Langage inclusif: pourquoi?

Formes épicènes

Les débats et les questions foisonnent autour du concept de langage inclusif, langage épicène ou féminisation du langage. Mais la question qui a occupé la recherche scientifique sur le sujet dans les sciences du langage ces 10 dernières années porte principalement sur les sens possibles de la forme grammaticale masculine.

Quels sont les sens activés spontanément lorsque nous rencontrons, dans un texte ou dans le discours, un mot à la forme grammaticale masculine, se référant à une personne ou à un groupe de personnes? À quoi pensons-nous quand nous lisons ou entendons le mot, un étudiant ou des étudiants?

 

TOP ^

Féminiser et masculiniser

On féminisera ou masculinisera, selon les cas, les noms de métiers, professions, titres fonctions et autres activités. Il s’agit de recourir d’une part au déterminant (la, un, cette, etc.) correspondant au sexe de la personne évoquée et d’autre part au substantif adéquat, qui sera donc féminisé ou masculinisé selon les règles usuelles: une experte, un expert; une enseignante, un enseignant; une formatrice, un formateur; une première-assistante, un premier-assistant, etc.

En cas de doute, consultez notre index.

TOP ^

Double désignation
Follow us: