Journée de droit administratif 2015

Date et lieu | Objectif | Programme
 

Date et lieu

Mardi 10 février 2015

Université de Lausanne | Bâtiment Internef | auditoire 263

TOP ^

Objectif

Comme en 2011, le Centre de droit public de la Faculté de droit, des sciences criminelles et d’administration publique de l’Université de Lausanne prend le relais pour organiser la Journée de droit administratif 2015, qui se déroule d’ordinaire à Genève. Elle sera consacrée à la délégation d’activités étatiques.

L’Etat s’appuie aujourd’hui sur le secteur privé pour déployer les nombreuses activités qui sont les siennes et cela suivant de multiples formules : en tant que client ou partenaire, dans le cadre de collaborations ou au sein de structures communes (sociétés d’économie mixte), voire dans le modèle de la privatisation. La journée mettra l’accent sur une modalité particulière de cette collaboration, fréquente aujourd’hui, celle de la délégation d’activités publiques à des tiers, au premier chef des acteurs privés ; elle implique un transfert de responsabilité de l’Etat au bénéficiaire de la délégation, pour un ensemble d’activités déterminées, par exemple celles accomplies par une caisse maladie dans le domaine de l’assurance-maladie sociale, une association interprofessionnelle investie de tâches de contrôle ou encore le concessionnaire d’une ligne de transport public. Le secteur hospitalier et celui de la formation professionnelle sont aussi des terrains favorables à la délégation.

Dans un premier temps, il s’agira d’explorer le phénomène de la délégation, dans un cadre démocratique, pour examiner ses justifications, notamment au plan économique, les risques qu’il engendre, les moyens d’y remédier ainsi que les limites de ceux-ci.

Le coeur de l’analyse portera ensuite sur le régime juridique applicable à ce mécanisme. Elle se déclinera en plusieurs thèmes : le choix du délégataire, les relations de ce dernier avec les tiers, notamment. De même, on cherchera à vérifier si et dans quelle mesure le cadre juridique varie selon que la délégation porte sur une activité étatique classique (régalienne) ou au contraire sur une activité à caractère économique ; dans l’un et l’autre de ces cas, comment peut-on établir un équilibre adéquat entre l’autonomie laissée au délégataire et la surveillance exercée par l’Etat ? En somme, la Journée 2015 a pour objectif de dresser un «état de la question» sur ce thème très actuel.

Public

La Journée s’adresse aux juristes, fonctionnaires, membres d’autorités politiques, acteurs économiques et institutionnels.

 

TOP ^

Programme

8h15 Accueil des participants

8h30

Ouverture du colloque
Andrea Bonomi, vice-doyen de la Faculté de droit, des sciences criminelles et
d’administration publique

8h40

Notion, enjeux et limites
François Bellanger, professeur à l’Université de Genève, avocat

9h20

Déléguer ou ne pas déléguer ? Critères politiques et managériaux
Sandrine Baume, professeure à l’Université de Lausanne
Martial Pasquier, professeur à l’Université de Lausanne, directeur de l’IDHEAP

10h20 Pause

10h50

Investiture du délégataire
Marc-Olivier Besse, chargé de cours à l’Université de Fribourg, avocat

11h30

Relations du délégataire avec les usagers et les tiers
Vincent Martenet, professeur à l’Université de Lausanne,
président de la Commission de la concurrence

12h10 Déjeuner

14h10

Délégation d’activités ministérielles
Anne-Christine Favre, professeure à l’Université de Lausanne

14h50 Pause

15h10

Délégation d’activités économiques (concessions et autres instruments)
Etienne Poltier, professeur à l’Université de Lausanne

15h50

Perspectives
Jean-Bernard Auby, professeur des Universités à Sciences Po (Paris),
directeur de la Chaire Mutations de l’action publique et du droit public (MADP)

16h30 Clôture du colloque

 

TOP ^

Partagez:
Internef - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 28 10
Fax +41 21 692 27 76