furent fusillés par les Allemands. Ce trajet croise un itinéraire de vie, celui de Jean Bricard, dont Jean-Yves Petiteau, chercheur au CNRS, avait recueilli et publié le témoignage. Il en est ici lu des passages, parole incertaine soudain surgissante.

Ces deux films si différents et pourtant convergents sont, on l'aura compris, deux « tombeaux » au sens de celui que Mallarmé consacre à Verlaine (« Le roc noir courroucé que la bise le roule », « Verlaine ? il est caché parmi l'herbe, Verlaine »), ils se relient également à ce qui traverse tout le cinéma des Straub depuis Nicht Versöhnt, le Bach en passant par le Coup de dés ou Fortini/Cani, Antigone et les Empedocle et dont Une visite au Louvre donnait une représentation frontale avec l'Enterrement à Ornans de Courbet : une méditation sur la mort qui, sous ses espèces violentes (meurtres, massacres, exécutions, destructions), est accoucheuse d'histoire et donc de vie.

François Albera

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom
Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 69229 10  -  Fax +41 21 69229 15
Swiss University