Vous êtes ici: UNIL > Cours public > Archives > Archives 2011 > Table ronde

Table ronde

Qu'y aura-t-il après le livre ?

livres.jpg
© sgursozlu - fotolia.com

L’apparition des livres électroniques interroge le public et c’est toute une clientèle potentielle qui s’offre ainsi aux éditeurs, qui numérisent peu à peu leurs catalogues. Désormais, un éditeur romand peut séduire plus facilement des lecteurs très éloignés, qui passent commande depuis l’étranger. L’écrit s’en trouve allégé et les titres ne sont plus épuisés. A ces livres classiques qui s’adaptent aux nouvelles technologies s’ajoutent déjà des productions imaginées par leurs auteurs et par les éditeurs dans une version multimédia conçue pour le numérique.

Des trésors dormant dans les bibliothèques reprennent vie et actualité pour de nouveaux lecteurs grâce à la numérisation de leurs contenus textuels et iconographiques. Consultation gratuite, téléchargement personnalisé, autant de possibilités d’appropriation nouvelle du savoir. La frontière entre les spécialistes et le grand public s’atténue. Avec l’apparition des possibilités d’intervention, de commentaire et d’annotation, la notion d’auteur unique s’affaiblit ou s’enrichit. Le texte «définitif» bouge, au risque de perdre en route sa rigueur scientifique.

On demande tout au livre électronique : qu’il soit au moins aussi beau que l’objet papier et pourquoi pas doublé de cuir et amoureusement caressé du doigt, mais qu’il offre également d’autres possibilités multimédia, qu’il soit léger, économe en énergie et même résistant à la pluie. Du côté des scientifiques, on explore les possibilités inouïes des outils numériques, on va de l’avant ou on s’en méfie. L’habitude est déjà à la publication en ligne des travaux de recherche et les échanges entre collègues et disciplines passent depuis longtemps par internet. Les enseignants s’appuient toujours davantage sur ces nouveaux outils pour personnaliser leurs cours et pour transmettre un savoir vivant.

A l’UNIL, un groupe de chercheurs mène la réflexion sur le devenir de la diffusion, mais aussi de la production des connaissances, dans le domaine des sciences humaines et sociales, sous l’angle de la révolution digitale qui s’annonce et qui transformera sans doute à la fois la recherche et l’enseignement. Avec quelques mots clés, un moteur de recherche effectuera-t-il demain le patient travail d’un scientifique sur un sujet donné ?

La comparaison, l’interprétation, l’émergence de nouvelles visions, la constitution des savoirs semblent déjà favorisées par les infinies possibilités du numérique. En collaboration avec des collègues de l’EPFL, ce groupe explore l’impact des nouvelles technologies sur la plupart des disciplines universitaires et cette plongée dans les Humanités digitales promet bien des surprises (du 23 au 25 août 2011).

La table ronde proposée par l’UNIL à l’issue de ce colloque de trois jours réunit tous les acteurs de cet écosystème interactif : éditeurs, bibliothécaires, libraires et chercheurs. Elle s’inscrit dans les cours publics de l’UNIL et offrira en outre la possibilité d’explorer la culture digitale et l’univers du livre électronique à travers des stands et des animations scientifiques et artistiques. Pour prolonger le débat, l’UNIL accueillera cet automne une manifestation typique des Humanités Digitales. Ce premier THATCamp de Suisse se tiendra les 11 et 12 novembre 2011.
 


Recherche:
 dans ce site:
   
   
   
 Rechercher
Annuaires      Site map

Infos pratiques

Le jeudi 25 août à 19h
UNIL-Dorigny - Anthropole

Plan d'accès

 

Intervenants

David Aymonin
Bibliothèque de l'EPFL

Pierre-Yves Buard 
Presses Universitaires de Caen

Claire Clivaz
UNIL

Jeannette Frey 
Bibliothèque cantonale et universitaire

Frédéric Kaplan
Chercheur EPFL et entrepreneur 

Pascal Vandenberghe 
Payot Libraire

Christian Vandendorpe 
Université d’Ottawa

Modération 
Simon Matthey-Doret
Journaliste 


Amphimax  -  CH-1015 Lausanne  -  Suisse  -  Tél. +41 21 692 22 80  -  Fax  +41 21 692 22 05