Vous êtes iciUNIL > Ecole de français langue étrangère > Etudiants > Travail approfondi directives

Travail approfondi - Directives générales


 

1. Travail approfondi – directives générales

Le travail approfondi se fait à partir d’un enseignement issu de DIPL–FLE–2–401020/401030/401040/401050/ ou BA–FLE–2–301020/301030/301040/301050. Le travail approfondi doit d’abord être accepté par l'enseignante ou l'enseignant responsable puis il fait l’objet d’une épreuve orale, la défense du travail. Cette défense peut avoir lieu en dehors des sessions d’examens.

2. Choix du sujet – marche à suivre

Le travail approfondi est un travail de recherche ou de création portant sur un sujet ou un projet précis, défini en accord avec la personne chargée de le diriger.
Au plus tard quatre mois avant le moment envisagé pour la défense, l'étudiante ou l’étudiant choisira, parmi les enseignements concernés, une directrice ou un directeur de travail et prendra contact avec lui; d'entente avec cette personne, l’étudiante ou l’étudiant définira le sujet du travail, en tracera les grandes lignes, établira un projet et un calendrier de travail, constituera le cas échéant une bibliographie. 
Il remplira l’inscription au travail approfondi figurant à la fin de ces directives, la fera signer à l’enseignant et l’enverra à la conseillère aux études. En cours de travail (au moins une fois, mais de préférence à plusieurs reprises), l’étudiante ou l’étudiant consultera son directeur ou sa directrice, lui soumettra les premiers états de son texte et profitera de ses conseils.

3. Elaboration

Le travail s'élabore à partir d’une esquisse du sujet (titre et quelques lignes de présentation ou listes de mots-clés) que la directrice ou le directeur a acceptée.
Le point de départ peut être un ensemble de données empiriques, une observation en classe, un corpus littéraire ou linguistique, un projet d’écriture créative (seulement pour le Diplôme).
Le travail peut également partir d’un concept théorique ou d’un ensemble de concepts qu’il va s’agir de définir, de situer par rapport à d’autres concepts, etc.
Quelle que soit la démarche choisie, il est indispensable de mettre en oeuvre un regard critique sur les concepts, sur les analyses, sur la production réalisée, etc.
Si le travail approfondi consiste en une création langagière, l’étudiante ou l’étudiant devra joindre à son travail une réflexion écrite dans laquelle il précisera les objectifs de son projet, les contraintes qu'il s'est données, les effets visés, etc. et un commentaire évaluant de manière critique sa production en fonction des objectifs initiaux.
Des ouvrages de référence sont proposés par l’enseignante ou l’enseignant responsable et négociés lors du choix du sujet. L’étudiante ou l’étudiant doit aussi les enrichir tout en prenant garde à maintenir une certaine cohérence (ouvrages ou articles présentant des points de vue conciliables, articulables, éventuellement opposables, etc.).
Il est possible de réaliser le travail approfondi à deux. Dans ce cas, les étudiantes ou étudiants se partagent les lectures et la rédaction comme ils l'entendent. Le nombre de pages est fixé à 40 pages au moins. La défense du travail se fait individuellement.

4. Forme du travail

Longueur : 
20-30 pages environ (50 000-70 000 caractères sans espaces). Annexes en sus.


Mise en page :

Police : Times 12. Marges en haut et en bas : 2 cm. Marges de droite et de gauche : 3 cm. Interligne : 1,5. Les pages sont numérotées.


Page de titre :

elle doit contenir la mention UNIL/EFLE, le nom, l’adresse, le numéro de téléphone et le courriel de l’auteur ; le titre du travail ; la date de présentation, le nom du directeur. 
Voir le modèle ci-après.

Exemple formel d’une page de garde pour un travail approfondi à l’EFLE:

------------------------------ 

Logo UNIL /EFLE

Intitulé du travail:

 

 

 

 


Travail approfondi sous la direction de :
Cours concerné :


Nom de l’auteur:
Adresse de l’auteur:
Courriel de l’auteur:
Téléphone de l’auteur:
Date de présentation:

------------------------------

Table des matières : 
elle est située au début du travail et comporte un renvoi de page. Elle est structurée avec titres, sous-titres numérotés, etc.


Présentation: 
le texte est divisé en introduction, développement et conclusion. Le développement doit être clairement organisé, par exemple en sous-parties indiquées par des sous-titres et de paragraphes bien délimités. Pour donner une meilleure lisibilité au travail, il faudrait avoir un titre de paragraphe toutes les 1 à 3 pages.


Citations : 
chaque fois qu’une idée est tirée d’un ouvrage, d’un article ou d’un site la référence doit être indiquée selon le modèle suivant ou un autre modèle cohérent et systématique: Nom de l’auteur, date de l’ouvrage : éventuel numéro de page (exemple : Dabène 1994 : 36).
La citation doit être reproduite textuellement. Il faut donc respecter la ponctuation et les majuscules, la mise en forme (gras, italique, etc.). Toute modification ou ajout doit être indiqué entre des crochets [ ], les omissions sont marquées par trois points entre des crochets […].
Les citations sont en langue originale. Si nécessaire, une traduction est proposée en note.
Règles générales :
1. Si l’on cite un mot ou une phrase de moins de trois lignes, citer entre guillemets « » dans le paragraphe contenant la citation.
2. Si en revanche la citation excède trois lignes, il vaut mieux l’écrire sous forme de pavé, c’est-à-dire à la ligne en retrait à droite avec un corps plus petit.
Si l'on reprend une idée générale d’un auteur, la mention de son nom et la date de l’ouvrage suffisent (ex : comme le souligne Hjelmslev (1971)).

Attention : reprendre l'idée signifie reformuler et non pas copier les propos de l'auteur en se limitant à changer quelques tournures et en trouvant quelques synonymes. Il faut donc réécrire le propos en utilisant ses propres mots (Pour les questions de plagiat, se reporter au site élaboré par Michelle Bergadaà: Internet: Fraude et déontologie selon les acteurs universitaires, http://responsable.unige.ch/index.php, consulté le 21.11.2013.). La directive du Décanat de la Faculté des lettres s'appliquera en cas de plagiat, www.unil.ch/lettres/page61691.html

Notes : 
les notes servent à donner une information intéressante ou utile, mais qui apparaît secondaire au développement principal. Elles sont placées en bas de page et non à la fin. Elles ont un interligne et un corps plus petit et sont numérotées.


Indications bibliographiques : 
Elles comprennent tous les ouvrages qui ont été utilisés pour élaborer le travail. Elles sont présentées de façon précise par ordre alphabétique des noms d'auteurs et doivent suivre le modèle suivant ou un autre modèle cohérent et systématique.


Ouvrage : 
Auteur, (année de publication) : Titre, lieu d’édition, maison d’édition. Exemple :
Dabène, L. (1994) : Repères sociolinguistiques pour l’enseignement des langues, Paris, Hachette.

Ouvrage collectif : 
éditeur/s (éd.) (année) : Titre de l’ouvrage, Lieu, Maison d’édition. Exemple : Chaurand, J. (éd.) (1999) : Nouvelle histoire de la langue française, Paris, Seuil.


Site Internet : 
Nom du site, date de consultation, in : adresse internet. Exemple : TICER. Tiburg Innovation Centre for Electronic Resources, Tilburg University Library, http://www.ticer.nl, consulté le 02. 05. 2007.


Article tiré d’une revue : 
Auteur (année) : « Titre de l’article », Titre de la revue, numéro de la revue, pages. Exemple :
Py, B. (1984) : « L’analyse contrastive : histoire et situation actuelle », Le français dans le monde 185, 32-37.


Article tiré d’un ouvrage collectif : 
Auteur (année) : « Titre de l’article », in : nom de l’/des éditeur/s, Titre de l’ouvrage, Lieu, Maison d’édition, pages de l’article. Exemple : Berrendonner, A. (1982) : « Les modèles linguistiques et la communication », in : J. Cosnier, J. Coulon, A. Berrendonner, C. Orecchioni (éd.), Les voies du langage, Paris, Dunod, 15-113.


Article tiré d’Internet : 
Auteur (année): « Titre de l’article », Titre de la revue, adresse URL, date de consultation.Exemple : Haughey, M. (1999) : « Editorial in French », Journal of Distance Education/Revue de l’enseignement à distance, http://cade.athabascau.ca/vol14.2/editorial-french.html, consulté le 29. 09. 2007.


Annexes : 
elles contiennent tout ou des parties du corpus, des données, des tableaux, des schémas ou des photos qui ne peuvent pas être insérés à l’intérieur du travail. Elles sont placées à la fin.

5. Encadrement

L’enseignante ou l’enseignant responsable encadre au mieux l’étudiante ou l’étudiant : il lui indique une partie des références bibliographiques, le conseille dans la méthodologie, le guide dans la conception, etc. Mais il n'est pas tenu à corriger le travail partiellement ou complètement plus de deux fois. Une fois que l’étudiante ou l’étudiant a effectué les corrections demandées, la directrice ou le directeur propose d’organiser la défense du travail. Un travail qui est accepté pour une défense n’est pas automatiquement considéré comme satisfaisant aux exigences d'un travail suffisant.

6. Exigences

Pour être suffisant, un travail approfondi doit remplir les conditions minimales suivantes:

  • le calendrier défini d’entente avec l’enseignante ou l’enseignant a été respecté,
  • le travail se présente sous la forme définie ci-dessus,
  • l'expression française est correcte, tant sur le plan de l'orthographe que sur celui de la syntaxe,
  • l’étudiante ou l’étudiant a démontré qu’il est capable de s’approprier un sujet,
  • par son contenu, le travail apporte la preuve que l’étudiante ou l’étudiant est capable de conduire une analyse cohérente et personnelle ou de concevoir un projet de création réfléchi, d'exposer ses idées de façon claire et précise, d'utiliser les ressources de la littérature secondaire ou d'autres ressources artistiques.

7. Délais

Une fois que la décision de la défense est prise par la directrice ou le directeur, l’étudiante ou l’étudiant doit remettre le travail en trois exemplaires au secrétariat de l'EFLE au plus tard 2 semaines avant le moment fixé pour la défense.
Si le travail approfondi est présenté hors des sessions d’examens, la note et les crédits correspondants ne pourront être enregistrés officiellement que lors de la session d'examens suivant la défense.

8. Défense

Le travail sera présenté oralement devant l’enseignante ou l’enseignant et un expert ou une experte. L’étudiante ou l’étudiant devra exposer les buts et les enjeux du travail et répondre à des questions complémentaires. Il devra être capable de porter un regard critique sur son travail. La défense dure 30 minutes au minimum. Si deux étudiantes ou étudiants ont rédigé ensemble un travail approfondi, ils devront défendre individuellement leur travail.

9. Evaluation

La note tient compte à la fois de la qualité du travail et de la pertinence de la défense.

Version de Novembre 2013
 

TOP ^

Recherche:
 Go
 
rss/atom

Toutes les informations de cette page se trouvent dans ce document PDF pour impression.

 

Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 30 80  -  Fax +41 21 692 30 85
Swiss University