Journées des doctorant·e·s 2019-2020

Le chapitre à l'œuvre
 

Le chapitre à l'œuvre

Lundi 16 mars 2020

UNIL, Château de Dorigny, salle 106

Journée des doctorant·e·s organisée par la FDi (resp.: Marta Caraion). Comité doctoral: Charlotte Dufour (Section de français), Émilien Sermier (Section de français), Stéphanie Serra (Section d’histoire et esthétique du cinéma)

Chapitre_2.jpg

Problématique
Unité à la fois discrète et familière, le chapitre reste un objet méconnu des recherches universitaires. Les travaux narratologiques et poéticiens l’ont longtemps ignoré, tant et si bien que les études sur le chapitre restent de manière générale une «science jeune» (Raphaël Baroni, 2017). L’enjeu de cette journée sera en ce sens de se concentrer sur les multiples pratiques du chapitre dans différentes activités esthétiques – en littérature, en cinéma, en histoire, en philosophie ou dans les arts graphiques. Car de la Bible à la bande dessinée, des chants homériques aux romans-feuilletons, du livre d’artiste aux séries télévisées, de la biographie aux films de Tarantino ou de Wes Anderson, le chapitre apparaît comme une manière particulière de découper le temps et de ponctuer la durée narrative. Marqueur d’organisation, mais aussi échelle intermédiaire entre le macro (le récit) et le micro (le style), il participe étroitement de notre relation sensible aux œuvres. L’objectif sera en somme de montrer qu’il ne se réduit pas à un simple appareil périphérique, mais qu’il est constitutif de la poétique des œuvres et qu’il participe de l’histoire littéraire et artistique.

Plusieurs types de questions pourront dès lors être abordés, comme veut le suggérer ce panel non exhaustif:

  • Formes. Quels sont les modes d’apparition du chapitre (numéros? blancs? titres? etc.)? En quoi se distingue-t-il d’une séquence, d’une section, d’un épisode? Peut‑on évaluer ses dimensions moyennes, ainsi que le ratio entre la taille (ou la longueur) d’une œuvre et son nombre de chapitres?
  • Fonctions. Aux côtés du cliffhanger, quels sont les effets du chapitre? À quelles logiques diégétique, esthétique, rythmique, critique, didactique, etc., répond-t-il? Quelle tension produit-il entre le continu et le discontinu, la clôture et la relance? Comment recoupe-t-il les événements relatés et que fait-il à la temporalité narrative? Jusqu’à quels degrés est-il autonome ou indépendant par rapport à ce qui le précède ou lui succède? Comment est-il éventuellement thématisé par les auteurs ou les narrateurs?
  • Usages. Quels rapports concrets ou affectifs les lecteurs ou les spectateurs entretiennent-ils avec les chapitres? Le chapitrage relève-t-il de choix auctoriaux, éditoriaux, lectoriaux? Dans quelles mesures le support détermine-t-il des formes de chapitrage? Et comment un chapitre «littéraire» peut-il être adapté au cinéma ou en bande dessinée? Comment est-il «recousu» en livre après une publication en journal? Par ailleurs, l’abandon du chapitre (par exemple chez certains Nouveaux Romanciers) fait-il place à d’autres modes de scansion ou d’ordonnancement? Peut-on faire une histoire littéraire ou artistique à partir de données chapitrales?

Agenda

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 30 novembre 2019 à 

charlotte.dufour.2@unil.ch, stephanieserra@gmail.com, emilien.sermier@unil.ch avec copie à fdi@unil.ch

Nous vous remercions d’y indiquer un titre, votre discipline ainsi qu’une problématique de 1800 signes environ. Organisées par panels, les présentations dureront 15-20 minutes environ, et seront suivies d’une dizaine de minutes de réflexion commune.

 

Appel à contibutions

Partagez:
Anthropole - bureau 3080 - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 38 34
Fax +41 21 692 38 35