Formations courtes HEP

La Section de français organise, en coordination avec la HEP-VD, des formations courtes destinées aux enseignants du Secondaire. L’inscription aux cours se fait en ligne, sur le site de la HEP, en tapant "littérature unil" dans la barre de recherche.

Agenda 2020/2021

La seconde main de la marquise de Sévigné. Les Lettres de l’année 1671

Marc Escola, professeur ordinaire, section de français, Faculté des lettres, UNIL

Vendredi 9 octobre 2020 de 9 h à 17 h – UNIL / Cours (20-LFR185)

Délai d’inscription : 14 septembre 2020

 

On a longtemps voulu débattre de la « littérarité » des lettres de Mme de Sévigné en termes intentionnels: la marquise avait-elle ou non conscience de faire œuvre littéraire, ou doit-on regarder sa correspondance comme un chef-d’œuvre spontané dicté par les circonstances – le départ de sa fille Mme de Grignan pour la Provence – et donc par l’amour maternel ? L’épistolière savait-elle que ses missives circulaient au-delà du cercle de ses destinataires premiers explicites, et a-t-elle anticipé cette manière de « publicité » ? Pouvait-elle pressentir que sa correspondance serait un jour livrée au large public des lecteurs anonymes ? A-t-elle eu le souci de la postérité ? En suivant les propositions critiques les plus récentes sur cette correspondance, cette journée de formation se propose de réfléchir plutôt en termes « d’effet littéraire » : si les Lettres de Mme de Sévigné ont pu très tôt intégrer le canon des œuvres littéraires, au point d’être instituées dès les premières éditions en parangon du genre épistolaire, c’est que ces missives privées mettent régulièrement en jeu des procédés que la marquise doit à ses lectures d’œuvres littéraires et qu’elle emprunte notamment aux grandes fictions, romanesques ou dramatiques, de son temps, pour nouer une complicité avec son ou ses lecteurs. On fera ainsi une large place à l’analyse des procédés intertextuels explicites ou implicites (citations, allusions, pastiches, détournements de proverbes ou maximes, références, registres et modèles).

TOP ^

Quand l’esthétique de la série renouvelle notre compréhension des récits

Gaspard Turin, maître d’enseignement de recherche suppléant, section de français, Faculté des lettres, UNIL

Raphaël Baroni, professeur associé, École de français langue étrangère, Faculté des lettres, UNIL

Chloé Gabathuler, HEP Valais
 

Vendredi 13 novembre 2020 de 9 h à 17 h – UNIL / Cours (20-LFR188)

Délai d’inscription : 2 octobre 2020

 

Cette formation vise à étudier les séries en les inscrivant dans l’histoire culturelle de différents médias. Il s’agit d’interroger leurs modes de production, impliquant la reproductibilité des formats utilisés ainsi qu’une diffusion périodique destinée à fidéliser le public. Ce cours s’appuiera notamment sur l’analyse des séries télévisées contemporaines dites de qualité (Sopranos, Lost, Game of Thrones, Breaking Bad, etc.). Il envisagera les liens qu’on peut établir entre ce type de récit, théorisable du point de vue narratologique, et ses contextes de réception. Dans cette perspective, on cherchera à identifier les scènes de réception diverses (privées, familiales, interindividuelles) des séries et l’opportunité de leur enseignement dans l’espace de la classe.

TOP ^

Découverte de la littérature francophone d’Afrique subsaharienne et des Antilles

Christine Le Quellec Cottier, professeure titulaire, section de français, Faculté des lettres, UNIL

Anaïs Stampfli, première assistante, section de français, Faculté des lettres, UNIL

 

Vendredi 5 mars 2021 de 9 h à 17 h – UNIL / Cours (20-LFR186)

Délai d’inscription : 6 janvier 2021

 

La journée de formation propose la découverte de littératures de langue française encore peu étudiées en Suisse. Offrant un univers riche et foisonnant, les fictions permettent de questionner autant un rapport à la langue (monde colonial-indépendances-cosmopolitisme contemporain) que la représentation d’enjeux transversaux (sociétés postcoloniales et décoloniales) pour le continent et ses diasporas.

TOP ^

Histoire du vocabulaire français, au carrefour des langues et des cultures

Estelle Doudet, professeure ordinaire, section de français, Faculté des lettres, UNIL

Stefania Maffei Boillat, maître d’enseignement et de recherche, section de français, Faculté des lettres, UNIL

 

Vendredi 12 mars 2021 de 9 h à 17 h – UNIL / Cours (20-LFR187)

 

Délai d’inscription : 6 janvier 2021

 

En quoi l’histoire du vocabulaire français permet-elle de mieux comprendre et faire comprendre les évolutions des sociétés et les enrichissements réciproques des langues et des cultures ? Une société qui gagne en complexité, un rapport aux cultures et aux langues qui se transforme, un métier d’enseignant·e qui évolue : autant de facteurs qui rendent urgente une réflexion sur les enjeux actuels de l’acquisition et de la compréhension du vocabulaire français. Langue latine qui s’est construite au croisement des langues romanes et germaniques, enrichie pendant son histoire par des échanges intenses avec d’autres langues (anglais, italien, espagnol, arabe, etc.), le français n’a cessé de réinventer les normes et les usages de son lexique face aux évolutions des sociétés qui l’utilisent, comme en témoignent aujourd’hui les débats sur la féminisation, le plurilinguisme et la

mondialisation culturelle.

Cette formation propose des outils pour comprendre et faire comprendre la formation et le développement du lexique français, des origines à nos jours. Elle invite à porter un regard critique sur les manières dont les mots et leurs sens sont devenus un bien commun à s’approprier, mais aussi sur les sources de tensions persistantes qu’il est nécessaire d’interroger.

TOP ^

Suivez nous:        
Partagez: