Ethique et philosophie des sciences et des techniques

Recherche et innovation : vers une éthique de la responsabilité | Argument | Deuxième étape: Journée à Saclay - 24 janvier 2013 | Première étape: colloque à l'Unil - 4-5 octobre 2012
 

Recherche et innovation : vers une éthique de la responsabilité

Ethos et le LARSIM du CEA de Saclay ont organisé un colloque en deux étapes autour de la thématique Recherche et innovation : vers une éthique de la responsabilité.

Organisation
Pour Ethos: Nadja Eggert, Dominique Bourg, Lazare Benaroyo, Alain Kaufmann, Alain Papaux, Marc Audétat, Claude Joseph.
Pour le LARSIM: Etienne Klein, Gilles Cohen-Tannoudji, Alexei Grinbaum, Vincent Bontems.

 

Une première étape, un colloque de recherche, a eu lieu les jeudi 4 et vendredi 5 octobre 2012 à Lausanne (colloque fermé sur invitation). Une seconde étape aura lieu sur le campus de Saclay le jeudi 24 janvier 2013.

TOP ^

Argument

Dans les pays occidentaux, le projet scientifique n’apparaît plus enchâssé dans un projet de civilisation : toute innovation est désormais interrogée pour elle-même, et non plus en fonction d’un horizon plus général qu’elle permettrait d’atteindre ou d’entrevoir. Le sentiment s’installe en effet que le progrès technique, longtemps réputé servir à l’amélioration de la condition humaine, se développe dorénavant pour lui-même et non plus en vue d’une fin supérieure. Comme si la rivalité des laboratoires et des entreprises engendrait de façon presque automatique un impératif « d’innovation pour l’innovation, de
recherche pour la recherche », sans que personne ne maîtrise plus le processus.

Contre cette menace d’être dépossédés de leur destin, les individus et les sociétés aspirent à disposer de repères plus objectifs et mieux assurés. Parmi tous les fruits de la science, ils voudraient pouvoir choisir, en connaissance de cause, ceux qu’ils consommeront. C’est pourquoi la puissance même de la rationalité scientifique et l’impact des techno-sciences sur les modes de vie provoquent des réactions de résistance de plus en plus fortes, d’ordre culturel, social, idéologique : le désir de réaffirmer son autonomie face à un processus qui semble nous échapper, l’envie de défendre des idéaux alternatifs contre la menace d’un modèle unique de compréhension ou de développement, la volonté de rendre sa pertinence au débat démocratique quand la complexité des problèmes tend à le confisquer au profit des seuls experts.

Dans ce nouveau contexte, comment fonder, à propos de la recherche et de l’innovation, une éthique de la responsabilité ? Chacun sait qu’il est imprudent d’émettre des prédictions sur ce qu’il adviendra d’une innovation. Pourtant, les discours la présentent toujours ainsi, comme une promesse. Le fait qu’on éprouve désormais le besoin d’accoler aux mots « innovation » et « recherche » l’adjectif « responsable » signale que souvent cette promesse n’est pas tenue. Depuis plus de trente ans que l’économie occidentale est plongée dans une crise, les discours publics sur l’innovation la présentent comme l’unique solution : les nouvelles technologies vont permettre de relancer la machine économique, de sortir de la récession et d’assurer notre avance sur le reste du monde. C’est ainsi que l’Europe et les Etats-Unis ont réorienté leurs « politiques scientifiques », devenues des « politiques scientifiques et technologiques », puis des « politiques de l’innovation ». Jusqu’à présent, ces ambitieux programmes technologiques ne sont pas parvenus à réduire les difficultés : faible croissance, chômage de masse, concurrence accrue des pays émergents, impact des atteintes à l’environnement global, pression sur les ressources, perte de confiance en l’avenir. Nul ne songe pourtant à revenir en arrière, c’est-à-dire au temps où le champ scientifique pouvait simplement ignorer les demandes du marché et de la société. Dès lors, que faire ? Comment faire face aux jugements désabusés et aux prévisions
pessimistes ?

Le but de notre colloque sera de réfléchir à ces questions, et de tenter de formuler les principes d’une éthique de la responsabilité en matière de recherche et d'innovation, capables de rouvrir un horizon et d’offrir à nos concitoyens une perspective lucide mais suffisamment engageante pour recouvrer leur confiance et mobiliser leur énergie.

TOP ^

Deuxième étape: Journée à Saclay - 24 janvier 2013

24 janvier 2013 de 14 h 30 à 18 h 00 à l’ENSTA ParisTech (828, bd des Maréchaux – 91120 Palaiseau)

Longtemps réputé servir à l’amélioration de la condition humaine, le progrès technique transforme aujourd’hui nos modes de vie à un rythme tel qu’il suscite autant d’inquiétudes que d’attentes. Est-il en train de devenir une fin en soi qui se substituerait à tout projet de société ? Faut-il repenser son articulation avec la recherche scientifique ?
Réuni par le LARSIM (CEA) et la plateforme interdisciplinaire ETHOS (Université de Lausanne), un groupe de chercheurs a tenté de poser les bases d’une éthique de la responsabilité en matière d’innovation et de recherche. Et lance un dialogue avec la nouvelle génération…
 

Programme

14h30
Accueil

14h35-15h00
Conférence d'Etienne Klein (LARSIM-CEA)

15h00-15h25
Conférence de Dominique Bourg (Ethos-UNIL)

15h30-17h00
Rencontre "seniors-juniors": Les membres du colloque ETHOS-LARSIM sont soumis à un feu croisé de questions et de critiques par des représentants de la jeune génération.

17h00-18h00
Dialogue avec la salle
 

Télécharger l'invitation

Première étape: colloque à l'Unil - 4-5 octobre 2012

 

Jeudi 4 octobre 2012

9h00-9h20
Introduction générale accueil par Etienne Klein et Lazare Benaroyo


Histoire des risques : XIXe – XXe siècles

Président de séance Jean-Philippe Pierron

9h20-10h20
Nicolas Chevassus-au-Louis : De quelques promesses technologiques non tenues du XXème siècle

10h20-10h40
Pause

10h40-11h40
Jacques Diezi : Évaluation de risques chimiques pour l’homme - Rôle de lanceurs d’alerte

11h40-12h40
Francis Chateauraynaud : Points de basculement et bifurcations dans les controverses autour des risques
 

Crises et promesses
Président de séance Alain Kaufmann

14h00-15h00
Pierre-Henri Gouyon : Biodiversité, Génétique & Société

15h00-16h00
Lionel Naccache : « Me laisserez-vous lire dans votre cerveau ? » : état des lieux de l’imagerie cérébrale fonctionnelle en 2012.

16h00-16h20
Pause

16h20-18h00
Table ronde avec :

16h20-16h30 : Olivier Rey
16h30-16h40 : Jean-Claude Ameisen
16h40-16h50 : Erwan Lamy
16h50-17h00 : Nicolas Bouleau
17h00-18h00 : Discussion générale.

 

 

Vendredi 5 octobre 2012

Etudes de cas
Président de séance Alexei Grinbaum

9h00-10h00
Anne Cambon-Thomsen : Risque et promesse, une intrication obligatoire en biomédecine?

10h00-11h00
Marie-Hélène Parizeau : L'éthique des nanotechnologies peut-elle se limiter à l'évaluation des risques?

11h00-11h20
Pause

11h20-12h20
Béatrice Desvergne, Marc Audétat, Alain Kaufmann : Biologie synthétique


Quelles responsabilités pour quelles innovations ?

Président de séance Gilles Cohen-Tannoudji

14h00-14h20
Alexei Grinbaum : Les différents sens du terme « responsabilité »

14h20-15h00
Vincent Bontems et Dominique Bourg : Les différents sens du terme « innovation »

15h00-15h20
Pause

15h20-15h50
Etienne Klein et Lazare Benaroyo : En route vers un manifeste ?

15h50-17h15
Discussion générale et élaboration du manifeste :

  • 15h50-16h00 : Jean-Michel Besnier
  • 16h00-16h10 : Catherine Larrère
  • 16h10-16h20 : Sylvester Huet

Clôture

TOP ^

Partagez:
CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 2881
Fax +41 21 692 20 65