Année 2009/10

SEMESTRE D'AUTOMNE 2009 - COURS BACHELOR | SEMESTRE D'AUTOMNE 2009 - COURS MASTER | SEMESTRE DE PRINTEMPS 2010 - COURS BACHELOR | SEMESTRE DE PRINTEMPS 2010 - COURS MASTER
 

SEMESTRE D'AUTOMNE 2009 - COURS BACHELOR

LUNDI

 

10h15-12h
 Unithèque 4215
Introduction aux études cinématographiques
 Enseignant : Alain Boillat

 

- Méthodes et outils pour l'analyse de films

 - Théories du cinéma

 - Problèmes et méthodes d'histoire du cinéma

 Documents liés aux cours 

 

 

 

13h15-15h
 Amphimax 412
Analyse de film, analyse de texte - Groupe 1
Enseignante : Valentine Robert

Les travaux pratiques consistent en des présentations orales effectuées individuellement par les participants. Les étudiants présentent un article important pour l'histoire de la discipline, portant sur des enjeux théoriques et d'analyse du film. Les étudiants peuvent également analyser un extrait de film, à partir des outils théoriques abordés dans le cadre du cours « Introduction aux études cinématographiques ».

 

 

 

13h15-15h
 Amphimax 413
Analyse de film, analyse de texte - Groupe 2
Enseignant : Raphaël Oesterlé



Les travaux pratiques consistent en des présentations orales effectuées individuellement par les participants. Les étudiants présentent un article important pour l'histoire de la discipline, portant sur des enjeux théoriques et d'analyse du film. Les étudiants peuvent également analyser un extrait de film, à partir des outils théoriques abordés dans le cadre du cours « Introduction aux études cinématographiques ».

 

 

 

13h15-15h
 Unithèque 4215
Analyse d’une séquence de films
 Enseignante : Mireille Berton

Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des oeuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant.

 

 

 

PROJECTIONS
15h15-17h, Unithèque 4215
Projections liées aux cours et TP de première année, présentation du film par Alain Boillat
(séance de "rattrapage" le mardi à 15h15 à la médiathèque de la BCU)
 

 

MARDI 

 

08h15-10h
Amphimax 412
Analyse d’une séquence de films
 Enseignant : Benoît Turquety

 Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des oeuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant.

 

 13h15-15h
 Internef 232
Techniques, usages, formes
 Enseignant : Benoît Turquety
Module : Analyse de film III

Les questions de mise en forme filmique sont inextricablement liées, comme dans d’autres arts, aux outils et techniques employés, et à la manière de les mettre en œuvre. Ce cours-séminaire vise, sur la base d’analyse d’exemples précis (fiction, documentaire, animation, etc.), à revenir sur ces enjeux techniques et leur prise en compte dans l’analyse.

 

 

 

13h15-15h
 Amphimax 412
Analyse de film, analyse de texte - Groupe 3

Enseignante : Anne-Katrin Weber

Les travaux pratiques consistent en des présentations orales effectuées individuellement par les participants. Les étudiants présentent un article important pour l'histoire de la discipline, portant sur des enjeux théoriques et d'analyse du film. Les étudiants peuvent également analyser un extrait de film, à partir des outils théoriques abordés dans le cadre du cours « Introduction aux études cinématographiques ». 

 

 

15h15-17h
 Anthropole 2064
Le cinéma en Suisse romande des origines à la fin de la seconde guerre mondiale : production, diffusion, réception
 Enseignant : Pierre-Emmanuel Jaques
 Module : Histoire II

Ce cours séminaire portera sur l’activité cinématographique en Suisse romande, des plus anciennes projections jusqu’à la fin de la seconde guerre. Outre la circulation des films en provenance des principaux pays producteurs, nous examinerons la mise en place d’une production cinématographique locale ainsi que le contexte plus général de leur diffusion et de leur réception. Ce cours-séminaire adoptera une démarche largement comparatiste, en envisageant en permanence le lien entre ces aspects locaux et une histoire générale du cinéma.

 

 

 

MERCREDI

 

8h15-10h
 Unithèque 4215
Analyse d’une séquence de films
 Enseignant : Laurent Guido

Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des oeuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant.

 

  13h15-15h
 Unithèque 4215
Leitmotiv et mickeymousing : musique et narration dans le cinéma hollywoodien
 Enseignant : Laurent Guido
 Module : Théories II

Des premiers temps du cinéma à aujourd’hui, la musique a accompagné les projections cinématographiques. A partir du tournant vers l’institutionnalisation du film, au cours des années 1910, la musique a progressivement servi les impératifs de la narration et de la spectacularité du cinéma. Ce cours-séminaire propose d’interroger plus spécifiquement l’existence d’un «modèle classique» de musique de film, fondé sur certaines procédés (thèmes récurrents et variés, soulignement rythmique des actions) destinés non seulement à accompagner, mais également à renforcer, mettre en évidence, expliciter les actions montrées à l’écran.

Si ce modèle a marqué plus particulièrement le cinéma hollywoodien des années 1930-1950 (qu’on abordera donc de manière privilégiée), il a conditionné en profondeur les pratiques et les réflexions des compositeurs et des cinéastes. On étudiera donc également les possibles “contre-modèles” et les développements contemporains de cette logique “classique”.

Aucune connaissance musicale spécifique n’est exigée pour pouvoir participer à ce cours-séminaire.

 

 

14h-17h
 Cinémathèque suisse, salle du Cinématographe
Introduction à l'Histoire générale du cinéma : études comparatives
 Enseignant: Freddy Buache

Ce cours, organisé en partenariat avec la Cinémathèque Suisse, se développe à partir de films tirés de ses collections, dont des extraits sont projetés à des fins de confrontation, comparaison, rapprochements, plutôt qu'à partir d'une problématique préalable de type livresque. Ils sont constamment mis en rapport avec les autres arts et le contexte socio-politique où ils ont pris place, inscrivant de la sorte le cinéma dans un champ culturel et social élargi. Les étudiants se trouvent ainsi en présence des éléments matériels du dispositif cinématographique (projectionniste en cabine, pellicule, appareil 35mm, projection sur écran) et non d'une transcription sur bande magnétique qui demeure, quoi qu'il en soit, allusive.Ce cours d'introduction offre une base de connaissances que les étudiants auront à retravailler, approfondir ou discuter dans la suite de leurs études.

 

JEUDI

 

10h15-12h
 Amphimax 413
Analyse d’une séquence de films
 Enseignant : François Bovier

Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des oeuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant.

 

 PROJECTIONS
 18h30, Cinémathèque suisse

 Projections liées au cours Approche de John Ford I (1917-1939), François Albera

   

VENDREDI

 

10h15-12h

 Unithèque 4215

Approche de John Ford I (1917-1939)
 Enseignant : François Albera
 Module : Histoire
II

De la mise en place des grands studios hollywoodiens à leur naufrage, du muet au parlant, du débutant de l’Universal à « l’homme à tout faire » de la Fox et à l’auteur intraitable, de l’Irlandais à l’Américain et à l’Indien, du décor et des éclairages en clair-obscur au plein-air et au paysage… 150 films de tous les genres (westerns, drames, comédies, aventures, films de guerre, y compris tournés pour l’armée américaine durant la Deuxième Guerre mondiale) la plupart traversés par un certain nombre de thèmes et de motifs alliant l’histoire, la collectivité et le social.

Les projections de films liés aux cours auront lieu à la Cinémathèque suisse tous les jeudis du semestre à 18h30: programme détaillé sur le site de la CSL

 

 

 

13h15-15h

 Unithèque 4215

Les débuts de l’art vidéo, entre cinéma élargi et performances audiovisuelle
 Enseignant : F. Bovier
 Module : Théories II


 L’art vidéo se développe dans les années 1960 en étroite relation avec les performances audiovisuelles qui se pratiquent au sein de mouvements comme Fluxus et de lieux d’expérimentation tels que le Black Mountain College. Intégrée aux chorégraphies de la danse minimaliste et annexée par le « cinéma élargi » (Gene Youngblood), la vidéo s’expose sous diverses formes, toujours hybrides (sculpture, installation, performance multimédia). A l’inverse, le médium tend également à s’autonomiser, à travers la bande vidéo diffusée sur un moniteur. Ce cours-séminaire entend retracer l’essor de l’art vidéo et son mouvement d’institutionnalisation dans les années 1970-1980.

 

 

 

 

TOP ^

SEMESTRE D'AUTOMNE 2009 - COURS MASTER

MARDI

10h15-12h
Unithèque
4215
Les instants du photogramme et l’émergence du cinéma : autour de l’instant prégnant
Enseignant : Maria Tortajada
Module: Esthétique et langage

Le photogramme se définit comme un instantané photographique, ce qui détermine historiquement certaines conceptions de l’instant. A la fin du XIXe siècle, au moment où le débat sur l’instantané photographique bat son plein, d’autres modélisations de l’instant participent à la définition ou à la redéfinition du photogramme, qui confrontent plusieurs notions d’instant en relation avec la photographie, la chronophotographie et l’art. L’instant prégnant est un des modèles que ce séminaire tentera d’expliquer en le reliant à différentes formalisations de l’instant autour de 1900. Cet enseignement proposera aux étudiants des travaux sur les sources de l’époque.

 

15h15-17h
Unithèque
4215
Séminaire méthodologique : Introduction aux questions d’esthétique
Enseignant : Maria Tortajada
Module : Esthétique et langage

Cet enseignement propose une initiation aux questions d'esthétique faisant le lien entre les théories du cinéma et les domaines de l'histoire de l'art, du théâtre et de la littérature. Il permet aux étudiants de se familiariser avec des notions impliquées dans les définitions du goût ou de l'art, posées au XVIIIe siècle et reformulées au XXe. Après un panorama des diverses problématiques, le séminaire procède par études de cas.

 


MERCREDI

10h15-12h
4215, Unithèque
Un dispositif de vision : la fenêtre
Enseignant : Benoît Turquety
Module : Epistémologie

La fenêtre est déjà un dispositif de vision (et d’audition), finalement plutôt complexe, susceptible en outre de nombreuses modalités. Elle incarna un modèle épistémologique fondamental aux théorisations de la perspective, mis en jeu dans des appareils, et fut en outre un motif pictural, mais aussi littéraire, important. Photographie puis cinéma vont accentuer encore ce thème, du point de vue théorique comme, indissociablement ?, dans les œuvres elles-mêmes. Ce cours-séminaire reviendra sur ce rôle de la fenêtre dans les discours autour de la peinture et du cinéma, sur les dispositifs qui y sont associés, et sur ses apparitions dans les films et leurs implications.

 

13h15-15 h
Anthropole (BFSH2), salle 2024
L’exposition moderne de la photographie
Enseignant : Olivier Lugon
Module : Epistémologie

L’histoire de la photographie n’est pas seulement une histoire des images, mais aussi de leur mode de diffusion et de présentation. Dans cette optique, le cours-séminaire proposera une histoire de la photographie au XXe siècle à travers ses expositions, qui ont joué un rôle majeur dans la redéfinition permanente du statut du médium, dans la construction de l’impact et du sens des images. On étudiera les formes diverses de l’accrochage photographique et leurs multiples implications, depuis les premiers Salons et galeries du tournant du siècle jusqu’à la « forme tableau » de la photographie d’art contemporaine, en passant par les très riches expérimentations issues du constructivisme, du Bauhaus ou du graphisme des années 1950.

 

15h15-17h
Unithèque
4215
Histoire et théorie de la critique
Enseignant : Laurent Guido
Module : Histoire et théorie de la critique / du scénario

 17h15-19h
Unithèque
4215
Pratique de la critique
Enseignant : Laurent Guido, intervenants externes
Module : Pratique de la critique / du scénario

 


JEUDI

10h15-12
Unithèque
4215
Séminaire méthodologique: Historiographie
Enseignant : François Albera
Module : Histoire et société

Préparation aux épreuves d’historiographie et à la pratique de cette activité que tout travail d’histoire ou d’esthétique requiert. Les deux sens du mot « historiographie » (ce qui s’est écrit sur une question ; l’écriture de l’histoire). Les 3 dimensions de l’opération historiographique selon de Certeau. Les histoires du cinéma (générales, nationales), le genre monographique (auteur, pays, genre, film singulier).


13h15-15h
  Unithèque
4215
Boris Lehman I : Soi et les autres
Enseignant : François Albera
Module : Esthétique et langage

Né à Lausanne durant l’exil de ses parents, juifs polonais réfugiés qui avaient pu gagner la Suisse avant l’invasion allemande de la Belgique, Boris Lehman se met lui-même en scène, se filme dans sa vie quotidienne, explore sa propre histoire depuis sa naissance et va lui-même interroger critiques, collègues et proches sur personnage qu’il serait. Ses films forment ainsi une œuvre de cinéma protéiforme et quasi-illimitée qui en vient rapidement à documenter sa vie et se confondre avec elle, en un projet d’une profonde originalité dans le cinéma européen des années 60 à nos jours. Ses films sont innombrables – 300 –, de tous les formats et de toutes les durées (3 minutes, 6 heures 30) et peuvent demeurer longtemps inachevés. L’apparent « narcissisme » de ce cinéma, dans son excès même, s’ouvre plus largement que n’importe quel autre, à l’histoire collective (la persécution des Juifs), aux mythes ancestraux (Babel, le Golem), aux expériences humaines partagées par tous (l’enfance, le désir, la mort).


PROJECTIONS
15h15-17h, Unithèque 4215

Projections liées au cours Boris Lehman. Soi et les autres, François Albera

 

15h15-17h
Internef 233
Oscar Micheaux et les « films de race » pendant l’entre-deux-guerres
Enseignant : François Bovier
Module : MA Histoire et société

Ce cours-séminaire porte sur les productions filmiques destinées à la communauté afro-américaine pendant l’entre-deux-guerres, qui se situent en porte-à-faux avec les représentations stéréotypées des Noirs dans les films hollywoodiens. Les films d’Oscar Micheaux, tournés et joués par des Noirs, dénoncent, inversent ou exacerbent les préjugés raciaux qui sont largement répandus et médiatisés sous la législation ségrégationniste des Etats-Unis.

 

 

TOP ^

pdf   Tous les cours (BA et MA confondus) du semestre d'AUTOMNE  (64 Kb)

TOP ^

SEMESTRE DE PRINTEMPS 2010 - COURS BACHELOR

 LUNDI

 

10h15-12h
Unithèque 4215

Introduction aux études cinématographiques
Enseignant : Benoît Turquety

 

- Méthodes et outils pour l'analyse de films

- Théories du cinéma

- Problèmes et méthodes d'histoire du cinéma

 

 

13h15-15h
Anthropole 3088
Analyse de film, analyse de textes - Groupe 1

Les travaux pratiques consistent en des présentations orales effectuées individuellement par les participants. Les étudiants présentent un article important pour l'histoire de la discipline, portant sur des enjeux théoriques et d'analyse du film. Les étudiants peuvent également analyser un extrait de film, à partir des outils théoriques abordés dans le cadre du cours « Introduction aux études cinématographiques ».



13h15-15h
Unithèque 4215
Analyse d’une séquence de films
Enseignant : Mireille Berton

Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des oeuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant.

 

15h15-17h
Anthropole 3068
Analyse de film, analyse de textes - Groupe 2

Les travaux pratiques consistent en des présentations orales effectuées individuellement par les participants. Les étudiants présentent un article important pour l'histoire de la discipline, portant sur des enjeux théoriques et d'analyse du film. Les étudiants peuvent également analyser un extrait de film, à partir des outils théoriques abordés dans le cadre du cours « Introduction aux études cinématographiques ».

 

 

15h15-17h
Unithèque 4215
Le spectacle cinématographique autour de 1900 : dispositifs,spectateurs, vues animées
Module : Histoire II
Enseignant : Mireille Berton

Ce cours-séminaire propose d’envisager les origines du spectacle cinématographique en le restituant dans son contexte historique, social et culturel, afin de présenter quelques-unes des forces qui ont présidé à son apparition et qui, parallèlement, ont informé les modes de représentation à l'œuvre dans l'histoire du cinéma des premiers temps entre 1895 et 1910 environ. Il s’agira dès lors d’étudier la manière dont les dispositifs d’images animées – dont le cinématographe – construisent des modalités spectatorielles inédites déterminées notamment par le principe du regard mobile. Le cinématographe s’inscrit en effet dans plusieurs séries culturelles qui le précèdent et l’excèdent, et qui témoignent d’une réorganisation complète de la vision sur les plans technique, scientifique, philosophique, esthétique et social. Parallèlement à la mise en place et au renforcement d’une société industrielle, capitaliste et consumériste, se développent des instruments qui contribuent à bouleverser les horizons perceptifs du sujet, en le dotant de « prothèses » visuelles capables de compenser les limites et les lacunes physiologiques de l’œil humain. Nourri par des fantasmes liés au visible et à l’invisible, ce phénomène d’élargissement de la vision propre à la modernité technologique et sociale se vérifie avec l’émergence de nouvelles images permettant de balayer, préjugés, traditions et conceptions erronées gravitant autour de la question de la visualité. De la lanterne magique aux vues animées cinématographiques, en passant par les jouets optiques, le panorama mobile ou la chronophotographie, l’histoire de l’image mouvante du XIXe siècle/début XXe siècle contribue ainsi à construire un type de regard singulier (labile, corporalisé et subjectivé), un type de représentation riche en tensions (tiraillé entre attraction et narration, exhibition et voyeurisme, confrontation et contemplation), ainsi qu’un type de sujet percevant prêt à accueillir le spectacle cinématographique comme un lieu magique provoquant à la fois craintes et fascination en raison de son caractère de nouveauté très particulier. Ainsi, on analysera historiquement et épistémologiquement les enjeux de certains paradigmes culturels à l’œuvre dans l’archéologie du cinéma, ainsi que dans les films des premiers temps.

 

MARDI

 

08h15-10h
Unithèque 4215

Analyse d’une séquence de films
Enseignant : Benoît Turquety

Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des oeuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant.

 

13h15-15h
Unithèque 4215
Cinéma et surréalisme
Module : Théories II
Enseignant : Mireille Berton

Ce cours-séminaire propose d’étudier les liens complexes qui ont uni les surréalistes au cinéma et la très riche fantasmatique déployée tant à travers des écrits, des scénarios, des films ou des projets de films conçus par des poètes fascinés par un médium hautement représentatif de leur temps et de la modernité. Nouée autour du couple formé par « rêve et cinéma », l’intensité de ces rapports a souvent été analysée dans l’historiographie classique du mouvement comme inversément proportionnelle à une filmographie qui se limiterait à Un chien andalou et L’Age d’or de Luis Buñel et Salvador Dalì, La Coquille et le Clergyman de Germaine Dulac et Antonin Artaud, L’Etoile de mer de Man Ray. C’est sur la maigreur de ce corpus qu’André Breton proclamera en 1951 l’échec de cette incursion du surréalisme dans le champ si prometteur du cinéma, déplorant l’incapacité des uns et des autres à se saisir de cet outil de manière à révolutionner l’imaginaire. Car, d’emblée, le cinéma s’impose aux surréalistes comme taillé à la mesure de leurs ambitions, stimulant leur désir de voir apparaître un courant filmique capable d’exprimer visuellement leurs visées : automatisme, irrationnalité, érotisme, quête d’absolu, hypnose, folie, merveilleux, imprévu, rêve, etc. Posant la question théorique du « cinéma surréaliste » (existe-t-il un cinéma surréaliste ? le cinéma est-il par essence surréaliste ? quelles sont les articulations possibles entre ces deux sphères ?), ce cours tentera d’explorer cette problématique en envisageant l’intérêt des surréalistes pour le cinéma à trois niveaux : celui de la réflexion (textes théoriques, critiques et littéraires) ; celui de la réalisation (films, scénarios, projets de films) ; celui de la consommation des films (régimes spectatoriels). Il s’agira donc de travailler autant sur des sources que sur la littérature secondaire qui s’y rapporte, l’historiographie récente proposant, dans le prolongement de l’ouvrage d’Ado Kyrou (Le surréalisme au cinéma, 1952), une perspective élargie des rapports entre cinéma et surréalisme envisagés bien au-delà des quelques films retenus d’habitude, pour englober leurs interactions jusqu’à l’époque contemporaine.

 

13h15-15h
Amphimax 412
Analyse de film, analyse de textes - Groupe 3

Les travaux pratiques consistent en des présentations orales effectuées individuellement par les participants. Les étudiants présentent un article important pour l'histoire de la discipline, portant sur des enjeux théoriques et d'analyse du film. Les étudiants peuvent également analyser un extrait de film, à partir des outils théoriques abordés dans le cadre du cours «Introduction aux études cinématographiques».

 

15h15-17h
Unithèque 4215
Des attractions au cinéma classique : la période dite de “transition”
Enseignant: Pierre-Emmanuel Jaques
Module: Analyse de film III


Les historiennes et historiens du cinéma s’accordent actuellement à désigner comme une période de transition (transitional cinema) le moment situé après la période des premiers temps (early cinema) et précédant celle du cinéma classique. Ce cinéma de la transition rassemble sous une même étiquette un ensemble de films d’origine nationale variée, présentant des aspects divers dont certains rappellent un fonctionnement lié aux attractions (frontalité, adresse directe au spectateur) alors que d’autres recourent à un montage narratif présentant des aspects de continuité. Dans le cadre de ce cours-séminaire, un accent tout particulier sera mis sur l’analyse d’une série de films des années 1910, en se penchant notamment sur leur montage, la place du spectateur, le jeu des acteurs et la spatialité.
 

 

MERCREDI

 

8h15-10h
Unithèque 4215
Analyse d’une séquence de films
Enseignant : Laurent Guido

Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des oeuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant.

 

13h15-15h
Unithèque 4215
Le cinéma de Sacha Guitry : du scénique au filmique
Module : Analyse III
Enseignant : Alain Boillat

Ce cours abordera le parcours de Sacha Guitry au cinéma à travers l’analyse d’œuvres significatives – du milieu des années 1930 à la fin des années 1950 – et des discours émis par le cinéaste à propos de ce médium et de ses films. Nous mettrons en particulier l’accent sur la dimension « orale » des œuvres qu’il a réalisées (ou coréalisées, voire simplement écrites), notamment lorsque l’auto-mise en scène du cinéaste induit une exacerbation du corps et de la voix, ainsi qu’un régime particulier d’adresse au spectateur (manifeste à l’entame de presque tous ses films). En filigrane, cette exhibition du Moi propre aux films de Guitry sera le lieu d’une discussion de la notion « d’auteur » au cinéma. On verra comment le caractère parfois original (ou suranné) de ses réalisations cinématographiques résulte d’une tentative d’importer au cinéma certaines pratiques dont il est coutumier sur les planches. L’analyse s’inscrira par conséquent dans le cadre d’une réflexion sur les croisements entre théâtre et cinéma – intermédialité élargie de façon ponctuelle à la radio et à la télévision –, et permettra de s’interroger sur la notion de « théâtralité » ainsi que sur le phénomène de l’adaptation littéraire, puisque les « textes » de Guitry se déclinent souvent sous plusieurs formes, ce qui le conduit parfois au cinéma à accorder au verbal une place singulière.

 

14h-17h
Cinémathèque suisse
Introduction à l'Histoire générale du cinéma : études comparatives
Enseignant: Freddy Buache

Ce cours, organisé en partenariat avec la Cinémathèque Suisse, se développe à partir de films tirés de ses collections, dont des extraits sont projetés à des fins de confrontation, comparaison, rapprochements, plutôt qu'à partir d'une problématique préalable de type livresque. Ils sont constamment mis en rapport avec les autres arts et le contexte socio-politique où ils ont pris place, inscrivant de la sorte le cinéma dans un champ culturel et social élargi. Les étudiants se trouvent ainsi en présence des éléments matériels du dispositif cinématographique (projectionniste en cabine, pellicule, appareil 35mm, projection sur écran) et non d'une transcription sur bande magnétique qui demeure, quoi qu'il en soit, allusive.Ce cours d'introduction offre une base de connaissances que les étudiants auront à retravailler, approfondir ou discuter dans la suite de leurs études.

 


JEUDI

 

10h15-12h
Analyse d’une séquence de films
Enseignant : François Bovier

Ce cours-séminaire accorde beaucoup de place à l'intervention des étudiants et privilégie l'expérience pratique dans l'analyse du film. Au sein même du cinéma narratif plusieurs genres sont pris en considération tels le western, le burlesque, la comédie musicale par exemple. Le séminaire étend également son propos à des films qui échappent à la narration classique ou la contestent par leur forme et leur contenu. Différentes époques sont en somme abordées, avec les esthétiques qui leur sont associées, ainsi que des films muets ou parlants, et des productions de diverses nationalités (cinéma suisse, américain, russe, etc.). Les étudiants peuvent ainsi parfaire leur connaissance générale de l'histoire du cinéma à laquelle ils se sont déjà initiés en première année. L'approche concrète des oeuvres est ponctuée de synthèses théoriques apportées par l'enseignant.

 

VENDREDI

10h15-12h

Unithèque
4215
Approche de John Ford II (1940-1966)
Enseignant : François Albera 

Modules : Histoire II


De la mise en place des grands studios hollywoodiens à leur naufrage, du muet au parlant, du débutant de l’Universal à « l’homme à tout faire » de la Fox et à l’auteur intraitable, de l’Irlandais à l’Américain et à l’Indien, du décor et des éclairages en clair-obscur au plein-air et au paysage… 150 films de tous les genres (westerns, drames, comédies, aventures, films de guerre, y compris tournés pour l’armée américaine durant la Deuxième Guerre mondiale) la plupart traversés par un certain nombre de thèmes et de motifs alliant l’histoire, la collectivité et le social.

13h15-15h00
Unithèque 4215
La vidéo militante et l'expérience des collectifs de cinéastes en France (1967-1981)
Enseignant: François Bovier
Modules: Théories II

Les luttes citoyennes et les mouvements d'opposition sont principalement médiatisés, relayés à travers la photographie et le film. Autour de 1968, la vidéo est enrôlée comme instrument de critique sociale et de résistance, au vu de sa maniabilité (la Portapak, première caméra vidéo portable, faisant son apparition en France). C'est à cette même période que les cinéastes se fédèrent en collectifs, utilisant le médium filmique dans une perspective d'intervention sociale. Ce cours-séminiare entend retracer les principaux foyers de militance qui mobilisent le film et la vidéo au même titre que les tracts et les actions d'agitation politique

 

TOP ^

SEMESTRE DE PRINTEMPS 2010 - COURS MASTER

MARDI

 

13h15-15h
Amphimax 413
Transparences et opacités (XVIIIe-XIXe siècles)
Enseignant: Patrick Désile
Module: Epistémologie : dispositifs/technologie/intermédialité


La transparence est essentielle au cinéma. Transparence du film, transparence, parfaite, des lentilles de l’objectif, transparence, supposée, de la représentation… Mieux saisir la transparence, c’est peut-être approcher d’un peu plus près le cinéma. Mais on le voit d’emblée : il y a des transparences, ou, du moins, il y a des modalités de la transparence, qui ne relèvent pas seulement de l’optique. De surcroît ces transparences paraissent appeler des opacités, quand ce serait simplement celles des parois de la caméra ou de la salle de projection. Transparences et opacités sont aussi repérables, en des configurations diverses, dans des dispositifs de vision antérieurs au cinéma : dispositifs photographiques, dispositifs de projection, bien entendu, mais aussi diorama, cosmorama, physionotrace, et beaucoup d’autres. Plus généralement, on a pu voir dans la transparence, de Rousseau à Bentham, du Crystal Palace aux rayons de Roentgen, des activités de l’ONG Transparency International au projet Total Information Awareness, la trame secrète du projet moderne, et peut-être conviendrait-il de se demander quelle part d’opacité exige la transparence en ces différentes occurrences.
Ce cours-séminaire ne se propose évidemment pas d’explorer ce champ dans toute son étendue, mais d’examiner un certain nombre de dispositifs (dispositifs optiques, d’abord, mais aussi architecturaux, littéraires, politiques…), antérieurs au cinéma, dans lesquels transparences et opacités jouent un rôle essentiel (en soulignant la complexité de ces notions, dont la simplicité n’est qu’apparente), et d’esquisser un réseau de relations entre ces dispositifs et le cinéma.

 

15h15-17h
Amphimax 413
Les corps multiples du premier cinéma
Enseignant:Patrick Désile
Module: Histoire et société


Le premier cinéma s’attarde aux mouvements simples des corps ordinaires mais il se plaît aussi aux aventures extrêmes de corps malmenés, de corps limites, quand ce serait pour en rire. Il semble se délecter de pouvoirs qu’il se découvre : tourmenter les corps sans dommage, les anéantir pour jouer, les travestir à volonté, révéler en eux, magiquement, un animal ou une machine… Dans ses jeux avec le corps, il ne tire pas tout, pourtant, de son propre fonds. Bien d’autres spectacles avaient alors le corps pour objet principal. Numéros des augustes, des trapézistes, des chanteuses épileptiques ou des ivrognes de café-concert, exercices des gymnastes et des sportifs, présentations d’hystériques à la Salpêtrière, de femmes hottentotes au Jardin d’acclimatation, exhibitions de phénomènes dans les entre-sort et de cadavres à la morgue, radioscopies, tableaux vivants, danses serpentines et couchers d'Yvette : on voulait voir le corps sous toutes les coutures, dans tous ses états. Dans bien des cas, le cinéma prolonge simplement ces spectacles, non sans les adapter ou les gauchir à son usage. C’est une première tâche que d’examiner ces transferts, souvent méconnus. Mais ces rapprochements révèlent aussi des relations moins apparentes, des pratiques, une culture communes, dont l’examen doit permettre une meilleure intelligibilité des histoires entrelacées du corps et du cinéma. Ce cours-séminaire propose d’étudier ces transferts et ces relations à partir du visionnement et de l’analyse de films et de documents.
 


MERCREDI

10h15-12h
4215, Unithèque
L'intertexte musical au cinéma : reprises, détournements et citations
Enseignant : Laurent Guido
Module : Epistémologie

Ce cours-séminaire vise à cerner les multiples relations intermédiales nouées par le film avec diverses formes de musique préexistante (chansons populaires, morceaux du répertoire symphonique…) Parmi les exemples considérés figureront notamment : les adaptations d’airs célèbres prisées par les directeurs musicaux de salles, à l’époque du cinéma muet ; les effets de citation propres certaines tendances «postmodernes» du cinéma contemporain (Godard, Lynch, Tarantino, Van Sant) ; ainsi que les nombreuses références à des œuvres de grands compositeurs (Beethoven, Wagner, Chopin…) ou à des “standards” de la culture de masse qui émaillent l’ensemble de l’histoire du cinéma.
Aucune connaissance musicale spécifique n’est exigée pour pouvoir participer à ce cours-séminaire.

 

15h15-17h
4215, Unithèque
Histoire et théorie du scénario
Enseignant : Alain Boillat
Module : Histoire et théorie de la critique / du scénari
o

Approche critique de la notion de scénario sur la base de son histoire (en lien avec différents moments-clé de l'histoire du cinéma, ou avec des pratiques comme celle du « ciné-roman »), des doctrines qui l'ont accompagnée et du contexte plus général des réflexions sur la narratologie filmique (autour d'aspects tels que la construction du personnage, la vraisemblance, la clôture du texte filmique, la distinction dialogues/voix-over, etc.). A partir de l'étude de modèles normatifs et d'une réflexion sur l'écriture du scénario, ouverture vers des pratiques plus libres qui mettent en cause la partition fiction/documentaire (place de l'improvisation) ou qui résultent d'une démarche intermédiale spécifique (lien au théâtre ou à la littérature romanesque). Analyse de films procédant à des choix scénaristiques singuliers.

 

JEUDI

 


10h15-12h
4215, Unithèque
Séminaire méthodologique: Introduction à l’épistémologie des dispositifs
Enseignant : François Albera
Module : MA Epistémologie

Ce séminaire forme les étudiants à l'analyse des discours selon des présupposés foucauldiens et à l'analyse des dispositifs d'audition et de vision confrontant des questions techniques et des problématiques liées à la question du spectateur.

 

13h15-15h
4215, Unithèque
Boris Lehman II : Les autres et soi
Enseignant : François Albera
Modules : MA Esthétique et langage

Cinéaste singulier, Boris Lehman prend à revers la production du cinéma industriel : scénario, découpage, montage, post-production, etc. Il filme seul ou avec un collaborateur, monte ses films, se rend au laboratoire et assiste, dans la mesure du possible, à toutes les projections – que parfois il commente en direct – afin de rencontrer son public. Sa démarche se rattache avant tout à une visée documentaire, y compris dans le cadre d’une fiction. Photographiant et filmant sans cesse, il part de situations, de rencontres ou de circonstances – quelquefois puisées dans sa mémoire d’enfance, quelquefois dans le présent, d’autres encore dans l’imaginaire – dont l’accueil puis l’assemblage formeront le scénario ou le récit qui jamais ne sont des préalables mais dont la progressive émergence, durant le tournage, oriente celui-ci : tout peut entrer dans le film qui se fait. Dès lors le film a toujours «déjà-commencé» et il est pourtant toujours «à venir». La poétique de Boris Lehman s’exerce entre ces deux pôles que relie l’arc de l’impossible.

 

15h15-17h
4215, Unithèque
Joris Ivens, des symphonies urbaines au documentaire social
Enseignant : François Bovier
Module : Histoire et société

Joris Ivens s’engage dans les années 1920 dans les réseaux de la cinéphilie, notamment au sein de la Filmliga d’Amsterdam. Il réalise alors des courts métrages poétiques, participant à la vogue moderniste. Dans les années 1930, un tournant opère dans son œuvre : Ivens se consacre désormais au film de reportage social (comme dans Misère au Borinage, coréalisé avec Henri Storck). Dans les années 1960, le cinéaste hollandais participe à des films collectifs engagés (tels Loin du Viêt Nam) avant de tourner des documentaires de propagande en Chine.

 

 

TOP ^

pdf   Tous les cours (BA et MA confondus) du semestre de printemps  (66 Kb)

TOP ^


Recherche:
 dans ce site:
   
   
   
 Rechercher
Annuaires      Site map

  Cours de Freddy Buache 

Dates et programme

 

  Films projetés à la CSL dans le cadre du cours John Ford 

Programme

 


Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 29 10  -  Fax  +41 21 692 29 15