Vous êtes iciUNIL > Section de français > Littérature moderne > Histoire littéraire > Examen

Examen

Plan d'études 2013 | Plan d'études 2005 | Conseils de préparation | Protocole de l'exposé | Déroulement de l'examen | Exemples de questions d'examen | Laboratoire d'histoire littéraire
 

Plan d'études 2013

Attention ! la liste de lecture n’est pas la même que dans le plan d’études 2005 !

L'étudiant(e) doit se constituer un programme d'examen individuel comportant 4 corpus (groupes d'œuvres), à raison d'un sujet par siècle.

L'examen porte obligatoirement sur les deux corpus étudiés en séminaire. Ceux-ci sont en général plus étoffés que ceux qui figurent dans la liste. Tous les textes traités en séminaire, y compris le dossier, font partie du corpus d’examen.

Les deux autres corpus, pour les deux siècles non étudiés en séminaire, sont à choisir dans la liste ci-dessous.

 

Formulaire pour l’examen d’histoire littéraire. Ce formulaire détermine les corpus traités pour l'examen oral d'histoire littéraire. Il est à faire signer et à remettre à l'enseignant qui fait passer l'examen, et non au secrétariat, à la date fixée par la faculté pour la détermination des sujets. 

Plan d'études 2005

Le programme d'histoire littéraire donne lieu à un examen oral pour l'obtention du baccalauréat universitaire. Chaque étudiant doit se composer un programme d'examen individuel.

 

Liste de lectures

L'étudiant(e) en DB doit se constituer un programme d'examen individuel comportant 5 sujets (groupes d'oeuvres) en-dehors du sujet de littérature médiévale, à raison d'un sujet par siècle. L'examen porte obligatoirement sur le corpus étudié en séminaire pendant la deuxième partie du Bachelor. Les autres corpus sont à choisir dans la liste ci-dessous. L'étudiant(e) peut aussi présenter à l'examen le corpus étudié lors du séminaire d'histoire littéraire de première année.L'étudiant(e) en DC a un sujet de moins à présenter.

Formulaire pour l’examen d’histoire littéraire. Ce formulaire détermine les corpus traités pour l'examen oral d'histoire littéraire. Il est à faire signer et à remettre aux deux enseignant(e)s, et non au secrétariat, à la date fixée par la faculté pour la détermination des sujets.

TOP ^

Conseils de préparation

Les séminaires d'histoire littéraire, qui portent sur des groupes d'oeuvres (enrichis) figurant sur la liste ou des groupes comparables, présenteront une méthode de travail qui servira de modèle à l'étudiant pour la préparation de son corpus d'examen. Des séances du séminaire d'histoire littéraire en fin de semestre(s) seront consacrées spécifiquement aux problèmes que l'étudiant aurait rencontrés lors de la préparation de son programme individuel.

On trouvera néanmoins ci-dessous quelques principes de base qu'il est utile de garder à l'esprit tout au long de la préparation.

Lecture et relecture des oeuvres

Les textes doivent être parfaitement maîtrisés, annotés, balisés de toutes les manières possibles (répertoire de pages par thèmes, signets, post-it...). Un système de renvois bien organisé facilite la circulation dans le texte, permet de reconstituer rapidement des réseaux de citations, accélère le travail d'interprétation.

Chaque oeuvre d'un corpus doit être lue en fonction des autres

C'est moins de l'absolue singularité de chacune qu'il faut rendre compte, que des relations (de ressemblance ou d'opposition) qui peuvent être établies au sein d'un même corpus: similarité thématique, intégration à une période historique donnée, appartenance à des genres définis. L'oeuvre n'est pas considérée dans son étanchéité, mais dans sa porosité.

Rationaliser la bibliographie

Le nombre des oeuvres mises au programme de l'examen exclut toute préparation approfondie de type monographique. Il ne s'agit pas de tout savoir sur Diderot ou sur Balzac. La lecture des ouvrages de littérature secondaire doit privilégier les études d'histoire littéraire, par période ou par genre. A l'étudiant de sélectionner pour chacun de ses corpus un ou deux ouvrages qui lui permettront de situer les oeuvres dans leur contexte.

L'examen ne consiste pas seulement en un contrôle de connaissances. Il est aussi destiné à tester la faculté de l'étudiant à problématiser une question en profitant de sa maîtrise des oeuvres et de ce qui dans l'histoire littéraire est nécessaire à leur bonne compréhension.

Collections recommandées:

  • PUF (Premier cycle)
  • Hachette supérieur (Contours littéraires)
  • Armand Colin (Cursus)
  • Bordas (Histoire de la littérature française)
  • Dunod
  • Nathan université (réf.) (fac.)
  • Belin (Lettres sup.)
  • Artaud

Pour organiser des connaissances déjà acquises:

  • Que sais-je ?
  • Lettres 128 - Nathan/Université
  • Seuil (Memo)
  • Dunod (Topos)
  • Ellipses/Résonances (Thèmes et Etudes)

A éviter:

  • Balises (trop monographique)
  • Profil d'une oeuvre (trop succinct)

Histoire littéraire, parutions récentes:

  • Jean-Yves Tadié dir., La littérature française: dynamique et histoire, 2 vol. Paris, Gallimard (Folio Essais), 2007
  • Michel Prigent dir., Histoire de la France littéraire, 3 vol., Paris, PUF (Quadrige Dicos Poche), 2006

TOP ^

Protocole de l'exposé

A. INTRODUCTION

L'étudiant présente le plan de son exposé. Il annonce les étapes et les enjeux de son travail (il serait bon d'éviter de paraphraser seulement l'intitulé de la question).

B. ANALYSE DE L'EXTRAIT

L'étudiant situe et décrit rapidement le texte et surtout élabore une interprétation en fonction du thème ou du problème proposé. Il rend compte de la spécificité de ce texte par rapport à cette question (il ne s'agit pas d'une analyse de texte exhaustive, mais d'une présentation orientée).

C. ÉLARGISSEMENT

L'étudiant élargit la question à l'ensemble de l'oeuvre dont est extrait le passage analysé. Il convoque d'autres passages qui permettent de compléter, préciser, corriger voire contredire les propositions d'interprétation présentées au point précédent.

D. COMPARAISON

L'étudiant établit une comparaison avec d'autres oeuvres du corpus en illustrant le propos, si besoin est, avec des citations marquantes. Il détermine des convergences ou des oppositions, toujours en fonction du thème ou du problème proposé.

E. CONCLUSION

L'étudiant fait le bilan de son analyse. Il peut ouvrir la perspective en faisant référence au contexte historique et littéraire général, ou aux autres corpus qu'il a préparés.

Conseils

  • Tirer le maximum de pistes intéressantes de l'extrait proposé, afin de construire et de nourrir toute la démarche: l'extrait est un point d'ancrage sûr qui évite de s'égarer dans des généralités.
  • Faire un plan détaillé, avec l'indication précise des références permettant de retrouver toutes les citations nécessaires à l'illustration du propos. Mieux vaut un plan structuré et scrupuleux que la notation fébrile d'un long fleuve de paroles désordonnées.
  • Ne pas partir de l'idée que "l'interrogateur" a une idée préconçue de ce qu'est "la bonne réponse": il y a de multiples "bonnes réponses". L'étudiant choisit son parcours et est maître du jeu: durant tout son exposé, il ne sera pas interrompu.

TOP ^

Déroulement de l'examen

Durée

L'examen d'histoire littéraire comprend une heure de préparation et une demi-heure de passage.

L'exposé doit durer à peu près 20 minutes, les 10 minutes restantes étant consacrées au dialogue et aux questions subsidiaires.

Enoncé de la question

L'étudiant reçoit l'énoncé d'une question qui comporte les éléments suivants:

  • l'indication du corpus choisi (ex.: XVIIIe, "paquet" n° 2);
  • la photocopie dequelques pages (la longueur varie en fonction du sujet) extraites de l'une des oeuvres du corpus;
  • un thème ou un problème spécifique (ex.: La nature ou Figure du narrateur);
  • la liste d'autres oeuvres (le nombre varie en fonction du sujet) du corpus, que l'étudiant est invité à intégrer à son discours.

Matériel autorisé lors de l'examen

Pendant l'heure de préparation, on peut consulter les textes du corpus (y compris le dossier de séminaire), ainsi que tous les ouvrages ou documents édités sous forme de livres, mais pas les documents imprimés sur une imprimante d'ordinateur. Les textes du corpus téléchargés sur internet font partie du second cas et ne sont donc pas autorisés à l'examen. De plus, de tels textes émanent souvent d'éditions anciennes ou sans appareil scientifique, et il est déconseillé d'y avoir recours.

Les livres peuvent être annotés, mais les notes de cours et les notes personnelles sous forme manuscrite ou dactylographiée ne sont pas autorisées.

TOP ^

Exemples de questions d'examen

La question d'examen portera:

  • sur l'une des oeuvres choisies et les rapports qu'elle peut entretenir avec les oeuvres du même groupe;

  • sur l'inscription de ces oeuvres dans l'histoire culturelle de leur siècle, telle qu'elle a été éclairée par le cours.

Il ne sera pas exigé de l'étudiant une connaissance approfondie de type monographique sur les auteurs.

XVIe siècle : Un monde en mouvement

La guerre : Rabelais, Gargantua, chapitre XLVII (depuis «Toucquedillon, arrivé, se présenta...» jusqu'à la fin du chapitre)

  • Analysez cet épisode de la «guerre picrocholine» en montrant sa portée du point de vue d'une réflexion sur le monarque et sur le rapport à la guerre.

  • Elargissez votre réflexion à ce propos en considérant l'ensemble de la «guerre picrocholine».

  • Confrontez à ces données la façon dont Montaigne aborde la question de la guerre et de la violence.

XVIIe siècle / 3. Figures féminines

Mme de Lafayette. Le corps / La Princesse de Clèves, pp. 121-123.

  • Analysez cette fameuse "scène de l'aveu" en insistant sur le rôle du corps des personnages.

  • Elargissez cette analyse en étudiant le rôle du corps dans l'ensemble du roman en rapport avec la problématique générale de la vie de cour.

  • Complétez cette réflexion grâce à quelques exemples tirés des Caractères de La Bruyère et évoquez brièvement ce que pourrait apporter sur cette question la lecture du Roman comique.

XVIIe siècle / 5. La tragédie, entre baroque et classicisme

Corneille. Le récit / Cinna, Acte I, Scène 3

  • Analysez cette scène en dégageant la fonction de ce récit dans l'intrigue.

  • Quels sont les autres récits de Cinna? Ont-ils d'autres fonctions dramaturgiques ou esthétiques? Lesquelles?

  • Comparez cet usage de la "narration" (c'est le mot que Corneille utilisait) avec d'autres textes du corpus, Athalie par exemple.

XVIIe siècle / 5. La tragédie, entre baroque et classicisme

Racine. Le temps / Athalie, Acte I, Scène 1

  • Analysez les éléments de "chronologie" mis en place dans cette exposition.

  • Montrez en quoi cette scène est exemplaire de la complexité de l'univers "temporel" de la pièce.

  • Comparez avec l'organisation temporelle de Cinna. Quelles différences constatez-vous?

XVIIIe siècle / 2. L'invention du roman moderne: la première personne

Benjamin Constant. Voix narratives / Adolphe, éd. GF, pp. 68 ("Je pensais faire [...] ") à 70 ("[...] toute la force possible.")

  • Analysez ce texte en insistant sur les procédés narratifs.

  • Comparez avec René, du début du texte jusqu'à la fin de la page 149 (éd. GF).

  • Interprétez cette double lecture en tentant de relier cette question des voix narratives avec le thème du "mal du siècle".

XVIIIe siècle / 3. L'invention du roman moderne: voix alternées - lettres et dialogues

Montesquieu. Le récit / Lettres persanes, Lettre CXLI

  • Commentez rapidement la construction de cette lettre en insistant sur les conséquences du système de mise en abyme des récits.

  • Analysez les liens que ce "conte persan" entretient avec les problématiques principales des Lettres persanes.

  • Quelles sont, plus généralement, les vertus philosophiques du conte? Comparez pour répondre à cette question, le "conte persan" de Montesquieu avec le Micromégas de Voltaire.

XIXe siècle / 3. Le récit fantastique

Gautier. L'amour / Arria Marcella, La conversation sur les femmes (pp. 249 à 251): "La conversation... nuit éternelle".

  • Analysez ce passage en insistant sur la singularité du point de vue d'Octavien.

  • Montrez en quoi l'interrogation sur la féminité est, dans Arria Marcella, à l'origine du phénomène perturbateur.

  • Comparez sur ce point Arria Marcella à la Vénus d'Ille ou à d'autres textes du corpus.

XIXe siècle / 6. Poésie romantique

Vigny. Figure du poète / Les Destinées, "La Maison du berger", Séquence II.

  • Commentez ce poème en insistant sur la conception du rôle du poète et de la poésie.

  • Articulez ces commentaires au "diagnostic de l'époque" établi par l'ensemble du poème.

  • Comparez la figure du poète élaborée par Vigny à celles que propose, par exemple, Musset dans Fantasio et La Confession d'un enfant du siècle.

XXe siècle : Nouveau roman

Extrait de départ : L'Emploi du temps de Michel Butor (pp. 224-226).

  • Les réflexions de Burton sur le roman policier constituent un métadiscours sur le roman de Butor lui-même. Dans quelle mesure peut-on comprendre ces lignes comme une explication, interne au roman, de sa propre structure formelle, du point de vue de son agencement narratif spécifique et de son organisation temporelle (commentez à ce propos l'expression «à contre-courant» qui apparaît deux fois dans cet extrait) ?

  • Au niveau plus large, d'une théorie de l'écriture romanesque, pourquoi le roman policier est-il une forme privilégiée de certains nouveaux romanciers ? La question est à traiter en référence aux textes théoriques du corpus. Établissez à ce sujet un parallèle entre L'Emploi du temps, Les Gommes et Le Vent.

 

TOP ^

Laboratoire d'histoire littéraire

TOP ^

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom
Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 69229 73  -  Fax +41 21 69229 15
Swiss University