Zufferey Joël

Zufferey Joël

Coordonnées Curriculum Recherches Enseignements Publications
e-mail : Joel.Zufferey@unil.ch
Page personnelle : http://www.unil.ch/fra/joelzufferey

Faculté des lettres

Section de français
Fonction(s): Maître d'enseignement et de recherche

Section de français
Quartier UNIL-Chamberonne
Bâtiment Anthropole 3145
CH - 1015 Lausanne
Téléphone: 021 692 29 48

Joël Zufferey

Retour

Ouvrages

2018
couv_Philippe_1000.jpg

Philippe G. & Zufferey J., Le style indirect libre. Naissance d'une catégorie, Limoges, Lambert-Lucas, 2018.

Pour se faire catégorie et rendre évidents des phénomènes dont l'existence n'était encore que pressentie, le style indirect libre devait recevoir un nom. Le moment décisif eut lieu en octobre 1912 lorsque Charles Bally proposa pour la première fois cette expression. Bien qu'il désignât un fait langagier plus étroit que ce que l'on nomme aujourd'hui style indirect libre, le terme allait se maintenir au-delà du siècle.

Le présent volume réunit les neuf textes qui, entre 1894 et 1914, ont lancé puis entretenu le débat autour de sa définition, de sa délimitation et de sa dénomination. On y voit d'éminents maîtres de la romanistique allemande et suisse (A. Tobler, Th. Kalepky, Ch. Bally, E. Lorck, E. Lerch) se confronter, en une joute fascinante, à d'épineuses questions linguistiques et littéraires. Enlisés dès l'entame dans les malentendus, les échanges érudits tournent bien souvent à la dispute, au sarcasme ou encore au dialogue de sourds.

Le lecteur de langue française assistera ici à la naissance, parfois hésitante, d'une catégorie que la littérature du tournant du XXsiècle exigeait de la linguistique.

Site de l'éditeur

 

2016
 

Marges et contraintes du discours indirect libre. Textes réunis par Gilles Philippe et Joël Zufferey et mis en ligne par Samuel Estier avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Le discours indirect libre a cent ans. Non pas la forme, qui semble immémoriale. Ni même sa description, dont un linguistique suisse, Adolf Tobler, proposa en 1887 une première tentative. Mais l’étiquette elle-même, que l’on doit à un autre linguiste suisse, Charles Bally. C’est en 1912 en effet que celui-ci inventa l’expression de style indirect libre, dans un article où il circonscrivait la catégorie et établissait les critères d’identification de la forme : « style indirect qui donne l’illusion du discours direct tout en transposant les paroles et les pensées par l’emploi des temps propres au style indirect ».

Les traditions tant linguistique que critique adoptèrent rapidement cette étiquette et cette définition premières, bien que discours fût peu à peu préféré à style, comme pour l’ensemble des modes, directs ou indirects, de restitution de la parole. Les contributions ici réunies se proposent de mettre cette configuration prototypique à l’épreuve des textes, sans limite historique ni théorique.

Ce sont ainsi les réalisations les moins attendues du discours indirect libre qui seront explorées, les marges de la catégorie.

Actes des journées d’étude organisées à l’Université de Lausanne les 5 et 6 novembre 2015.

Ce colloque en ligne accueillera en tout temps les contributions qui en partageraient l’esprit et les questionnements. Les propositions peuvent être soumises à Gilles Philippe et Joël Zufferey.

Lien : http://www.fabula.org/lodel/colloques/index.php?id=3251

 

2015
ZuffereyJ2015.jpg

Verselle V. & Zufferey J. (éds.), Les Echelles du texte, Lausanne, Etudes de lettres, 2015.

A la suite des réflexions menées dans L’interprétation des textes (Minuit, 1989), les auteurs réunis ici nous invitent à penser la réalité complexe et multidimensionnelle du texte. Les leçons d’honneur que les professeurs Jean-Michel Adam, Jean Kaempfer, Claude Reichler et André Wyss ont prononcées à l’occasion de leur départ à la retraite proposent d’appréhender le texte comme la médiation instable et toujours inachevée entre le signe, son sens et ce qu’il représente. Cette perspective – exemplifiée par des contributions relevant de la littérature, de la linguistique, de l’histoire et de l’histoire de la culture – est fondatrice d’une approche pluridisciplinaire, où chaque modélisation confère au texte une réalité spécifique: unité communicationnelle, performance esthétique, trace d’une intervention sociale, témoin historique, etc. Mais finalement, et quel que soit le point de vue, il s’agit toujours d’engager, par le questionnement du texte, une réflexion tournée vers les modes de constitution des savoirs en sciences humaines.

Site de l'éditeur

 

2012
Zuffereyj2012.jpg (ACDT22-e3(9,5mm).indd)

Zufferey J. (dir.), L'Autofiction: variations génériques et discursives, Louvain-la-Neuve, Academia, coll. "Au coeur des textes", 2012.

Projection de la critique ou statut effectif du texte, invention postmoderne ou dimension inhérente à la figuration de soi, style d’écriture ou convention de lecture ? L’autofiction concentre les principales questions de la poétique des genres. Les études réunies en ce livre proposent, contre toute définition a priori, d’interroger la pertinence de cette catégorie littéraire chez des auteurs aussi divers que Pierre Michon, Éric Chevillard, Annie Ernaux, Catherine Safonoff, Philippe Sollers, Michel Houellebecq, mais aussi Cendrars et Céline, précurseurs du genre. Portant sur des pratiques autofictionnelles très variées, l’examen, mené dans une perspective descriptive, explore le potentiel de variation du genre aux niveaux générique, sémantique et stylistique.

Site de l'éditeur

 

2006
Zuffereyj2006.png

Zufferey J., Le Discours fictionnel: autour des nouvelles de Jean-Pierre Camus, Louvain, Peeters, coll. "La République des lettres", 29, 2006.

"Fiction est un mot périlleux, tout comme son corrélatif, science" écrivait Michel de Certeau. Et pourtant, si l'épistémologie a montré que les vérités scientifiques s'inscrivent dans une historicité, elle n'en a pas fait de même pour la fiction qui est longtemps restée indemne de tout relativisme: elle est le non-réel, a-t-on souvent admis.

C'est ce principe que l'auteur remet en question en montrant que la fiction est, elle aussi, un objet culturel. A ce titre elle varie non seulement historiquement, mais aussi en fonction du cadre conceptuel de son appréhension. La démonstration s'appuie sur l'étude d'un corpus narratif du XVIIe siècle: les histoires, souvent tragiques et sanglantes, de l'évêque Jean-Pierre Camus.

Site de l'éditeur

 

2000
ZuffereyJ2000.jpg

Gollut J.-D. & Zufferey J., Construire un monde. Les phrases initiales de "La Comédie humaine", Lausanne, delachaux et niestlé, coll. "Sciences des discours", 2000.

Comment l'installation initiale de l'univers d'un texte est-elle effectuée par la première phrase?

La construction référentielle est ici conçue et décrite comme un ensemble d'opérations portant sur la désignation, la définition et la contextualisation des objets élaborés par le discours (personnages, temps, lieux, etc.).

L'objectif d'une telle réflexion linguistique sur l'accessibilité du monde représenté est de permettre d'apprécier la signification des choix communicatifs effectués. Ainsi, en étudiant les modalités d'entrée en matière privilégiées par Balzac, on peut voir comment le romancier envisage et alimente le travail interprétatif de ses lecteurs potentiels.

 

 

TOP ^

Suivez nous:        

A télécharger

CV en ligne copie  (1702 Ko)

Partagez:
Anthropole - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 29 73
Fax +41 21 692 29 15