Aller à: contenu | haut | bas | recherche
 
 
Vous êtes iciUNIL > Section de français > Actualités & événements

Actualités & événements


Publié le  25.04.17
Formation doctorale interdisciplinair (org. resp.: Alberto Roncaccia)

Le réalisme et ses discours

Colloque organisé par la Formation doctorale interdisciplinaire (Faculté des lettres, UNIL)
Jeudi 8 Juin 2017 - 14h15 au Vendredi 9 Juin 2017 - 17h30 - Anthropole - 3185

Alberto.Roncaccia@unil.ch

Problématique
La question des réalismes traverse de nombreuses disciplines de lettres, des arts à la philosophie et la linguistique. La FDi propose aux doctorant·e·s et post-doctorant·e·s de faire ensemble le point à ce sujet. Tout objet culturel visant une représentation «réaliste» sera ici pertinent: narration littéraire, portrait et autoportrait, peinture ou sculpture figurative, étude historique, récit cinématographique, fiction médiatique, etc. On interrogera les représentations réalistes ainsi que les discours de justification, de commentaire ou de théorisation sur de telles visées. Nous questionnerons aussi la réaction du public, qui relie la représentation réaliste à sa culture, son expérience de vie, ses valeurs.

Du travail fondateur d’Auerbach, on retiendra, l’approche par cas et échantillons, à partir d’un ensemble ouvert de questions, comme par exemple:

La question des rapports entre représentation et réalité.

  • Quels sont les outils d’analyse pour penser les réalismes? Par exemple, les notion d’«effet de réel» ou d’«illusion référentielle» sont-elles (encore) opérantes?
  • Quelles sont les formes de représentation du réel avant la naissance du «réalisme» comme mouvement revendiqué au ΧΙΧe siècle? Que proposent les néo-réalismes du XXe siècle?
  • Comment a-t-on cherché à représenter le réel dans l’Antiquité, au Moyen âge, à la Renaissance?
  • Qu’entend-on, dans nos diverses disciplines, par genres, auteurs, époques, arts réalistes?
  • La notion de réalisme n’est-elle opérante que pour la fiction? Peut-on parler de réalisme dans les genres autobiographiques, autofictionnels? Quel pacte de réception implicite ou explicite l’œuvre réaliste construit-elle?
  • Quel est le rapport des réalismes à la mémoire collective, notamment dans la restitution des traumatismes collectifs (littérature, cinéma, peinture)?
  • Comment les historiens interrogent-ils la notion de réalisme?
  • Comment la photographie et le cinéma traitent-ils l’enjeu du réalisme?
  • Les styles du réalisme. Y a-t-il des marques stylistiques de la réalité représentée?
  • Quelles sont les visées et les publics privilégiés des projets réalistes?

Dans son ouvrage classique, Erich Auerbach utilise la notion de réalité représentée («Dargestellte Wirklichkeit») pour dessiner un parcours comparatif et synthétique des divers projets réalistes, d’Homère à Marcel Proust et à Virginia Woolf. La prudence relativiste de cette notion de «réalité représentée» n’est pas précisément rendue dans les traductions: pour «Darstellung der Wirklichkeit», on s’accommode de «représentation de la réalité», et de «Representation of Reality», voire on l’abrège carrément par le terme de réalisme («Il realismo nella letteratura occidentale»).

À partir de cette acception large de la notion de réalité représentée, applicable de manière transhistorique et interdisciplinaire, ce colloque souhaite interroger et mettre en relation des actes de représentation culturelle qui peuvent échapper à un label historiographique d’école, de mouvement ou de canon réaliste.


Les liens:

Les documents:

Lien permanent vers cet événement
Partager: facebooktweetlinkedin
Recherche:
 Go
 
rss/atom
youtube twitter instagram facebook 
Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 29 73  -  Fax +41 21 692 29 15
Swiss University