Abstract48

Global regulation of the knowledge-based economy: The rise of standards in educational services

Abstract
This article examines the extent and limits of non-state forms of authority in international relations. It analyses how the information and communication technology (ICT) infrastructure for the tradability of services in a global knowledgebased
economy relies on informal regulatory practices for adjustment of ICT-related skills. Companies and associations provide training and certification programmes as part of a growing market for educational services setting their own standards. The
existing literature on non-conventional forms of authority in the global political economy has emphasised that the consent of actors subject to informal rules and explicit or implicit state recognition remains crucial for the effectiveness of those
new forms of power. However, analyses based on a limited sample of actors tend toward a narrow understanding of the issues and fail to fully explore the differentiated space in which non-state authority is emerging. This paper examines
the form of authority underpinning the global knowledge-based economy within the broader perspective of the issues likely to be standardised by technical ICT specification, the wide range of actors involved, and the highly differentiated space
where standards become authoritative. The empirical findings highlight the role of different private actors in establishing international educational norms in this field. They also pinpoint the limits of profit-oriented standard-settings, notably with
regard to generic norms.


Keywords: Knowledge-based economy; private authority; services; ICT-related training; standards

Résumé
Ce travail porte sur l’étendue et les limites de l’autorité non étatique dans les relations internationales. Il analyse la façon dont l’infrastructure de technologies d’information et de communications (TIC) facilitant l’échange des services dans une
économie mondialisée de plus en plus fondée sur la connaissance dépend d’un ensemble de pratiques de régulation informelle. De nombreuses entreprises et associations spécialisées fournissent des programmes de formation et de
certification dans le cadre d’un marché de services éducationnels en plein essor et se fondant sur ses propres règles. Les travaux existants sur les formes non conventionnelles d’autorité en relations internationales soulignent que le
consentement des acteurs aux règles informelles et une reconnaissance implicite ou explicite de l’Etat est essentiel pour que ces nouvelles formes de pouvoir puissent être effectives. En restant confinées à un nombre restreint d’acteurs, les analyses
ont toutefois tendance à se borner à une compréhension étroite des enjeux en question et peinent à décomposer l’espace dans lequel se déploie l’autorité non étatique. Au niveau théorique, ce travail examine les formes d’autorité qui
soutiennent le développement d’une économie mondiale fondée sur la connaissance  en élargissant le type d’enjeux susceptibles d’être normalisés au travers de spécifications techniques dans le domaine des TIC, tout en tenant mieux compte de la variété des acteurs impliqués et de la très grande différenciation de l’espace sur lequel les normes sont susceptibles de faire autorité. Sur le plan empirique, les résultats mettent en lumière le rôle des acteurs privés dans l’établissement de
normes internationales dans ce champ particulier de l’éducation et de la formation. Ils soulignent également les limites intrinsèques de normes établies dans un but lucratif et identifient les alternatives face auxquelles situer une consolidation des
programmes de certification et de formation dans le domaine des TIC.

 

TSP48_final7_.pdf  (260 Ko)

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom
Géopolis - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 69231 40  -  Fax +41 21 69231 45
Swiss University