Abstract 57

No 57

Résumé

Cette enquête ethnographique dans un office d’insertion en Suisse montre que s’intégrer sur le marché du travail implique bien plus, pour les jeunes en relégation scolaire, que simplement passer fluidement de l’école au travail. Elle rend attentif au fait qu’on ne comprend pas leurs difficultés d’insertion et les dispositions qu’elles génèrent en se limitant aux contraintes objectives du marché scolaire et profes- sionnel. Ce papier est une version allégée d'un mémoire de master soutenu en 2012 à l’Université de Lausanne sous la direction du Professeur Olivier Fillieule et comme jury Madame Cecile Péchu. Ce travail s’intéresse aux modes de « faire avec » la norme scolaire que développent ces jeunes, pour la plupart issus des classes populaires, dans un contexte d’inflation du savoir intellectuel. L’analyse emprunte la théorie de la déviance de Howard Becker et éprouve la notion de culture anti-école présente dans les travaux incontournables de Paul Willis. Le point de vue sociologi- que qui transcende ce travail défend l’idée que les élèves en « échec scolaire » ne sont pas prédisposés biologiquement et socialement à adopter des conduites déviantes (agitation, « mauvaise volonté », entrée à reculons, etc.), mais qu’ils en viennent progressivement à revêtir ce type de comportement par la découverte des bénéfices qu’il procure : il permet de mettre à distance une norme dont les sanctions formelles et informelles affectent trop fortement leur estime de soi. Cepen- dant, ces comportements ne prennent pas la forme d’une culture anti-école autrefois portée par le point de contact entre les élèves et une culture populaire dont l’autonomie, aujourd’hui plus que jamais ébréchée, leur permettait de s’affranchir des normes dominantes.

Mots-clefs : culture anti-école, déviance, insertion, populaire, Becker, Willis


Abstract

Our paper focuses on students excluded from higher education. They have difficulty in finding an apprenticeship particularly, but not only, because of their poor academic results. Our analysis engages a sociological approach based on the deviance theory who sees the attitude (resistance, unwillingness, divestment, etc.) of these young people in an opposite way of the psychological or pathological view. We will also discuss the concept of “counter-school culture” present in the work of Paul Willis (Children to Labour). All this is confronted with ethnographic data and accompanied with some methodological recommendations.

Keywords : counter-school culture, deviance, professional insertion, working-class 

TSP 57  (1048 Ko)

Suivez nous:  
Partagez:
Géopolis - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 31 30
Fax +41 21 692 31 45