Parodies

La réflexion sur la parodie part en général de la forme, sur l'invite étymologique : « chanter à côté », sens premier de parôdia. Les Grecs s'en servaient pour désigner un texte épique détourné de sa fonction d'origine : on récitait un sujet bas en respectant le style élevé du genre, de manière à provoquer le rire du public. La parodie, à l'instar du rire, fonctionne comme un leurre : elle commence par mettre en scène les prétentions du texte parodié, faisant semblant d'y adhérer, pour en dénoncer ensuite le prestige usurpé par les moyens de la dérision. Tel est le fonctionnement de la sotte chanson médiévale : elle reprend la forme du grand chant courtois des trouvères, mais y introduit un vocabulaire concret, pratique l'insulte et rabaisse l'homme au niveau de l'animal, créant un univers incompatible avec l'idéal de la fin'amor. Au passage du Moyen Âge à la Renaissance, les sermons joyeux recourent aux mêmes structures discursives que les prédicateurs, mélangent le latin et le français pour célébrer, non pas l'enseignement du Christ ou la vie d'un saint, mais les plaisirs de la table et de la chair. La parodie a partie liée avec le carnaval : en dehors du théâtre profane, lieu privilégié de cette rencontre, la critique a parlé de « renversement carnavalesque » au sujet du Testament de François Villon et des récits de François Rabelais.

Religion, amour, chevalerie, poésie ! La parodie démasque et désacralise en s'en prenant à tout ce qui est célébré, révéré dans et par l'écriture. Ainsi, le Roman de Renart fait des combats chevaleresques, des scènes de jugement et des pèlerinages une source du rire, lorsqu'il attribue des comportements humains à des héros animaux ; quant à Audigier, évoqué dans la sotte chanson citée ci-dessous, c'est une chanson de geste scatologique. La voix de fausset de la parodie est, d'abord et avant tout, irrévérence, une irrévérence qui ne recule même pas devant l'obscénité. Mais cela signifie-t-il que la parodie appartient nécessairement et exclusivement au domaine du rire ? Plusieurs critiques en doutent, car trop souvent elle se met au service de la satire, devenant alors un instrument de la critique morale, de la dénonciation d'une crise des valeurs dans une société qui a perdu ses repères. Au lecteur de savoir s'il peut se contenter de rire à la lecture du Roman de Renart ou si, sous le voile de la fable animale, il doit entrevoir le dysfonctionnement d'une société féodale gouvernée par un roi faible. Le rire n'est pas toujours joyeux et la parodie parfois moins innocente qu'il n'y paraît.

Chier pour sa dame.
Livre d'heures, Trinity College, Cambridge.

Michaël Camille, Image on the Edge : The Margins of Medieval Art,
Londres, Reaktion Books, 1992, p.112.

Bibliographie

  • Aubailly (Jean-Claude), Le monologue, le dialogue et la sottie. Essai sur quelques genres dramatiques de la fin du Moyen Âge et début du XVIe siècle, Paris: Champion, 1976.
  • Bakhtine (Mikhaïl), L'Œuvre de François Rabelais et la culture populaire du Moyen Age et sous la Renaissance, trad. par A. Robel, Paris: Gallimard, 1978 (19651).
  • Bonafin (Massimo), Contesti della parodia. Semiotica, antropologia, cultura medievale, Torino : Utet, 2001.
  • Dull (Olga), Folie et rhétorique dans la sotie, Genève: Droz, 1994.
  • Formes de la critique : Parodie et satire dans la France et l'Italie médiévales, éd. par J.-C. Mühlethaler avec la collaboration d'A. Corbellari et de B. Wahlen, Paris : Champion, 2003.
  • Genette (Gérard), Palimpsestes ou la littérature au second degré, Paris : Seuil, 1982.
  • Koopmans (Jelle), Le Théâtre des exclus au Moyen Age. Hérétiques, sorcières et marginaux, Paris : Imago, 1997, pp. 166-187 : «Parodies».
  • Rey-Flaud (Bernadette), La Farce ou la machine à rire, Genève: Droz, 1984.
  • Sangsue (Daniel), La Parodie, Paris : Hachette, 1994.
  • Scheidegger (Jean R.), Le Roman de Renart ou le texte de la dérision, Genève : Droz, 1989.
  • Strubel (Armand), « Le rire au Moyen Age », dans : Précis de littérature française du Moyen Age, éd. par D. Poirion, Paris : PUF, 1983, pp. 186-213.

Sources

Adam de la Halle, Chanson XIV, dans : Œuvres complètes, éd. et trad. par P.-Y. Badel, Paris : Le Livre de Poche (Lettres gothiques), 1995.

Le Roman de Renart, éd. et trad. par J. Dufournet et A. Méline, Paris : GF, 1985, branche VIII, vv. 211-240.

Sotte chanson n° 53 (MW 1835), dans : Chansons des trouvères. Chanter m'estuet, éd. et trad. par S.N. Rosenberg, H. Tischler et M.-G. Grossel, Paris : Le Livre de Poche (Lettres gothiques), 1995.

"Sermon joyeux de Saint Jambon et de Sainte Andouille", dans : Quatre sermons joyeux, éd. par J. Koopmans, Genève : Droz, 1984.

Rabelais, Le Quart Livre, chap. XLI, dans : Œuvres complètes, éd. par J. Boulanger et L. Scheler, Paris : Gallimard (La Pléiade), 1955.


Recherche:
 dans ce site:
   
   
   
 Rechercher
Annuaires      Site map

Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 29 73  -  Fax  +41 21 692 29 15