EN    FR  
You are here: UNIL > GSE Faculty > Research

Research

Quelle est la dangerosité des pesticides pour l’environnement et la santé humaine ?

pesticides.jpgDans l’émission CQFD de la RTS du 2 juin de cette année, Nathalie Chèvre, écotoxicologue à l’UNIL, a été interviewée sur la question des pesticides dans l’environnement.

Il existe trois types principaux de produits dits phytosanitaires utilisés dans l’agriculture, les espaces verts et dans les jardins. Il s’agit de fongicides, d’herbicides et de pesticides. Si en soi, l’utilisation de ces produits s’est réduite depuis les années 60 où ils étaient utilisés massivement et sans précaution, les pesticides présentent un problème quant à leur durée de vie. En effet, ces produits ne sont généralement pas dégradables dans l’air, l’eau ou le sol et leur durée de vie peut parfois atteindre 400 ans! On parle alors de polluants organiques persistants (POP). Ces POP présentent le risque d’être des perturbateurs endocriniens, provoquant des troubles de la régulation hormonale chez les organismes vivants. On sait que l’eau, les micro-crustacés, les poissons, les vers de terre peuvent être affectés. On a par exemple observé des sols devenus stériles à cause de la dégénérescence de vers de terre.

Au niveau de la santé humaine, on a observé une transmission des produits toxiques dans le sang ainsi que des cas de maladie de Parkinson vraisemblablement imputés aux pesticides. Voilà donc un effet pervers de produits utilisés dans un premier temps dans l’idée de favoriser la culture de produits comestibles et d’éliminer les « parasites ». Et si l’on considère qu’environ 97% d’un produit pesticide va se répandre hors de sa cible, se dispersant ainsi dans les rivières, lacs et sols, on comprend mieux l’immense gâchis de ce type de pratiques. Etudiées indépendamment, plusieurs des substances utilisées sont en dessous du seuil de dangerosité pour l’homme. En revanche, on a découvert récemment le risque que représente la combinaison de ces différents produits. On parle alors d’effet « cocktail ».

En considérant donc une réduction drastique des pesticides voire leur abandon dans l’agriculture suisse, il convient à l’heure actuelle d’observer le principe de précaution. Même si la durée de vie de ces produits provoque une inertie de la pollution qui ne pourra être contenue dans les décennies à venir, certaines mesures sont exemplaires telles que l’usage de la « dose utile » dans une agriculture raisonnée plutôt qu’intensive et la réduction de ce type de produits dans les jardins des particuliers. avisdexperts

Retrouver l’intégralité de l’émission sur Avis d'experts

TOP ^

Search:
 inside this site:
   
   
 Go
 
rss/atom
Géopolis - CH-1015 Lausanne  - Switzerland  -  Tel. +41 21 69235 00  -  Fax +41 21 69235 05
Swiss University