Vous êtes iciUNIL > Institut d'archéologie et des sciences de l'antiquité > Histoire ancienne

Histoire ancienne

Quelle formation ?

L’étude de l'histoire ancienne à l'Université de Lausanne porte sur le passé du bassin méditerranéen durant la période allant de 1500 avant J.-C. à 500 après J.-C. L'accent est placé sur les civilisations grecque et romaine, sans que soit omise l'étude des relations entre ces civilisations et leurs voisins immédiats, en Europe celtique ou au Proche-Orient. Les enseignements visent à familiariser les étudiants avec les principaux événements des périodes considérées et avec l'étude des sociétés antiques.

Les plans d'études proposés en histoire ancienne au Baccalauréat universitaire comprennent des enseignements dans d’autres domaines (Archéologie, Latin, Grec, Tradition classique, Philosophie antique, Histoire des religions antiques), de façon à souligner la complémentarité de ces différentes approches de l'Antiquité.

A la Maîtrise, des enseignements communs à toutes les disciplines des Sciences de l’Antiquité sont offerts en parallèle à des cours ou séminaires d’histoire ancienne.

Pour quels étudiants ?

Pour tous les étudiants intéressés par l’étude des civilisations antiques. Aucune connaissance préalable en histoire ancienne n’est demandée à titre de prérequis. En revanche, au terme de leur BA, les étudiants devront être en mesure de maîtriser au moins une langue ancienne. Dans ce but, des cours d’initiation au latin ou au grec sont proposés durant les deux premières années du BA, pour les étudiants qui n’auraient pas étudié le latin ou le grec au degré Secondaire I ou Secondaire II.

Quels points forts ?

Les plans d’études en Histoire ancienne comportent des enseignements réguliers en épigraphie et en numismatique. De quoi s’agit-il ?

L’épigraphie

L'épigraphie porte sur la lecture et l'explication des inscriptions grecques et latines, c'est-à-dire des textes gravés sur la pierre, le bronze ou tout autre support rigide. Les inscriptions antiques conservées sont au nombre de plusieurs centaines de milliers. Elles offrent un accès direct aux sociétés antiques et permettent de mieux les comprendre. Elles fournissent des informations dans des domaines que les textes littéraires antiques abordent peu : les institutions, l'économie, le rôle des femmes, les classes sociales moins favorisées (esclaves ou affranchis), la religion.

La numismatique

La numismatique grecque et romaine s’intéresse aux monnaies frappées par les Grecs et les Romains. Les monnaies offrent de nombreux renseignements sur l'histoire et l'économie des sociétés antiques. Qu'elles émanent d'une cité, d'un roi, d'un empereur, les monnaies sont la marque d'une autonomie et d'un pouvoir politiques. Instrument de propagande largement diffusé dans les différentes couches de la population, elles révèlent l'image que les autorités voulaient donner d'elles-mêmes et offrent parfois un reflet des luttes de pouvoir entre dirigeants.

Quels axes de recherche ?

Les collaborateurs de l'histoire ancienne ont développé trois secteurs de recherche, dans lesquels sont réalisés des mémoires de licence ou de maîtrise, des thèses de doctorat, des enseignements post-grades, des articles et des ouvrages :

• la sociologie de la guerre en Grèce ancienne;
• l'histoire de genre (gender studies) appliquée à l'Antiquité, en particulier l'analyse du rôle public des femmes en Grèce et à Rome;
• l'étude, à l'époque romaine, de l'Helvétie et des autres territoires qui composent la Suisse.

Par leurs activités de recherche, les collaborateurs en histoire ancienne sont en contact étroit avec les principaux sites romains de Suisse, en particulier Avenches, Nyon et Vindonissa. Ils font bénéficier les étudiants de ces contacts, ainsi que d'un large réseau international de relations scientifiques.

Recherche:
 Go
 
rss/atom
Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 28 96  -  Fax +41 21 692 30 45
Swiss University