Développement, sociétés, environnements

Le groupe de recherche « développement, sociétés, environnements » étudie des initiatives et  processus de développement visant une amélioration durable et écologiquement soutenable des conditions de vie en société, en prenant en compte les acteurs, les pratiques, les discours et les valeurs qui sont associés à ces processus. Les recherches actuelles couvrent trois axes principaux : (1) les politiques et la gestion des ressources naturelles ; (2) la gouvernance multi-niveaux de l’environnement ; (3) les transformations urbaines et rurales. Ce groupe de recherche met l’accent sur des démarches théoriques et pratiques enrichies principalement par des travaux de terrain dans des pays du Sud ainsi que par des collaborations avec des organisations non-académiques.

Le goupe « développement, sociétés, environnements » travaille sur le développement conçu comme un ensemble de transformations sociales, politiques, économiques et spatiales faisant l’objet de discours et de pratiques diversifiées. Le groupe se concentre avant tout sur les questions environnementales pour mettre en lumière les systèmes d’acteurs, de valeurs et de pouvoir liés à ces processus de transformation.

Une perspective géographique permet l’articulation des échelles d’analyse socio-spatiales pour offrir une lecture des problèmes contemporains organisés selon trois axes principaux

Les politiques et la gestion des ressources naturelles

Dans quel cadre et comment exploiter les ressources naturelles de manière écologiquement soutenable, socialement équitable et économiquement rentable ? C’est à cette difficile question que s’attèlent les chercheurs du pôle développement, sociétés, environnements en l’abordant sous différents angles théoriques et thématiques.

Il s’agit tout d’abord de la nature (ou l’environnement), qui fait l’objet d’une politisation et d’une marchandisation accrues dans la mouvance des transformations induites par la globalisation. Les paiements pour services environnementaux sont ici plus spécifiquement étudiés. Des ressources comme l’eau, la forêt ou la biodiversité font également l’objet de recherches : petite irrigation, gestion de l’eau dans les marges arides, appropriation du vivant. Enfin, les enjeux fonciers et agricoles de la ressource « terre » sont appréhendés à travers diverses thématiques : réforme agraire, sécurité alimentaire et conditions de vie.

Sous-thématiques 

Marchandisation de la nature / politisation de l’environnement / paiements pour services environnementaux / biodiversité / sécurité alimentaire et sustainable livelihoods / réforme agraire / foncier urbain
 

La gouvernance multi-niveaux

La plupart des « Pays du Sud » sont concernés par de rapides transformations socio-politiques et économiques qui sont souvent liées à une redéfinition de la relation entre l’Etat et la société. Le groupe dévelopement, sociétés, environnements cherche à comprendre et à interpréter les contours des rapports de forces qui marquent ces sociétés à plusieurs niveaux. D’une part, nos recherches s’intéressent à l’analyse des tendances et discours des politiques globales (démocratisation, « bonne gouvernance », néolibéralisme), d’autre part, elles visent à mettre l’accent sur une compréhension des pratiques locales du « politique » dans un sens strictement non-normatif, mais fondé sur une recherche ancrée dans le terrain. Des questionnements autour de la légitimité, de l’autorité et de la gouvernementalité sont appliqués de manière critique à des approches contemporaines du « développement par le bas », comme par exemple la participation ou la décentralisation, et considèrent les interactions entre les différents niveaux constitutifs pour une interprétation réaliste des Etats du Sud et de leurs réalités sociales. 

Sous-thématiques 

Décentralisation - état-local / participation / gouvernementalité / néolibéralisme

Les transformations urbaines et rurales

Dans le contexte actuel de globalisation, les structures territoriales d’implantation et les systèmes économiques connaissent des transformations spatiales complexes. Etant donné l’importance des interactions urbain-rural (migrations, flux de production, ressources et déchets), le groupe développement, sociétés, environnement vise à interpréter les transformations physiques et sociales des espaces urbains et ruraux dans leurs interconnexions, en y incluant les questions de changements de formes d’implantation, les infrastructures et les relations sociales.

Au delà de l’étude des processus d’urbanisation, qui progressent particulièrement rapidement dans certaines régions d’Afrique sub-saharienne ou d’Asie, nous considérons également les discours et les initiatives au sein de certaines de ces villes, en transformation vers des « villes globales », selon leurs implications sociales et environnementales, en termes de vulnérabilité, marginalisation et inégalités spatiales. Ces transformations physiques et socioéconomiques et leurs implications en termes de livelihoods sont également étudiées dans des régions rurales en tenant compte des processus nationaux et globaux coproduisant une forme de « campagne globale ». Une attention particulière est également accordée aux petites et moyennes villes qui agissent souvent comme intermédiaires entre les régions urbaines et rurales.
 

Sous-thématiques 

Interactions urbain-rural / petites et moyennes villes / circulation des personnes et des capitaux (Nord-Sud et Sud-Sud) / Urban/Rural sustainable livelihoods / appropriations / réforme agraire / accaparement des terres

Le groupe privilégie une approche constructiviste visant un décloisonnement des savoirs académiques, en mettant l’accent sur les liens entre les savoirs locaux, la recherche scientifique et ses possibles applications et solutions pratiques.

Les recherches et les enseignements menés par le groupe « développement, sociétés, environnements »  se caractérisent par une démarche interdisciplinaire, basée en particulier sur les théories critiques de la géographie sociale, politique et économique, mais aussi sur la « political ecology », l’économie écologique et institutionnelle ainsi que la socio-anthropologie. Ces recherches sont par ailleurs fondées sur des travaux empiriques dans des contextes socio-spatiaux très variés, parmi lesquels l’Asie de l’Est et du Sud-est, l’Afrique sub-saharienne, l’Océan Indien, l’Amérique latine et l’Europe. Enfin, un décloisonnement académique s’opère par des collaborations régulières avec des organisations non-académiques à divers niveaux (local, national et international).

Partagez:
Géopolis - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 30 70
Fax +41 21 692 35 55