Vous êtes iciUNIL > Centre de traduction littéraire > Archives > Précédentes lectures > Printemps 2012

Printemps 2012

# Programme en PDF à télécharger #

   

4+1 traduire übersetzen tradurre translatar
Manifestation littéraire internationale
Vendredi 9 – Samedi 10 mars 2012
Vevey


Les 9 et 10 mars prochains, vous risquez bien de croiser Jonathan Coe sur les quais de Vevey, qui résonneront par ailleurs d’accents londoniens, mais aussi américains et zimbabwéens ! C’est en effet le talentueux Britannique qui ouvrira « 4+1 traduire » vendredi 9 mars 2012, lors d’une rencontre autour de son dernier roman La Vie très privée de Mr Sim, en compagnie de sa traductrice française, Josée Kamoun. Cette année, l’anglais dans toute sa diversité, est la langue invitée par la manifestation biennale dédiée à la traduction littéraire entre les quatre langues nationales suisses et une langue hôte. Pour cette 4e édition, de nombreux auteurs et traducteurs de Suisse et d’ailleurs dialogueront avec le public lors d’un riche programme de rencontres, lectures, tables rondes et performances.
# En collaboration avec la Fondation ch, le Collège de traducteurs Looren et Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture.
Programme complet : www.chstiftung.ch/ch-reihe/4-1

 


10e Prix lémanique de la traduction
Andrea Spingler et Jacques Legrand
Vendredi 9 mars 2012, 18h
Hôtel des Trois Couronnes, Rue d’Italie 49, Vevey


Remise du 10e Prix lémanique de la traduction, décerné cette année à Mme Andrea Spingler (Allemagne) et M. Jacques Legrand (France).
Le Prix lémanique de la traduction, créé en 1985, est un prix d’excellence dans le domaine de la traduction littéraire. Doté de CHF 20'000.- et d’un séjour de deux semaines au Collège de traducteurs Looren, il récompense tous les trois ans deux personnes, dont l’une traduit du français vers l’allemand et l’autre de l’allemand vers le français. Mme Andrea Spingler et M. Jacques Legrand contribuent depuis de nombreuses années à stimuler les échanges littéraires et intellectuels entre ces deux langues, notamment par leurs traductions de grands classiques de la littérature française (Duras, Robbe-Grillet, Gide) et allemande (Rilke, Trakl, Fontane).
Les allocutions en l’honneur des lauréats seront prononcées par Stefan Zweifel et Bernhard Böschenstein.

 

 

Arno Camenisch et Camille Luscher
Dimanche 15 avril 2012, 11h15
Müllerhaus für Literatur und Sprache, Bleicherain 7, Lenzburg


Après avoir publié Sez Ner (éd. en bas, 2010), Camille Luscher prépare la traduction du deuxième roman d’Arno Camenisch, Hinter dem Bahnhof (Urs Engeler, 2011). Dans une langue rythmée à situer à l’intersection du romanche, du dialecte grison et de l’allemand, Hinter dem Bahnhof raconte la vie dans un petit village de vallée, coincé entre deux montagnes. Ce lieu représente la terre entière pour le jeune narrateur qui évolue entre la gare, le coiffeur, les trains qui passent une fois par heure, la grand-mère qui ne se tient pas droite et le cercueil du grand-père : «Protocol, sagt mein Bruder. Bis wir durchs ganze Dorf sind, haben wir fünfundzwanzig Häuser gezählt, acht Heustalls, eine Autogarascha, eine Töffgarascha, den Bahnhof mit der Poscht, zwei Brunnen mit Jahreszahl, die Halla und die Buda vom Tat, eine Telefoncabina, den Kiosk der Mena und vier Abfallconteiners. »
Lecture et discussion sur l’écriture et la traduction en et à partir de plusieurs langues.
# En collaboration avec le Übersetzerseminar au Müllerhaus für Literatur und Sprache à Lenzburg.
Plus d’information sur www.aargauer-literaturhaus.ch.

 


Il Rinoceronte di Ionesco. Peut-on traduire une culture?
Mardi 1 mai 2012
, 17h15
Université de Lausanne, Salle 3059 (Anthropole)


Stefania Micheli, actrice, traductrice et enseignante de traduction théâtrale à l’Université de la Sapienza à Rome, se basera, dans sa conférence, sur la traduction italienne du Rhinocéros d’Eugène Ionesco mise en scène en 1998 par la Compagnia Mauristurno. A l’aide d’exemples concrets, elle montrera la différence entre une traduction littéraire et théâtrale, entre un texte écrit pour la lecture et un texte écrit pour la scène. Quelles sont les voies qui mènent de la culture d’origine à la culture d’arrivée ? Comment traduire en restant « fidèle » au texte de départ tout en s’assurant le succès sur les scènes de la langue cible?
Conférence en italien
# En collaboration avec la section d’italien de l’UNIL

 


Peter Bichsel et Ursula Gaillard
La couleur isabelle
Mercredi 2 mai 2012, 19h
Musée historique de Lausanne, Pl. de la Cathédrale 4, Lausanne

En trente ans, de 1975 à 2005, Peter Bichsel a publié plus de trois cent chroniques. Dans ces textes réunis intégralement par la maison d’édition Suhrkamp en 2005, l’auteur raconte la vie et les gens de tous les jours, évoque des souvenirs personnels, se rappelle les histoires qu’il a lues. D’une chronique à l’autre, le lecteur croise parfois les mêmes personnages, comme le grand-père de l’auteur, ou encore ses modèles littéraires, Walser, Dürrenmatt, Frisch et Glauser.
Ursula Gaillard a traduit un choix de ces textes en français (éd. d’en bas, 2012). La traductrice dialogue avec l’auteur autour du genre particulier de la chronique et de son potentiel littéraire.
# En collaboration avec le Musée historique de Lausanne, les éditions d’en bas et la Literaturhaus de Zurich. Avec le soutien de la Fondation Oertli. Plus d’information sur www.literaturhaus.ch.

 


Jean-Louis Besson
Léonce et Léna de Georg Büchner
Jeudi 3 mai 2012
, 10h15
Université de Lausanne, Salle 5060 (Anthropole)


« Léonce et Léna raconte à la manière d'un conte de fées l'itinéraire grotesque d'un prince et d'une princesse. Fuyant le mariage qu'on veut leur imposer, ils se rencontrent par hasard et s'épousent malgré eux. Les deux personnages ne sont pas seulement de doux rêveurs atteints par le mal du siècle : ils apparaissent comme des parasites, les fantômes d'une société moribonde qui ne peut plus être montrée que sous forme de comédie. » Jean-Louis Besson présente son travail de recherche autour de sa traduction, effectuée en collaboration avec Jean Jourdheuil, de cette pièce considérée trop longtemps comme « légère ».
# Dans le cadre du séminaire « Die deutschen Klassiker auf französischen Bühnen » en traductologie de la Section d’allemand de l’Université de Lausanne.

 


Mikhaïl Chichkine et Nicolas Véron
Deux heures moins dix
Vendredi 25 mai 2012
, 14h15
Université de Lausanne, Salle 3128 (Anthropole)


« Une branche, dans une bouteille d’eau, donne des racines. Comme elles n’ont rien à quoi s’agripper, elles s’agrippent les unes aux autres. » Au premier abord, tout paraît simple. Sacha, Volodia. Une datcha. Un premier amour. Des lettres. Mais le destin n’aime pas les choses simples… Mikhaïl Chichkine, déjà récompensé par les plus prestigieux prix littéraires russes (Booker Prize 2000, Bolchaïa Kniga et National Bestseller 2006), est consacré une nouvelle fois en novembre 2011 pour son dernier roman, Deux heures moins dix, par le prix Bolchaïa Kniga. La traduction française de Nicolas Véron de Deux heures moins dix paraît aux éditions Noir sur Blanc en janvier 2012. L’auteur et son traducteur se retrouvent autour de ce texte, en lisent des extraits et s’entretiennent à son propos.
# En collaboration avec les Editions Noir sur Blanc et la Section de langues et civilisations slaves de l’Université de Lausanne.

 


Christoph Simon et ses traducteurs
Vendredi 6 – Dimanche 8 juillet 2012

Loèche-les-Bains


Cette année encore, des traductrices et traducteurs littéraires de l’allemand se réunissent à Loèche-les-Bains les jours précédant le festival international de littérature. Sous la direction de Jürgen Jakob Becker du Literarisches Colloquium Berlin, ils travailleront à la traduction, dans plusieurs langues cibles, du roman de Christoph Simon, Spaziergänger Zbinden (Bilger Verlag, 2010). L’auteur participera de façon active à ces transformations multilingues de son texte. Le samedi 7 juillet, à l’issue du colloque et dans le cadre du festival de littérature de Loèche-les-Bains, les participantes et participants partageront leurs réflexions avec le public et parleront de leur travail.
# En collaboration avec le Literarisches Colloquium Berlin, Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture et le Internationales Literaturfestival Leukerbard. L’heure précise de la lecture sera communiquée ultérieurement. Pour tout renseignement, veuillez consulter le site www.literaturfestival.ch.

 


Douna Loup et Peter Burri
Vendredi 6 – Dimanche 8 juillet 2012

Loèche-les-Bains

« La forêt est grande, profonde, vibrante, vivante et vivifiante. Elle est quelque chose comme une femme qui voudrait l'homme sans lui dire. Quelque chose qui dit oui sous la robe mais qui s'est perdu dans la bouche, qui devient tendre dans l'humus et vous jette des ronces au visage. La forêt est comme ça, ici. » – Douna Loup lit des extraits de son premier roman L’embrasure (Mercure de France, 2011) et s’entretient avec son traducteur allemand Peter Burri (Die Schwesterfrau, Lenos, 2012). Ils discuteront des possibilités de traduire la musique et les sens qui se dégagent de l’écriture singulière de Douna Loup.
# En collaboration avec Internationales Literaturfestival Leukerbard. La date précise de cette lecture sera communiquée ultérieurement. Pour tout renseignement, veuillez consulter le site www.literaturfestival.ch.

 

 

 

Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 69229 12  -  Fax +41 21 69229 35
Swiss University