Aller à: contenu | haut | bas | recherche
 
 

Terrains d'étude

Asie du sud et sud-est | Amérique Latine | Afrique subsaharienne et Madagascar | Proche Orient | Europe occidentale | Europe orientale et Asie centrale
 

Asie du sud et sud-est

En vue des changements politico-économiques régionaux relativement rapides, les recherches en Asie du sud et sud-est sont liées à la transformation des espaces urbains et ruraux et à leur gouvernance. Les terrains de recherche comprennent des zones très variées, y compris des régions accidentées et boisées, des plaines agricoles et des villes.

L’accent principal de nos recherches est mis sur l’Inde, dont plusieurs régions ont fait et font l’objet de recherches reflétant la diversité écologique, politique et culturelle du sous-continent. Les régions étudiées comprennent les territoires urbains et suburbains de la région capitale de Delhi, les petites villes du Gujarat dans l’ouest et du West Bengal dans l’est du pays, les zones agricoles importantes et marginales du West Bengal, les forêts du Madhya Pradesh au centre de l’Inde et les terrains semi-urbains du Kerala dans le sud-ouest du pays.

Nos recherchent se déroulent également au Cambodge, notamment les collines du nord-est où les relations entre la culture sur brûlis, l’agriculture commerciale et les investissements de l’extérieur sont étudiées.

 

TOP ^

Amérique Latine

Les recherches menées en Amérique Latine concernent principalement les processus de transformations rurales du point de vue de la gouvernance et des pratiques de gestion des ressources naturelles (initiatives de Paiements pour Services Environnementaux, gestion et assainissement des eaux).

La Bolivie constitue le terrain d’étude privilégié du groupe, plus particulièrement la région des vallées inter-andines du département de Santa Cruz. La métropole grandissante de Santa Cruz et sa gestion coopérative des eaux et de fait également l’objet d’études secondaires.
 

TOP ^

Afrique subsaharienne et Madagascar

Nos recherches dans cette région concernent les niveaux des initiatives, des processus et de l’application des théories et politique de développement. C’est l’une des régions du monde où les questions de gestion rationnelle des ressources naturelles, de sécurité alimentaire, d’exode rural et urbanisation, d’énergie, et de changement climatiques constituent des défis majeurs.

Au Cameroun, alors que la planification et l'aménagement urbain font face à une multiplicité de problèmes perçus comme des obstacles à un meilleur cadre de vie des citadins, une étude y apprécie la gestion des espaces urbains en tenant compte de l’environnement périurbain. La ville de Niamey au Niger est le terrain d’une étude sur la gouvernance du foncier périphérique de cette capitale en forte expansion. Elle explore les liens qui existent entre les pratiques d’accès et de contrôle autour de cette ressource très convoitée et les logiques de fonctionnement d’un Etat démocratique en construction.

Nos recherches concernent également des zones rurales, notamment, au Togo où une étude y analyse les instruments de politiques agricoles et de l’aide au développement pouvant être utilisés pour un développement durable. Au Burkina Faso, nous étudions les transformations des paysanneries sahéliennes et notamment l'émergence et la diffusion des techniques de petite irrigation, principalement pour les activités maraîchères.

Les recherches menées à Madagascar s’intéressent aux processus de transformations environnementales en privilégiant quatre axes: les transformations des paysages, les politiques de gestion des ressources naturelles terrestres, la gouvernance des ressources marines et les transformations agraires. Les transformations des paysages sont explorées au travers des problématiques de la déforestation, de l’afforestation, des feux de brousse, et des espèces dites invasives. Dans le domaine des politiques de gestion des ressources naturelles terrestres, l’intérêt est porté sur la mise en place d’un régime de gouvernement de la valorisation carbone des forêts. La marchandisation du carbone forestier étant perçue comme une solution au problème financier de gestion durable des forêts à Madagascar. Le volet relatif à la gouvernance des ressources marines explore l’articulation des politiques et des pratiques en matière de conservation marine et de gestion durable de la pêche industrielle. Enfin, en matière de transformations agraires, l’accent est mis sur les processus de résistance ou de recompositions économiques et sociales induites par l’intégration de la paysannerie dans les modèles d’agriculture contractuelle contemporains.
 

TOP ^

Proche Orient

Les recherches de l’IGD au Proche Orient se déroulent en Syrie et au Liban et s’intéressent, par une approche pluridisciplinaire (géographie, hydrogéologie, archéologie, etc.), à la gestion de l’eau et plus particulièrement à l’importance de l’irrigation dans les dynamiques d’occupation du territoire par les populations dans ce milieu aride.

Les recherches questionnent la validité du diagnostic de rareté de l’eau et de désertification en Syrie centrale, en montrant qu’il n’y a pas, sur le plan général, de pénurie dans l’exploitation des eaux souterraines, et que les précipitations, la végétation, et donc les conditions agro-climatiques, n’ont guère varié depuis l’Antiquité. Elles montrent ainsi l’importance des institutions et de la gouvernance dans le fonctionnement et le maintien des systèmes d’irrigation.

C’est actuellement dans le bassin de l’Oronte, le « fleuve récalcitrant » à cheval sur le Liban, la Syrie et la Turquie, que débutent de nouvelles recherches qui visent à mettre en place une gestion concertée des ressources hydriques entre ces pays.
 

TOP ^

Europe occidentale

Nos recherches en Europe occidentale se concentrent sur l’analyse des relations entre les sociétés et l’environnement à partir d’approches théoriques et méthodologiques très largement exploitées dans la littérature sur les pays en développement, mais rarement appliquées aux contextes des pays dits “développés”.
En Suisse, nous nous intéressons à l’histoire de l’eau urbaine, abordée à travers l’approche théorique de la political ecology foucaldienne. En reconstruisant la géo-histoire de la distribution d’eau potable dans le contexte suisse grâce à une méthode archéo-généalogique, nous questionnons l’existence d’une forme de gouvernementalité (néo)libérale typiquement helvétique ainsi que ses évolutions.

En France, nous étudions les modalités de valorisation de la biodiversité végétale sauvage à travers l’exemple de la production de plantes aromatiques et médicinales. Nous nous intéressons plus particulièrement à la manière dont les différents acteurs économiques et institutionnels des filières concernées abordent la question de la durabilité de leurs activités. Dans cette perspective, nous analysons entre autres les différents processus de construction des normes visant à réguler les activités de cueillette commerciale de la flore sauvage.
Pour ce faire, nous développons des recherches fortement participatives et interdisciplinaires mobilisant la sociologie des conventions, la sociologie rurale et l’éco-anthropologie.
 

TOP ^

Europe orientale et Asie centrale

Les flux de capitaux et de personnes dans un espace globalisé transforment l’espace social des métropoles. A l’interface des études urbaines et des études en développement, l’IGD analyse les mutations socio-spatiales induites par l’adhésion à un régime d’accumulation supranational dans les pays ex-communistes à revenu intermédiaire supérieur, notamment parce que les processus à l’œuvre – marqués par un urbanisme entrepreneurial mettant l'accent sur la satisfaction des besoins des classes créatives – s’y traduisent par une hausse des inégalités plus marquée que dans les régions d’Europe occidentale les plus économiquement avancées. Un régime d'urbanisation spécifique y émerge, caractérisé par la mise en danger des liens sociaux, en raison d’une vulnérabilisation croissante de certaines catégories de la population et par une distanciation sociale malgré la proximité spatiale. La fragmentation socio-spatiale des villes principales russes (Moscou, Saint-Pétersbourg) liée à la privatisation des espaces publics et à la ségrégation résidentielle focalisent l’essentiel des recherches, de même que les “luttes urbaines” relatives à la contestation de la légitimité de la disciplinarisation de l’espace par les autorités collectives. L’analyse des problèmes d’insertion et d’intégration des populations caucasiennes migrant dans les villes russes constitue un champ d’études émergent à l’IGD.

TOP ^

Recherche:
 Go
 
rss/atom
youtube 
Géopolis - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 30 70  -  Fax +41 21 692 35 55
Swiss University