Aller à: contenu | haut | bas | recherche
 
EN    FR  
Vous êtes iciUNIL > Faculté des HEC (HEC Lausanne) > Actualités & événements

Actualités & événements

Publié le  20.03.17
Modifié le  24.03.17
Par  Myriam Bango

facebooktweetlinkedin
Economie - Enseignement et Formation - Recherche

En direct de Stanford: le témoignage du chercheur Lionel Cottier

Lionel Cottier, chercheur de la Faculté des HEC de l’UNIL, effectue en ce moment un séjour scientifique à l’Université de Stanford grâce à la plateforme SCANCOR. Une expérience enrichissante qui lui permet à la fois d’avancer sur sa thèse, tout en réseautant avec d’autres chercheur·euse·s et ce, dans le magnifique cadre qu’offre le campus. Retour sur sa démarche et témoignage.

10 jours pour postuler à SCANCOR

En répondant à l’appel à candidatures pour SCANCOR envoyé il y a une année par le Doyen de HEC Lausanne Jean-Philippe Bonardi, Lionel Cottier disposait seulement de 10 jours pour constituer son dossier et postuler. Ambitieux et téméraire, le doctorant du DEEP (Département d’économétrie et d’économie politique) a relevé ce challenge. Un pari réussi puisque sa candidature a été retenue pour un séjour de six mois dans la très prestigieuse université américaine de Stanford pour une période de six mois, entre janvier et juin 2017.

SCANCOR (Scandinavian Consortium for Organizational Research) fournit une plateforme de coopération scientifique à la pointe dans les études organisationnelles, à l’intersection des sciences et des organisations. HEC Lausanne est membre associé du consortium sur une durée de deux ans, de janvier 2017 à décembre 2018. Le dispositif de SCANCOR permet notamment aux chercheur·euse·s junior et senior de HEC Lausanne d’effectuer des séjours de recherche de 3 à 6 mois à Stanford – leurs dossiers étant sélectionnés selon des critères relatifs à la qualité, à la pertinence et à leurs capacités de recherche.

Grâce à SCANCOR ils peuvent accéder librement aux bibliothèques de l’université américaine et participer à des séminaires et des cours. Objectif: leur permettre d’avancer dans leurs travaux scientifiques tout en élargissant leur réseau de relations grâce à des contacts avec les chercheur·euse·s de Stanford et des autres institutions membres de SCANCOR. Ce réseautage scientifique a aussi pour optique de déboucher sur des collaborations porteuses pour la recherche et enrichissantes de part et d’autre.

Des objectifs pleinement atteints

Lionel Cottier effectue actuellement une thèse en micro-économie supervisée par Rafael Lalive, professeur à HEC Lausanne. Le sujet de recherche du doctorant porte spécifiquement sur l’implémentation des politiques publiques et l’évaluation des mesures du marché du travail. Avant son départ pour Stanford, il s’était fixé comme objectif de récolter sur place des feedbacks sur sa recherche et de finaliser sa thèse. Après déjà deux mois passés à Stanford, Il explique maintenant:

« SCANCOR offre un cadre de travail idéal sur un magnifique campus. Nous sommes un petit groupe d’environ 10 doctorant·e·s et 2-3 professeur·e·s, la plupart venant des pays scandinaves. Il y a un séminaire le lundi où des chercheur·euse·s seniors externes présentent leurs recherches et un séminaire le vendredi où des chercheur·euse·s juniors exposent les leurs. L’audience est généralement composée de personnes venant de backgrounds différents, ce qui donne des feedbacks très intéressants. »

En parallèle, le chercheur avance sur son troisième chapitre de thèse qui étudie l’impact des préférences culturelles sur la sortie du marché du travail : « Je suis en contact avec certains chercheurs de renommée mondiale - dont les Professeurs Luigi Pistaferri et Matthew Jackson de la Faculté d’économie de Stanford - afin de récolter des retours plus spécifiques quant à mes domaines d’intérêt. »

En janvier 2017, il a notamment pu présenter son travail lors d’un séminaire et, plus récemment, rendre visite au Professeur Emmanuel Saez (UC Berkeley) pour discuter de sa recherche: « Je dirais que les avantages d’être ici sont les possibilités énormes de networking et de contacts avec des professeur·e·s réputés, en plus du privilège de bénéficier du cadre d’une des meilleures universités au monde. »

Bonne continuation à lui pour ses recherches et la fin de sa thèse!


Lien permanent vers cette actualité
Recherche:
 Go
 
rss/atom
twitter linkedin facebook instagram google 
Internef - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 33 00  -  Fax +41 21 692 33 05
Swiss University