Aller à: contenu | haut | bas | recherche
 
 
Vous êtes iciUNIL > Faculté de biologie et de médecine > Communication > Nouveaux professeurs > 2017 > Kunz Stefan

Stefan Kunz

kunz.jpg (KUNZ Stefan, biochimiste, professeur associé en virologie à l'institut...
 
Version du:  28.03.17
Par: : Nicolas Berlie /
Communication FBM
 
 

Stefan Kunz, professeur ordinaire

Spécialiste des virus émergents, Stefan Kunz étudie les mécanismes fondamentaux régulant les interactions entre pathogène et cellule hôte. Il a été promu le 1er février 2017 professeur ordinaire en virologie fondamentale à la Faculté de biologie et de médecine (FBM) de l’UNIL. Il est rattaché à l’Institut de microbiologie (IMUL) du CHUV, où il est professeur associé depuis 2009.

Après des études en Suisse, c’est au Scripps Research Institute à La Jolla, en Californie, que Stefan Kunz a commencé à travailler sur les arénavirus, agents de plusieurs fièvres hémorragiques dévastatrices – dont le virus de Lassa. Depuis son arrivée à l’IMUL en 2008, il s’est imposé comme un des spécialistes suisses des virus émergents.

Dans une approche de virologie fondamentale, il s’intéresse aux interactions entre le pathogène et la cellule hôte: « Nous cherchons à déchiffrer les mécanismes moléculaires, à comprendre comment les virus parviennent à briser les barrières entre espèces, puis à pirater la machinerie cellulaire humaine », explique le professeur. Mieux comprendre la zoonose – la transmission d’infections d’animaux à l’homme – est devenu capital aujourd’hui, alors que les alertes se succèdent, qu’on parle du SRAS, du MERS, d’Ebola ou de Zika.

Stefan Kunz concentre ses recherches sur les arénavirus et sur les hantavirus, pour ces derniers en collaboration avec le Laboratoire Spiez, seul centre de haute sécurité en Suisse. Le fondamentaliste tient à combiner sa recherche de base avec des aspects translationnel : «En identifiant des facteurs cellulaires essentiels pour un virus, on identifie aussi, théoriquement, des cibles thérapeutiques potentielles.»

Ce n’est pas tout : les virus peuvent aussi devenir des outils de recherche, utilisés comme « sonde cellulaire » pour mieux comprendre les processus moléculaires à l’œuvre, par exemple, au niveau des protéases, enzymes qui dégradent les protéines. «Les virus ont développé toutes sortes de stratégies pour attaquer la cellule, on peut dire qu’ils parlent le langage cellulaire. Nous en tirons des connaissances dont il faut profiter au maximum, y compris en dehors de la virologie.»

Il y a par exemple des applications possibles dans d’autres types de maladies. Et Stefan Kunz a aussi entamé une collaboration assez inattendue avec Alexandre Roulin, professeur au Département d’écologie et évolution, qui se penche sur le système proopiomélanocortine dans le contexte du polymorphisme de colorisation chez les chouettes effraies.

 

Bio express

1966 Naissance à Bâle
1989 Diplôme de chimie au Swiss Polytech (Technikum) de Winterthur
1993 Diplôme de biochimie à l’ETH Zurich
1998 Doctorat (PhD) à l’Université de Zurich
1999-2003 Bourse postdoctorale au Scripps Research Institute à La Jolla, Californie
2004-2008 Professeur assistant, puis associé au Scripps Research Institute
2008-2009 Professeur assistant boursier Cloëtta à l’UNIL
2009-2017 Professeur associé en virologie fondamentale à l’UNIL
dès 2017 Professeur ordinaire en virologie fondamentale à l’UNIL

 

Les liens:

 

Recherche:
 Go
 
rss/atom
youtube 
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 50 00  -  Fax +41 21 692 50 05
Swiss University