Vous êtes ici: UNIL > Centre de traduction littéraire > Enseignement & recherche > Thèses > D'une langue l'autre : l'écriture de C.F. Ramuz à travers le prisme de sa réception germanophone

D'une langue l'autre : l'écriture de C.F. Ramuz à travers le prisme de sa réception germanophone

Anne-Laure Pella, Centre de Traduction Littéraire, Faculté des Lettres, Université de Lausanne

C.F. Ramuz (1878-1947) compte parmi les auteurs de Suisse française les plus traduits au cours du XXe siècle. Ses romans, nouvelles, poèmes et essais ont circulé à travers le monde entier dans une trentaine de langues, totalisant plus de trois cents documents traduits. Malgré cette très large diffusion, aucune étude détaillée n’a permis à ce jour de présenter les enjeux de sa réception en dehors de l’aire francophone. Cette recherche vise à combler en partie cette lacune, en s’attachant à l’analyse de la réception germanophone de Ramuz. Comme celle-ci se concentre essentiellement sur un espace de production, de circulation et de discussion alémanique, ce travail aborde aussi une histoire des échanges littéraires en Suisse. Les aspects développés dans ce travail permettent d’identifier les facteurs qui ont conféré à Ramuz, dans le contexte spécifiquement suisse, la stature d’un écrivain national.

C’est en 1921 que paraissent les premières traductions allemandes en volume, sous l’égide du traducteur bâlois Albert Baur. Werner Johannes Guggenheim, un homme de théâtre très engagé dans la vie culturelle suisse, lui emboîte le pas pour devenir dès 1927 le traducteur attitré de Ramuz. Entre 1927 et 1945, il signe vingt et une traductions qui feront l’objet de nombreuses rééditions. Durant cette large période, la lecture des textes de Ramuz est placée sous le sceau de la Défense spirituelle et le travail du traducteur contribue à renforcer les valeurs fondatrices du pays, par-delà les barrières linguistiques. Mais les textes de Ramuz prêtent aussi le flanc à un autre type de lecture idéologique : l’attachement de l’auteur au sol qui l’a vu naître fournit un terreau propice aux thèses du IIIe Reich et plusieurs travaux universitaires allemands investiguent la mystique paysanne de Ramuz pour le rattacher au canon de la littérature « Blut-und-Boden ». Il faut attendre les années 1970 pour qu’un vaste projet éditorial s’engage dans une réévaluation de l’œuvre ramuzienne : entre 1972 et 1978, la maison Huber Verlag à Frauenfeld confie à différents traducteurs le soin de traduire les grands romans et les principaux essais de Ramuz sous le titre des Werke in sechs Bänden. La modernité de son écriture, son rythme et sa narration polyphonique ressortent alors à travers ces retraductions. Parallèlement, la réception germanophone de Ramuz est animée à la fin des années 1970 par une série de traductions en dialecte bernois réalisées par Hans Ulrich Schwaar. Depuis le début des années 1980, l’œuvre de Ramuz se trouve toujours au catalogue des éditeurs de langue allemande, mais principalement en réédition. Pastorale, un recueil de nouvelles traduit par Peter Sidler en 1994 chez Limmat Verlag, représente toutefois une exception et semble ranimer dans l’aire germanophone la discussion autour des œuvres de Ramuz.

La recherche souligne ainsi les dynamiques particulières qui ont conditionné le transfert des textes de Ramuz en langue allemande. Elle révèle comment les traductions peuvent être le miroir des différentes politiques culturelles qui ont régi les échanges littéraires au sein de la Suisse durant tout le siècle passé. Cette étude permet aussi d’explorer la façon dont les instances littéraires suisses ont négocié le passage vers l’Allemagne, notamment sous le régime nazi. Enfin, sur le plan littéraire, l’analyse des textes traduits invite à une relecture des explorations stylistiques de l’écrivain romand : le regard transversal des traducteurs éclaire sous un jour différent les débats qui animent la réception de Ramuz en langue française, en même temps qu’il y apporte des réponses nouvelles et parfois inattendues.

 

Thèse publiée: D'une langue l'autre, l'écriture de Charles-Ferdinand Ramuz à travers le prisme de sa réception germanophone, Slatkine, Genève, 2012.
 

La thèse a été soutenue le 27 mai 2011.

 

 


Recherche:
 dans ce site:
   
   
   
 Rechercher
Annuaires      Site map

Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 29 12  -  Fax  +41 21 692 29 35