Vous êtes iciUNIL > Déterminismes et liberté > Conférences 2005-2006 > Détermination biologique des comportements et responsabilité individuelle: le point de vue du droit et de la psychiatrie, 19.01.2006

Détermination biologique des comportements et responsabilité individuelle: le point de vue du droit et de la psychiatrie - 19 janvier 2006

Conférenciers | Résumé | Enregistrement audio
 

Conférenciers

Jacques Gasser, intervenant


André Kuhn
, intervenant


Alain Kaufmann, modérateur

TOP ^

Résumé

Détermination biologique des comportements et responsabilité individuelle : le point de vue du droit et de la psychiatrie

Psychiatrie et droit partagent un questionnement sur le thème du déterminisme et du libre arbitre. Les réponses apportées par ces deux disciplines sont par contre différentes. Dans sa logique propre, le droit pénal part de l'hypothèse que l'être humain possède un libre-arbitre qui fonde la responsabilité - éventuellement pénale - de l'individu. Ce libre-arbitre fonde ainsi la possibilité même de rendre la justice. De son côté, la psychiatrie considère généralement que les comportements et les choix individuels sont le fruit d'un déterminisme qui résulte de la constitution biologique, de l'histoire individuelle et du contexte social. L'expertise psychiatrique est le lieu de ce dialogue.

Dans les procédures judiciaires qui mobilisent une expertise psychiatrique, le risque est grand de voir la psychiatrie mise en demeure de se positionner comme juge et partie. La question de la mesure du degré de responsabilité individuelle dans le cas d'un acte délictueux par exemple oblige l'expert psychiatre à fournir une évaluation qui mêle le diagnostic médical - paramètre objectif relevant de son domaine de compétence - et quantification du degré de responsabilité, qui représente au mieux une évaluation subjective. Le jugement rendu par le pouvoir judiciaire étant grandement influencé par cette expertise, on peut se demander dans quelle mesure la psychiatrie ne devrait pas limiter son rôle à la dimension diagnostique et laisser au pouvoir judiciaire le soin de trancher la question de la responsabilité, de la dangerosité ou du risque de récidive.

Ce séminaire fournira l'occasion d'interroger plus généralement le droit et la psychiatrie sur les relations entre détermination biologique des comportements, maladie mentale et responsabilité pénale dans le contexte historique et culturel.

 

TOP ^

Enregistrement audio

TOP ^

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom
Projet IRIS3 - Bâtiment Provence - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 36 81
Swiss University