Vous êtes iciUNIL > Section d'histoire > Publications > Autres publications > ouvrages

ouvrages

2007 | 2006
 

2007



Vallotton François, Clavien Alain (dir.), Devant le verre d'eau. Regards croisés sur la conférence comme vecteur de la vie intellectuelle (1880-1950)

Lausanne: Antipodes, 2007
ISBN 139 pages, 29 francs suisses, 19 euros, ISBN 978-2-940146-79-6

Commande Editions Antipodes

En étudiant les intellectuels, les historiens ont le plus souvent privilégié la production écrite, qu'elle se manifeste sous la forme de livres, de brochures, de pamphlets, d'articles de journaux ou de revues, de proclamations, de pétitions... L'intellectuel est vu comme un «homme de lettres» dont l'arme de prédilection par excellence demeure la plume. Pourtant, la transmission des idées ne se limite pas à l'écrit, et, à négliger la transmission orale, on se prive de tout un pan, important, de l'activité intellectuelle. Dans le monde du savoir, le cours, ou la «dispute orale», constituent quelques-uns des fondements de la transmission des connaissances et de l'apprentissage académique. Les congrès et autres colloques scientifiques constituent autant de lieux d'échange, de sociabilité mais aussi de légitimité. Enfin, la conférence constitue une activité sociale importante ainsi qu'une modalité essentielle de la conquête d'un capital tant symbolique qu'économique des intellectuels.

Comment caractériser cet objet historique aux contours a priori indéterminés ? Quelle fonction joue la conférence dans l'organisation du champ culturel et intellectuel ? Comment évolue-t-elle au cours des XIXe et XXe siècles ? C'est à quelques-unes de ces questions que veut répondre ce volume consacré à un support médiatique encore largement méconnu.

TABLE DES MATIERES

Philippe Olivera, Le petit monde de la conférence parisienne (analyse d'un échantillon de «cours et conférences» à Paris en janvier 1923)

Thomas Loué, «Ne pas donner au public le temps d'oublier votre nom»: Les conférences de Ferdinand Brunetière

Marina Allal, Karl Kraus conférencier - théâtralité, littérature et polémique

Nelly Valsangiacomo, Une politique de l'apolitisme ? Francesco Chiesa et les conférences de la «Scuola ticinese di cultura italiana» (1918-1939)

Corinne A. Pernet, Les échanges d'informations entre intellectuels: La conférence comme outil de coopération intellectuelle à la Société des Nations

François Chaubet, Action culturelle extérieure et Conférences: l'exemple de l'Alliance française (fin XIX et début XX e siècles)

Christine Rodeschini, Les archives sonores du Club 44 à La Chaux-de-Fonds: Une source pour l'histoire intellectuelle


2006



Clavien, Alain et Valsangiacomo, Nelly (Dir.), Les intellectuels antifascistes dans la Suisse de l'entre-deux-guerres

Lausanne: Antipodes, 2006
ISBN 2-940146-58-6, 147 pages, 29 CHF, 19 euros

Commande Editions Antipodes

Écrire l'histoire des intellectuels antifascistes en Suisse, c'est écrire une histoire des vaincus. D'une certaine manière, ces hommes et ces femmes ont été vaincus trois fois. Une première fois, dans les années 30, leur combat fut celui d'une minorité stigmatisée qui peine à se faire entendre. En 1945, au moment de la Libération, ils auraient dû triompher, mais leurs témoignages furent immédiatement invalidés parce qu'ils révélaient en creux le comportement de la majorité des élites du pays. Enfin, même dans la mémoire de cette période qui se construira pendant un demi-siècle, nul espace ne leur fut réservé. L'image dominante a été celle d'une Suisse qui aurait formé un peuple menacé et héroïquement replié autour des valeurs de la Défense nationale spirituelle. Il est temps de redonner la parole à ces combattants.

Table des matières

Nelly Valsangiacomo : Militantismes intellectuels dans le canton du Tessin pendant le fascisme: le cas de l'«Associazione Romeo Manzoni» 1929-1930

Erwin Marti : «Bümpliz gegen das Dritte Reich». Carl Albert Looslis Antifascismus der ersten Stunde

Alain Clavien : Un quotidien à abattre: "Le Moment" (1933-1934)

Milena Malandrini : "Le Canard Libre" (1936-1938): le fascisme en dérision

Mauro Ceruttti : Carl Emmanuele A Prato et le "Journal des Nations"

Stéphanie Prezioso : Les exilés antifascistes et leur impact sur la culture des pays d'accueil: réflexion autour de l'immigration italienne

Alexandre Elsig, Arnaud Gariépy : La Bise socialiste : un pamphlet entre répulsion et attirance



Pascal Durand, Pierre Hébert, Jean-Yves Mollier, François Vallotton (Dir.), La censure de l'imprimé. Belgique, France, Québec et Suisse romande. XIXe et XXe siècles

Québec, Editions Nota Bene, 2006
Contact: Patricia Lamy, patlamy@sympatico.ca

Dans une perspective volontairement comparatiste, ce volume consacré à la censure de l'imprimé en Belgique, en France, au Québec et en Suisse romande aux XIXe et XXe siècles donne à lire des textes de chercheurs d'horizons différents : historiens, littéraires, philosophes, sociologues, politologues ou encore médiologues confrontent ici leurs points de vue tant sur toutes les formes de censure. En cette époque où les performances techniques de l'Internet semblent vouloir procurer à l'homme une liberté illimitée de communiquer avec qui bon lui semble et de débattre ou de polémiquer avec la planète entière, la censure ne s'est cependant ps volatilisée comme par enchantement. Sa capacité de nuisance est toujours présente, quel que soit son domaine de prédilection ou d'élection et seule la vigilance critique du citoyen peut permettre de proposer des solutions ou de trouver des parades provisoires. Si ce volume y contribue, grâce à l'analyse rigoureuse des mécanismes qui renforcent son pouvoir, il aura alors été profitable de consacrer quelques heures à sa lecture.

Présentation du volume

TOP ^


 

Mollier, Jean-Yves, Sirinelli, Jean-François et Vallotton, François (Dir.), Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques 1860-1940

Paris: Presse Universitaire de France, 2006 (coll. Le noeud gordien)

Observé d'abord dans le contexte de la montée des totalitarismes, le phénomène de la culture de masse a été lié par la suite aux critiques de la société de consommation et à l'avènement de nouveaux médias, la télévision d'abord, Internet ensuite. Aujourd'hui, la massification et la mondialisation des productions culturelles, qu'il s'agisse de les déplorer ou de s'en féliciter, occupent pleinement le débat public.

Champ d'investigation des sociologues et des spécialistes de la communication à l'origine, les domaines de la culture de masse et de la culture médiatique constituent désormais l'un des chantiers particulièrement dynamiques de l'histoire culturelle. Autour de ce thème, ce livre propose diverses contributions qui convergent sur trois approches complémentaires: la réinscription du phénomène dans une perspective diachronique large en examinant les transformations du monde de l'imprimé dès la seconde moitié du XIXe siècle ; le choix d'une dimension comparative qui tienne compte des transferts culturels mais aussi des modes d'appropriation différenciés d'un espace national à l'autre ; enfin la prise en compte de l'hétérogénéité des supports et des mécanismes d'influences réciproques d'un médium à l'autre.

On trouvera réunie ici une première synthèse, internationale et interdisciplinaire, qui souhaite ouvrir des pistes pour comprendre, sans a priori, les tensions contradictoires liées à la globalisation des biens culturels.

 

Présentation du volume

TOP ^

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom
Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 69228 92  -  Fax +41 21 69229 35
Swiss University