Abstract 69

Résumé

La désirabilité sociale est un biais de réponse, repérable dans toutes les méthodes d'interview, par lequel les individus cherchent à éviter l'opprobre frappant les opinions et comportements socialement stigmatisés en dissimulant leurs véritables préférences. Dans cette contribution, nous avançons que la désirabilité sociale concerne avant tout les personnes ambivalentes à propos d'un enjeu, ou celles qui ressentent peu d'intérêt pour celui-ci. Pour tester ces hypothèses, nous analysons les données d'une Expérience par Liste, dans laquelle des étudiants suisses ont été interrogés au sujet de leurs attitudes en matière de politique sociale. Une Expérience par Liste est une méthode permettant à certains sujets de s'exprimer librement, sans crainte d’être blamés pour avoir exprimé une opinion socialement "déviante", tandis que d'autres sujets restent conditionnés par l’influence normative du regard extérieur. Une comparaison entre ces deux groupes permet d’estimer la proportion d’individus « dissimulateurs » et d’identifier leur profil. Les résultats de l'expérience indiquent que 8 à 18 pour cent des sujets ont sans doute menti en répondant à trois questions : à propos de l'éligibilité aux prestations sociales, à propos de la discrimination à l'embauche, et de la manière la plus évidente à propos de l'équité fiscale. Les biais de désirabilité sont cependant plus prononcés au sein de certaines catégories : ils atteignent plus de 30 ou même 40 pour cent des étudiants avec un faible niveau de connaissance politique, mais également des étudiants plus jeunes et de ceux suivant un cursus en science politique — ce qui va largement dans le sens de nos hypothèses. Des analyses supplémentaires suggèrent que les individus ont une tolérance limitée pour la dissimulation ; lorsqu'on leur présente une liste de questions, ils semblent considérer qu'un "petit mensonge" est acceptable, mais pas davantage. Finalement, les promesses et les limites de notre approche sont discutées dans la conclusion.

Mots-clefs : désirabilité sociale, expérience par liste, attitudes, état social, Suisse

Abstract

Social desirability is a response bias affecting all interviewing methods, whereby people express opinions which do not correspond to their true preferences, in order to avoid being associated with socially undesirable opinions and behaviors. In this contribution, we argue that people are more likely to exhibit social desirability to the extent that they are ambivalent or have little involvement toward the issue at hand. To test these propositions we analyze the data from a List Experiment, where Swiss students were asked for their attitudes about welfare state policies. A List Experiment is an astute experimental design in which some subjects are induced to speak their mind freely, without fear of being blamed for having "socially deviant" opinions, while other subjects are left exposed to social normative influence. Simple between-group comparisons and recent refinements of the method allow to estimate the aggregate proportion and the socio-political profile of "liars". The results of the experiment indicate that between 8 and 18 percent of subjects probably "lied" when answering about three items: about welfare entitlement (i.e., foreigners having the same rights to social services as Swiss citizens), about job nondiscrimination (i.e., of foreign against Swiss job seekers), and, most evidently, about tax fairness (i.e., more equity in tax policy, "even if I or my family were to be taxed more heavily"). Biases of this magnitude are relatively modest in comparison to other research (e.g., racial attitudes in the US). However, our findings indicate that social desirability responding (SDR) is more widespread among some categories represented in our sample of subjects. Most notably, SDR exceeded 30 or 40 percent of individuals with little political knowledge, of younger individuals, as well as of political science students, which is broadly consistent with our hypotheses. Additional analyses suggest that subjects tend to have a limited tolerance for lying; when confronted with a list of items, they seem to consider that "one little lie" is acceptable, but not more than that. Promises and limitations of our approach are discussed in the conclusion.

Keywords : social desirability, list experiment, attitudes, welfare state, Switzerland

Suivez nous:  
Partagez:
Géopolis - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 31 30
Fax +41 21 692 31 45