Vous êtes ici: UNIL > Section d'histoire > Publications > Mémoire Editoriale > Volumes

Volumes

2004 | 2001 | 1999 | 1998
 

2004


 

François Vallotton (avec la collaboration de Thierry Cottour), Les Editions Rencontre 1950-1971

Cahier Mémoire Editoriale 4
Lausanne, Editions d'en bas, 2004
212 p.
Commande: Mémoire Editoriale

Les Editions Rencontre constituent à n'en pas douter l'une des aventures éditoriales les plus étonnantes de Suisse romande. Créées en 1950 afin de financer une revue de jeunes à l'esprit militant, elles connaîtront un décollage timide avant de s'imposer comme l'un des clubs de livre les plus importants de l'époque. Grâce notamment à ses collections d'oeuvres complètes d'auteurs classiques vendues à raison d'un volume par mois, le nombre d'abonnés explose pour atteindre le chiffre de 500'000 au début des années 1970. Rencontre, devenue une Société Anonyme aux filiales multiples, aura ainsi vendu sur une dizaine d'années près de trente-six millions de volumes et emploiera au plus fort de son développement mille deux cents personnes, dont près de sept cents à Lausanne, tout en s'ouvrant aux marchés francophone et allemand.
Au-delà de cette image de marque encore présente à l'esprit de nombreux lecteurs d'aujourd'hui, ce livre aimerait rendre justice aux hommes et aux femmes qui ont permis l'essor de cette maison tout en retraçant la genèse d'un projet éditorial qui s'intéressera non seulement au livre mais aussi au monde de la presse, de la télévision et du cinéma. Les circonstances de la fin brutale de cet empire et de son rachat par la filiale d'un grand groupe de vente par correspondance sonne par ailleurs comme une métaphore des transformations de l'édition contemporaine dominée par la logique de conglomérats de la communication où le livre occupe désormais la portion congrue.


TOP ^

2001



François Vallotton, L'édition romande et ses acteurs 1850-1920

Cahier Mémoire Editoriale 3
Genève, Slatkine, 2001
476 p.
Commande: Mémoire Editoriale

La deuxième partie du XIXe siècle correspond pour le monde romand du livre à une époque charnière, celle qui voit l'avènement de l'éditeur en tant que professionnel et type social.
Grâce aux nouveaux débouchés offerts tant par le marché du livre religieux que par le manuel scolaire, on assiste à l'essor d'une nouvelle génération d'éditeurs - au sens moderne du mot - dont l'activité sera principalement orientée vers le choix des manuscrits, le recrutement des auteurs et la diffusion des publications de leurs propres catalogues. Par l'exploitation d'archives en grande partie inédites, on rappellera ici les figures aujourd'hui oubliées de Georges-Victor Bridel, Victor Attinger, Gustave et Samuel Payot, John et Alexandre Jullien et de bien d'autres encore.

La constitution, en 1866, de la "Société des libraires et éditeurs de la Suisse romande" témoigne d'une volonté d'autonomie par rapport au centre parisien. Confrontés à la concurrence féroce d'une production française qui a déjà opéré le tournant de l'industrialisation, les éditeurs romands vont être amenés à élaborer leurs propres stratégies afin de développer leur spécificité. Cette volonté de distinction aura notamment pour effet la création de pôles d'excellence qui constitueront autant de "niches de marché" pour la production autochtone.
Enfin, l'éditeur tend à devenir un personnage doté d'une forte position symbolique de par sa fonction de médiateur entre le monde de la culture et le grand public. Pour les écrivains, il constitue une partenaire incontournable dont dépendront toujours davantage le succès de leurs livres et partant de leur notoriété ; pour le grand public, il incarne désormais une figure quais mythique, à la fois homme de goût, aventurier et homme d'affaires.


TOP ^

1999



Simon Roth, Weber-Perret. Genèse de l'Alliance Culturelle Romande

Cahier Mémoire Editoriale 2
Lausanne, 1999
174 p.
Commande: Mémoire Editoriale

Pendant la guerre, la Suisse romande suit attentivement les événements de France. Ses revues et ses maisons d'édition, mettant à profit ces circonstances particulières, connaissent un essor étonnant et reflètent les dissensions françaises. A travers ce prisme toute une génération marquée de l'empreinte du conflit mondial se découvre, qui anime le milieu littéraire romand de l'après-guerre.
Myrian Weber-Perret fait lui aussi ses premiers pas dans ce contexte. Amoureux des lettres comme on peut l'être à vingt ans, il fonde une revue, édite des recueils, écrit des articles, prononce des conférences, participant ainsi à l'effervescence de ces années où poésie et politique se mêlent. Il côtoie également deux grands aînés, Edmond Jaloux et Gonzague de Reynold, qui influencent ses goûts et ses jugements.
Fruit de nombreuses expériences littéraires, l'Alliance Culturelle Romande, l'ambitieux projet de Weber-Perret, se concrétise en 1962. Elle se définit, dans ces années soixante, comme une réaction aux difficultés rencontrées par les artistes et écrivains suisses romands de l'après-guerre. " Certains pensaient que nous allions nous effacer comme neige au soleil. Pendant toutes ces années nous avons vu la Suisse romande prendre conscience de son patrimoine, de ses valeurs culturelles. Nous n'avons pas la prétention, et de loin, d'avoir été les seuls à mener ce bon combat. Nous pensons toutefois que nous avons apporté notre pierre à l'édifice. "


TOP ^

1998



Figures du livre et de l'édition en Suisse romande (1750-1959. Actes du colloque « Mémoire éditoriale » 1997, sous la direction de Alain Clavien et François Vallotton

Cahier Mémoire Editoriale 1
Lausanne, 1998.
Commande: Mémoire Editoriale

Qui lisait, et comment lisait-on en Suisse entre 1700 et 1900 ? Comment s'est constitué, dès la deuxième partie du XIXe siècle, un champ éditorial romand, et comment le Lausannois Georges-Victor Bridel a réussi à y occuper une des places les plus en vue? Qu'en était-il en France et comment ce métier a-t-il évolué depuis Charles-Joseph Panckoucke - le véritable diffuseur de L'Encyclopé- die de Diderot et D'Alembert - jusqu'aux grands groupes de communication actuels qui ont progressivement absorbé les Flammarion, Grasset et autres Gallimard ? Quel fut durant la Deuxième guerre mondiale le rôle des Portes de France à Porrentruy - au titre de " refuge de la pensée libre " - ou celui du libraire genevois Alexandre Jullien, chargé à la même époque d'une tâche difficile: la censure du livre en Suisse romande ?
C'est à ces questions que tente de répondre cet ouvrage collectif, s'inscrivant dans le renouvellement qui caractérise depuis plusieurs années l'histoire du livre et de l'édition. Le lecteur y puisera de précieux renseignements sur la perception et les modes de diffusion du livre au cours de ces deux siècles, et verra à l'oeuvre les éditeurs, imprimeurs et artisans sans qui l'objet lui-même n'existerait pas.

Ce premier cahier inaugure une collection placée sous l'égide de "Mémoire Editoriale", fondation qui entend rendre compte de l'extraordinaire foisonnement qu'a connu la Suisse romande dans le domaine de l'imprimerie et de l'édition.


TOP ^


Recherche:
 dans ce site:
   
   
   
 Rechercher
Annuaires      Site map

Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 28 92  -  Fax  +41 21 692 29 35