Travaux de Science Politique n° 15

Freymond Nicolas, La question des institutions dans la science politique contemporaine: l'exemple du néo-institutionnalisme, 2003.


Résumé
Version légèrement révisée d'un mémoire de licence, ce papier traite principalement de deux questions : qu'est-ce que le néo-institutionnalisme ? Et en quoi les théories portant ce label permettent une meilleure compréhension des institutions politiques ? La réponse à la première question s'articule en trois parties abordant successivement les conditions d'émergence de ce renouveau de l'analyse institutionnelle, les trois types de théories qui l'incarnent et les enjeux théoriques et épistémologiques qui structurent ce domaine d'étude. On soutient la thèse que l'hétérogénéité théorique que recouvre l'expression « néo-institutionnalisme » est la traduction des clivages « classiques » qui structurent l'ensemble des sciences sociales, à savoir : les oppositions subjectivisme/objectivisme, individu/structure, changement/reproduction. Dans un second temps, l'auteur discute les diverses théories et plaide pour une approche constructiviste s'attachant à penser les institutions dans une perspective relationnelle. Plus précisément, il propose d'appréhender les institutions comme des pratiques et des représentations objectivées au cours d'un processus d'institutionnalisation dont la dynamique est tributaire de la configuration des rapports de forces politiques, voire sociaux. En ce sens, il souligne la complémentarité de théories habituellement classées dans des catégories distinctes, notamment la sociologie politique française (Lagroye et al.), la sociologie des organisations (DiMaggio, Powell et al.), la sociologie historique (Skocpol et al.) et l'institutionnalisme historique (Thelen, en particulier).

Abstract
This paper, a slightly revised BA thesis, mainly addresses two questions : What is « new institutionalism »? And to what extent do neo-institutionalist theories help us improve our understanding of political institutions? In the first two parts, we first present the context in which neo-institutionalism emerged: we then turn to present the three main types of theories, which are commonly distinguished in the literature. We argue that the theoretical heterogeneity of new institutionalism is a by-product of the « classic » dichotomies that structure the entire field of social science (individual vs. structure, change vs. continuity, etc.). In the third part, we discuss theoretical propositions and suggest a constructivist approach theorizing institutions from a relational perspective. More precisely, we consider institutions as a set of practices, beliefs and knowledge, which are objectified through an institutionalisation process whose dynamic is determined by power relations. The argument borrows propositions from different, and usually clearly distinguished, theories, in particular French political sociology (Lagroye et al.), organization sociology (DiMaggio, Powell et al.), historical sociology (Skocpol et al.) and historical institutionalism (Thelen).

pdf   freymond.pdf  (628 Kb)


Recherche:
 dans ce site:
   
   
   
 Rechercher
Annuaires      Site map

Géopolis - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 31 40  -  Fax  +41 21 692 31 45