Abstract 46

Le divin profané par Da Vine? La contestation du brevet sur l'ayahuasca et les débats autour de la biopiraterie

Résumé
En 1986, Loren Miller, alors directeur d’une petite entreprise pharmaceutique étasunienne, obtint un brevet sur une variété d’ayahuasca, plante hallucinogène utilisée par les autochtones d’Amazonie dans des rituels religieux. Dénoncé comme un cas de biopiraterie, le brevet fut contesté juridiquement dès 1999 par trois organisations non gouvernementales. Cette étude vise à approfondir la compréhension des pratiques de contestation de brevets sur le vivant en se concentrant sur le cas de l’ayahuasca, en particulier à travers une analyse argumentative de la contestation. Parmi les contestations de brevets, ce cas occupe une place singulière, notamment parce qu’il met en avant un enjeu minorisé dans les débats autour de la biopiraterie : le respect des spécificités culturelles. Le cas de l’ayahuasca ouvre ainsi la réflexion au sujet du contenu argumentatif de ces débats et des rapports de pouvoir qui les caractérisent. En effet, il pose la question d’une intégration plus conséquente du respect des spécificités culturelles dans les débats autour de la biopiraterie, qui se focalisent d’ordinaire sur les enjeux d’équité, de conservation de l’environnement ou encore de sécurité alimentaire.


Mots-clefs : ayahuasca; droits de propriété intellectuelle sur le vivant; biopiraterie; équité; respect des spécificités culturelles.


Abstract
In 1986, Loren Miller, then director of a small U.S. pharmaceutical company, obtained a patent on a variety of ayahuasca, a hallucinogenic plant used by Amazonian indigenous people during religious rituals. Denounced as an act of biopiracy, the patent was legally challenged in 1999 by three non governmental organisations. This study aims at deepening our understanding of the ways in which patents on living organisms are challenged by focusing on the ayahuasca patent
case, in particular through an argumentative analysis of the challenge. That case occupies a singular position amongst challenged patents, notably because it emphasises a relatively neglected issue in the debates around biopiracy : the
respect of cultural specificities. Therefore, the ayahuasca case opens up the reflexion about the argumentative content of those debates and the power relations characterising them. Indeed, it raises the question of a more substantial integration
of the respect of cultural specificities in the debates around biopiracy, which usually center on issues such as equity, environmental conservation or food safety. 

Keywords : ayahuasca; intellectual property rights on living organisms; biopiracy; equity; respect of cultural specificities.

TSP-46.pdf  (1429 Ko)

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom
Géopolis - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 31 40  -  Fax +41 21 692 31 45
Swiss University