Nouvelles publications

Molière, Les femmes savantes | Le style indirect libre. Naissance d’une catégorie (1894-1914) | Karl Kraus, Traduction de l'allemand | L'Adaptation. Des livres aux scénarios. Approche interdisciplinaire des archives du cinéma français (1930-1960)
 

Molière, Les femmes savantes

Michel Lise, Molière, Les femmes savantes, Paris, GF-Flammarion, 2018.

Nouvelle édition des Femmes savantes de Molière

 

Philaminte, Armande et Bélise se complaisent dans les joies de l’esprit. Elles discutent de grammaire, d’astronomie, de métaphysique et de morale. Elles exhibent leurs connaissances des auteurs en vogue, dérogeant en tout point aux règles de l’honnêteté.

 

Créée en 1672 alors que Molière est au sommet de sa gloire, la pièce n’a rien perdu de son piquant. Car si les femmes grammairiennes ou astronomes ne prêtent plus à rire aujourd’hui, le recours systématique et irréfléchi aux dernières théories à la mode reste risible. Raillant l’étroitesse de vue des pédantes, Les Femmes savantes exprime en creux des valeurs profondément modernes : celles du jugement individuel, du plaisir et des droits du corps.

 

Cette édition critique de Lise Michel propose une nouvelle approche de ce texte. L’auteure met en lumière le tissage étroit opéré par Molière entre les canevas de la comédie et les débats philosophiques, littéraires et linguistiques de son temps.

 

MICHEL_couv_test-618x1024.jpeg

TOP ^

Le style indirect libre. Naissance d’une catégorie (1894-1914)

Philippe Gilles et Zufferey Joël, Le style indirect libre. Naissance d’une catégorie (1894-1914), Limoges, Lambert-Lucas, coll. « Classiques des sciences du langage », 2018.

Pour se faire catégorie et rendre évidents des phénomènes dont l’existence n’était encore que pressentie, le style indirect libre devait recevoir un nom. Le moment décisif, celui du baptême, eut lieu en octobre 1912, lorsque Charles Bally proposa pour la première fois cette expression. Bien qu’il désignât ainsi un fait langagier plus étroit que ce que l’on nomme aujourd’hui style indirect libre, le terme allait se maintenir au-delà du siècle.

La présente anthologie réunit les différentes contributions qui, entre 1894 et 1914, ont nourri le débat autour de la définition, de la délimitation et de la dénomination du style indirect libre. On y voit d’éminents maîtres de la romanistique allemande et suisse (Adolf Tobler, Theodor Kalepky, Charles Bally, Etienne Lorck, Eugen Lerch) se confronter, en une joute fascinante, à d’épineuses questions linguistiques et littéraires. Enlisés dès leur entame dans quelques malentendus, les échanges érudits tournent bien souvent à la dispute, au sarcasme ou encore au dialogue de sourds.

Le lecteur de langue française assistera ici à la naissance, parfois hésitante, d’une catégorie que la littérature du temps exigeait de la linguistique.

 

2018_GPhilippe_JZufferey_SIL_couv copie.jpeg

TOP ^

Karl Kraus, Traduction de l'allemand

Traduction de l'allemand par Maurin Marion et Wiser Antonin : Walter Benjamin, Karl Kraus, Paris, Allia, 2018

‘‘Que valent en effet les informations les plus précises des quotidiens au regard de l’exactitude terrifiante avec laquelle Die Fackel décrit des faits juridiques, linguistiques et politiques ? Il n’a que faire de l’opinion publique. Car les nouvelles sanglantes de ce ‘journal’ réclament une sentence. Et contre nul autre avec autant d’urgence et de véhémence que contre la presse elle-même.’’ 

Écrivain, dramaturge, grand satiriste : Karl Kraus (1874-1936), figure centrale de l’esprit fin de siècle viennois, fut un fin limier du langage. De 1899 à sa mort, il fonde et dirige Die Fackel, dont il est parfois l’unique rédacteur. Les lecteurs de cette revue pamphlétaire, parmi lesquels Schönberg, Musil, Canetti, Wittgenstein ou encore Adorno, attendent à chaque numéro, impatients et anxieux, la tombée du couperet. Les milieux intellectuels redoutent cette plume acerbe, naturellement admirée par Thomas Bernhard.

83814.jpg

TOP ^

L'Adaptation. Des livres aux scénarios. Approche interdisciplinaire des archives du cinéma français (1930-1960)

Boillat Alain et Philippe Gilles, dir. (avec la collaboration de Laure Cordonier et Adrien Gaillard), L'Adaptation. Des livres aux scénarios. Approche interdisciplinaire des archives du cinéma français (1930-1960), Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2018.

 

Principalement dédiées aux films dits de la « Qualité française » produits dans l’après-guerre, soit à une époque où scénaristes, adaptateurs et dialoguistes bénéficiaient d’une forte popularité, les études de ce livre explorent, à partir d’archives papier, les variantes et les stades de scénarios de films réalisés (Le Diable au corps, Le Rouge et le Noir, En cas de malheur) ou abandonnés (le Journal d’un curé de campagne par Aurenche et Bost, La Chartreuse de Parme par Autant-Lara). Les recherches menées conjuguent les apports de la génétique textuelle, de l’analyse filmique, des études littéraires et de la narratologie pour proposer une nouvelle manière d’envisager l’étude des adaptations : au lieu de concevoir uniquement l’œuvre littéraire adaptée à un bout de la chaîne et le filmà l’autre, il s’agit d’examiner l’ensemble du processus d’écriture. Le lecteur est ainsi invité dans les coulisses de la création d’un film, là où le texte a pour finalité de se transformer en images.

 

Adaptation.jpeg

TOP ^

Suivez nous:        
Partagez:
Anthropole - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 29 73
Fax +41 21 692 29 15