Historique

Dès le début des années 1970, la Commission permanente de coordination des universités romandes a cherché à répartir les enseignements de l'archéologie entre les différentes hautes écoles. L'archéologie préhistorique devait relever de la Faculté des Sciences de l'Université de Genève et de la Faculté des Lettres de l'Université de Neuchâtel, l'enseignement de l'archéologie classique était maintenu partout, à titre de référence fondamentale, tandis que Lausanne devait constituer un "centre d'excellence" pour l'archéologie des provinces romaines. Depuis lors, l'enseignement en archéologie fait l'objet d'une convention entre les cantons de Fribourg, Vaud, Neuchâtel, Genève et le Conseil des Ecoles Polytechniques Fédérales; un avenant établit la liste des enseignements coordonnés et réserve, en particulier, l'archéologie des provinces romaines à la seule Université de Lausanne. Aussi une chaire complète, la seule en Suisse dans ce domaine, a-t-elle été créée en 1978. Pour resserrer encore les liens étroits unissant, dans les cours et les programmes d'examens, l'histoire ancienne et l'archéologie, l'Institut d'archéologie et d'histoire ancienne (IAHA) a été créé le 1er avril 1982. Rattaché à la Section des Sciences de l'Antiquité de la Faculté des Lettres, sa vocation première était de favoriser la recherche par le regroupement et le développement des moyens indispensables à la pratique des fouilles archéologiques et à l'exploitation de leurs résultats. Dans un souci de coordination et d'enrichissement mutuel, l'Institut travaille en étroite collaboration avec les services cantonaux d'archéologie, aussi bien dans le canton de Vaud qu'en Suisse romande, et entretient des relations suivies avec de nombreuses universités ou Centres de recherches suisses et étrangers.

Dès l'année académique 2001-2002, l'Institut d'Archéologie et d'histoire ancienne (IAHA), s'est élargi pour devenir l'Institut d'Archéologie et des Sciences de l'Antiquité (IASA), qui regroupe désormais l'archéologie (classique et provinciale romaine), le grec, l'histoire ancienne, le latin et la tradition classique, ainsi que la philosophie antique et la linguistique des langues classiques, deux disciplines associées. La création de cette nouvelle unité d'enseignement et de recherche doit permettre de renforcer l'étroite collaboration qui a toujours existé entre l'ensemble des disciplines des Sciences de l'Antiquité, d'assurer, par une harmonisation et une rationalisation accrues, une efficacité plus grande et d'accroître l'attractivité et la compétitivité de l'Institut sur le plan national et international. Il faut rappeler, en effet, que les Sciences de l'Antiquité accueillent chaque année un nombre croissant d'enseignants, de chercheurs avancés et d'étudiants d'universités étrangères, avec lesquelles de nombreux accords de collaboration scientifique ont été conclus.

En 2009, dans le cadre d'une réorganisation administrative de la Faculté des lettres, l'Institut est devenu la Section d'Archéologie et des Sciences de l'Antiquité (ASA). Toutefois, cette unité est autorisée à garder le nom d'Institut dans ses relations avec des partenaires externes à l'UNIL.

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom
Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 69228 96  -  Fax +41 21 69230 45
Swiss University