Aller à: contenu | haut | bas | recherche
 
 

Actualités

Hommage au Professeur Jacques Waardenburg | Atelier thématique PDHSR: le secret et ses usages | Le religieux comme mise en scène | Mise en scène de l'humain - Pierre Gisel sur Espace 2
 

Hommage au Professeur Jacques Waardenburg

 

Jacques Waardenburg-resize150x224.png

 

Jacques Waardenburg (1930-2015).

C’est ainsi que nous appelions notre ami hollandais Jacobus Diederik Jan Waardenburg auquel le DIHSR voulait rendre hommage  à juste titre cet automne. Nommé professeur ordinaire à charge d’enseigner la science des religions  à la Faculté de Théologie en 1987, JW a marqué cette dernière de trois manières différentes, avec sa naïveté joueuse de batave qui avait enseigné de longues années la science des religions à l’Université d’Utrecht.


Sur le plan épistémologique, il a clarifié  le statut de sa discipline en la démarquant de la théologie dans une perspective plus proche de la tradition de l’histoire des religions que de la Religionswissenschaft. En ce faisant, il a donné de l’espace aux autres disciplines s’inscrivant dans la perspective des sciences sociales et humaines des religions, reconnaissant en particulier l’autonomie et la spécificité   de la psychologie et de la sociologie des religions, alors enseignées  dans cette même Faculté  un peu à titre subsidiaire.


Cette attitude lui a permis de proposer, puis de créer en 1989 le Département interfacultaire d’histoire et de sciences des religions. Pour moi, cela constitue sa contribution majeure et novatrice à l’enseignement universitaire. En créant un espace où les différentes disciplines traitant du religieux  étaient appelées à collaborer et à affronter leurs points de vue, JW a favorisé le décloisonnement de  la Faculté de théologie en offrant, dans le cadre d’un programme d’études réfléchi,  ses enseignements aux étudiants en Lettres ainsi qu’en Sciences sociales et politiques, favorisant de cette manière une compréhension plus globale, ne réduisant pas le religieux à un texte ou à un fait social.  Il n’est pas anodin de souligner que le DIHSR a pu, en raison de son offre de formation, contribuer de façon déterminante à l’élaboration du programme d’histoire et sciences des religions proposé à titre de branche à option dans les gymnases de ce canton. Il a pu également assurer la formation des enseignants de cette matière, couronnée par un titre délivré par la Faculté des Lettres.


Le DIHSR a ainsi favorisé  le développement d’un enseignement sur la religion, évitant les critiques adressées à un  enseignement de la religion,  à un moment où les disciples de la laïcité auraient été tentés de rayer cette matière des programmes scolaires. Il a ainsi permis d’anticiper les conséquences du changement socio-religieux. De plus, en utilisant le capital de connaissances de trois  Facultés, il a donné une image de l’Université de demain où, en raison de la complexité des phénomènes sociétaux, il est devenu indispensable de recourir au savoir de multiples disciplines ne s’inscrivant pas forcément dans le même vivier facultaire.


Les spécialistes de la science des religions  ont déjà fait l’éloge de sa production scientifique. Sur ce point, et c’est le troisième apport de JW que je voulais souligner,  sa passion pour le dialogue chrétiens-musulmans avait aussi un caractère prémonitoire. Au moment où nos médias focalisent l’attention sur l’Islam en Suisse en organisant une information coordonnée, il serait bon de se souvenir des efforts de JW pour dégager la tradition musulmane des préjugés et des stéréotypes qui alimentent le feu des controverses et provoquent la violence. En ce sens, JW a balisé le terrain  pour qu’un archevêque  catholique syriaque puisse déclarer Oui, un vivre ensemble islamo- chrétien est possible (voir Le Temps du 4 décembre 2013, p.11).


Les funérailles de JW ont eu lieu à Amersfoort, le 15 avril. Une cérémonie d’adieu est prévue à Lausanne au mois de juillet, permettant de saluer celui qui a quitté son enseignement en 1995.

Roland J. Campiche
Prof. honoraire UNIL
Ch. de La Paisible  95
1806 Saint-Légier

Atelier thématique PDHSR: le secret et ses usages

Vendredi 22 mai 2015

Université de Genève

Salle Denis de Rougement

Bâtiment Colladon

Rue Daniel-Colladon 2

L'ʹobjectif de ce.e journée doctorale est de mener une réflexion comparatiste sur le secret dans le
monde contemporain en prenant comme exemple la scientologie et dans l’Antiquiuté, et notamment chez les groupes pythagoriciens.

Avec les interventions de Hugh Urban et Constantinos Macris.

 

Contact: Francesca.Prescendi@unige.ch

Programme doctoral en Histoire et Sciences des Religions

Le religieux comme mise en scène

Pierre Gisel, Jacques Ehrenfreund et Raphaël Rousseleau dans l'émission Babylone -      Espace 2

10 février 2015

Durée: 53:03

Nouveaux mouvements religieux, radicalismes venus se greffer sur une tradition ou encore religieux diffus, tel l'ésotérisme, redessinent les frontières du religieux. Pendant longtemps chasse gardée de la théologie et de la philosophie, les sciences humaines s'invitent désormais dans le débat, contestant les approches, déplaçant les enjeux. Toute tradition et institution n'est-elle pas une mise en scène, c'est-à-dire la construction d'une continuité fictive, par-delà des discontinuités effectives?
Entretien avec Jacques Ehrenfreund, professeur à l'Institut religions, cultures et modernité (IRCM), sur l'enseignement de l'histoire du judaïsme à l'Université.
Et Raphaël Rousseleau, anthropologue, professeur à l'IRCM, sur les transferts entre Orient-Occident autour de la figure du dieu Shiva et du thème de la danse cosmique.
Avec en direct, le professeur d'histoire et de science des religions de l'Université de Lausanne, Pierre Gisel.

Lien vers l'émission

Mise en scène de l'humain - Pierre Gisel sur Espace 2

Mises en scène de l’humain - Pierre Gisel

"Les matinales d'Espace 2"

03 février 2015
Durée: 12:49

La théologie et la philosophe ont longtemps été seules à parler de religion. Aujourd’hui, des sciences des religions s’imposent, contestant leurs approches et marquant des déplacements significatifs. Comme indiqué dans l’introduction signée de Jacques Ehrenfreund, cet ouvrage ‘passe en revue une large part des débats actuellement en cours dans le champ du religieux, en rapport au social.

Rencontre avec Pierre Gisel

 

Lien vers l'émission

Recherche:
 Go
 
rss/atom
Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 27 20  -  Fax +41 21 692 27 25
Swiss University