Marta Caraion

Littérature, photographie et voyage | Relations arts, sciences, industrie | Objets et récits
 

Littérature, photographie et voyage

Cette recherche interdisciplinaire se propose d'étudier, dans une perspective d'histoire culturelle, les interactions entre littérature, photographie et voyage au XIXe siècle. Il s'agit de confronter des documents de nature différente : textes de fiction, récits de voyages, travaux d'histoire, commentaires d'épreuves photographiques, et images permettent de dégager les composantes d'une sensibilité commune, de l'ordre d'un modèle culturel, que la photographie inaugure et structure de manière spécifique. La redécouverte et la mise en perspective d'écrits du XIXe siècle sur la photographie, publiés notamment dans la presse spécialisée qui prend naissance autour de 1850, est une étape essentielle de ce travail. Cette recherche a donné lieu à un livre (Pour fixer la trace. Photographie, littérature et voyage au milieu du XIXe siècle, Droz, 2003) et à plusieurs articles.

TOP ^

Relations arts, sciences, industrie

Il s'agit d'un travail de découverte, de réédition et de mise en perspective de textes polémiques des années 1850-1860 sur la question des relations problématiques entre les arts, les sciences et l'industrie (textes de Maxime Du Camp, Baudelaire, Ernest Renan, Leconte de Lisle et de plusieurs autres collaborateurs de la Revue de Paris). Ce travail d'histoire littéraire permet d'éclairer les débats nés autour de l'Exposition Universelle de 1855 sur la question controversée de la modernité, et de comprendre pour quelles raisons et de quelle manière la littérature doit, au milieu du siècle se positionner face aux progrès des sciences et de l'industrie. La réédition de ces textes (dont l'élément central est la Préface aux Chants modernes de Maxime Du Camp) accompagnée d'une introduction, à paraître aux éditions Droz. Ces questions ont par ailleurs donné lieu à plusieurs articles et enseignements.

 

 

TOP ^

Objets et récits

Cette recherche interroge le fonctionnement narratif d'objets qui, dans les textes littéraires de 1830 jusqu'au surréalisme, structurent et font progresser l'action dans une relation dynamique à l'univers de la fiction. Il s'agit de considérer non pas les objets qui constituent la toile de fond réaliste du roman du XIXe siècle, mais ceux qui, de La Peau de chagrin et maints autres récits fantastiques à La Bête humaine, du Cousin Pons à Bruges-la-Morte, assument des fonctions d'actants. Le phénomène est suffisamment récurrent pour être questionné dans le cadre plus large d'une histoire des idées. Contemporains des grandes Expositions universelles du XIXe siècle, et des bouleversements des champs artistiques, de la mode des collections et des bibelots, des grandes inventions et des machines, ces objets romanesques aussi inclassables que sur-signifiants permettent, dans une perspective d'histoire des représentations de montrer comment le texte littéraire configure et réinvente la relation de l'homme à son univers matériel. Cette recherche, bien que fondée sur des textes littéraires, se propose de confronter la littérature à d'autres domaines du savoir qui l'imbibent et qu'elle transforme.

Ces réflexions ont donné lieu à un séminaire, accompagné d'un numéro de la revue Archipel réunissant des travaux d'étudiants. Un livre est en cours de rédaction.

 

TOP ^


Recherche:
 dans ce site:
   
   
   
 Rechercher
Annuaires      Site map

Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 29 73  -  Fax  +41 21 692 29 15