Vous êtes ici: UNIL > Ecole de français langue étrangère > Recherche > GReBL > Objectifs
Français | English

Objectifs

Le GReBL entend développer ses futurs travaux en suivant trois axes de recherche majeurs, articulables entre eux :

1) Le premier axe pourrait être appelé sociologique (ou ethnographique) dans le sens où l’accent est mis sur la dimension référentielle du récit de vie, ce dernier servant avant tout de donnée permettant d’accéder à une meilleure compréhension de la nature complexe de l’appropriation d’une langue et de la diversité des trajectoires d’appropriation des sujets et des contextes sociaux qu’ils rencontrent.

2) Le deuxième axe insiste davantage sur la dimension linguistique (et narratologique) de la biographie langagière. L’intérêt référentiel peut alors être mis provisoirement entre parenthèse de manière à faire ressortir surtout les caractéristiques formelles ou contextuelles (langage, interlangue, récit, interaction) de la biographie langagière. Deux sous¬-catégories de problèmes peuvent être différenciés dans cette approche :

a. D’une part, dans une perspective constructiviste, on peut montrer que l’identité du sujet, son vécu, la nature de ses compétences ou la source de son investissement à apprendre une langue étrangère ne sont pas simplement des objets d’investigation auxquels l’entretien donnerait accès, mais des entités émergentes qui n’existent qu’à travers les discours que les sujets apprenants énoncent. Il s’agit alors de décrire la manière dont l’interaction langagière et les structures linguistiques ou narratives donnent forme à ces entités émergeantes. De ce point de vue, la notion de trajectoire d’appropriation peut être définie comme la configuration que le sujet propose des circonstances de son appropriation. Ainsi, la trajectoire ne recouvre pas obligatoirement la totalité de la période d’appropriation mais se voit délimitée par le sujet à partir de ce qu’il présente comme des moments clés jalonnant le processus de son appropriation et à la lumière desquels il organise, lors d’une mise en discours, les événements marquant son appropriation. La prise en compte de ce qui émerge de ces discours relève également du premier axe de recherche (sociologique). Une démarche sociolinguistique d’articulation des axes sociologique et linguistique est donc au cœur des travaux du GReBL.

b. D’autre part, il est possible d’adopter une posture plus théoricienne dans le traitement des données. L’autobiographie relatant la trajectoire d’appropriation langagière d’un apprenant peut être jugée comme un cas exemplaire de phénomènes plus généraux. D’un point de vue narratologique, on pourrait par exemple contraster les modes de réalisation de différents genres de biographies langagières suivant qu’elles sont écrites ou conversationnelles, suivant qu’elles instituent l’appropriation en trajectoire ou non, qu’elles racontent de simples anecdotes, qu’elles envisagent le passé et/ou le futur, etc. On pourrait ainsi s’interroger sur les liens qui existent entre genre, fonction et forme de la narration biographique, et notamment sur la notion de racontabilité (tellability) : dans le cas particulier des apprenant·e·s d’une langue seconde ou étrangère, les normes culturelles de la langue¬ cible (scripts) ne constituent pas nécessairement des routines, ce qui affecte en profondeur et structure d’une manière particulière (cf. la notion d’interlangue) le fonctionnement normal de l’activité narrative.

3) Le troisième axe de recherche est de nature essentiellement didactique, ce qui signifie qu’il a des conséquences institutionnelles. Il s’agit de réfléchir aux usages didactiques des biographies langagières, c’est¬-à-¬dire à leurs effets directs (bénéfiques ou maléfiques) sur le processus d’appropriation des apprenant·e·s qui les produisent (cf. histoires de vie en formation). Le fait de « retracer son apprentissage » (cf. Molinié) d’une manière réflexive suppose une prise de conscience par l’apprenant des liens qu’il établit entre sa pratique actuelle et son passé langagier. Une meilleure compréhension de ces liens permettrait aux sujets de renouveler leur investissement dans l’apprentissage, de remodeler leurs motivations et d’inscrire leurs pratiques dans un continuum. Pour les enseignants, la biographie langagière est une source de données à même d’enrichir leurs connaissances sur le processus d’appropriation d’une langue étrangère, ainsi qu’une piste possible pour l’exploration de nouveaux dispositifs de formation. Dans ce champ de l’exploitation didactique des biographies langagières en milieu institutionnel, deux conceptions principales coexistent dans les travaux antérieurs :

a. D’un côté on insiste sur la réflexivité qui découle de la production biographique. On souligne ainsi la dissociation produite par l’activité narrative entre un sujet actuel producteur de son discours (le « je » déictique) et un sujet passé qui est l’objet du récit (le « je » diégétique). Dans cette perspective, on insiste sur la prise en charge par le sujet de son appropriation, ce qui lui permet de passer du statut de sujet passif recevant l’input de l’enseignant·e au statut de sujet actif prenant en charge son appropriation de la langue, en d’autres termes d’un regard rétrospectif à un projet renouvelé d’investissement dans d’appropriation.

b. D'autre part, la trajectoire de l'apprenant est souvent décrite comme une discontinuité biographique, une rupture de l'identité, et beaucoup pensent que les productions narratives peuvent aider l'apprenant à construire de nouvelles significations pour sa trajectoire et une certaine forme de continuité. A ce sujet, cependant, il convient de noter que l'activité guidée de produire une biographie langagière (en classe ou dans le cadre d'un projet de recherche) n'est qu'un petit aspect de la dynamique identitaire telle qu’elle se manifeste dans la vie quotidienne. En fait, l'identité repose sans doute non seulement sur le discours narratif, mais aussi sur d'autres types de médiations, sur des habitus, ou sur des appartenances ou des différenciations sociales ou culturelles. En outre, on peut supposer que le rôle réflexif et pédagogique de la biographie langagière vise davantage à déconstruire les représentations de soi qui pourraient constituer des obstacles à l'acquisition du langage, plutôt que de reconstruire une représentation cohérente de la trajectoire de vie.

L’articulation de ces deux conceptions peut offrir aux sujets l’occasion de renouveler leur motivation pour la tâche d’appropriation dans le sens où les expériences vécues ainsi que les identités sociales des apprenant·e·s prennent un statut dans l’institution et leur font comprendre comment leurs opportunités de parler sont structurées socialement et comment ils ou elles peuvent ainsi tenter d’en créer par la recherche d’occasions d’interagir avec des personnes natives dans différents lieux : maison, travail, etc.

Bien qu’il soit évident que ces trois axes de recherche s’enracinent dans des traditions disciplinaires et dans des méthodologies différentes, ces approches sont néanmoins solidaires. Ainsi, pour l’enseignant·e chercheu·r·se, mieux comprendre comment ses apprenant·e·s constituent une trajectoire d’appropriation (approche sociologique) possède indéniablement une dimension didactique, et cette compréhension passe également par la reconnaissance de la nature du discours biographique comme lieu de construction et de transformation de la réalité, et non comme son simple reflet.

Aussi les diverses contributions des chercheuses et chercheurs du GReBL peuvent¬-elles s’insérer de plusieurs manières dans cet ensemble de perspectives tout en enrichissant la compréhension globale des phénomènes liés à la biographie langagière. On pourrait reformuler ces trois axes de recherche en les articulant sur un plan temporel :
1) le passé (dimension référentielle-¬sociologique de l’histoire racontée)
2) le présent (dimension discursive-¬linguistique du récit racontant)
3) le futur (dimension pragmatique¬-didactique du récit raconté)

D’une manière générale, il serait utile de réfléchir sur la façon dont s’articulent ces différentes perspectives temporelles dans toute activité narrative et, en particulier, dans la production de biographies langagières.
 


Recherche:
 dans ce site:
   
   
   
 Rechercher
Annuaires      Site map

Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 30 80  -  Fax  +41 21 692 30 85