Vous êtes iciUNIL > Institut religions, cultures, modernité > Chercheurs/euses > Raphaël Rousseleau

Raphaël Rousseleau


 © F. Mobio

Professeur ordinaire

Histoire et anthropologie des processus politico-religieux

Institut religions, cultures, modernité (IRCM)

Bureau : Anthropole 5014
Téléphone : +41 21 692 27 39
Email : Raphael.Rousseleau<at>unil.ch

Domaines de spécialisation:
Anthropologie
Inde
Ethnologie et histoire des 'tribus' (adivasi)
Arts et religions 'tribales'
Anthropologie esthétique
Histoire de la discipline
Problèmes de l'indigénisme/autochtonie

> Publications de Raphaël Rousseleau (disponibles prochainement)

> Liste des enseignements

Présentation

Après une licence de philosophie, Raphaël Rousseleau a suivi un cursus d'anthropologie sociale, concrétisé par une thèse de doctorat à l'Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales (Paris). Sa thèse portait sur les « institutions politico-rituelles » d'un groupe tribal en Inde, dont il a décrit l'organisation et ses liens avec des formes précoloniales de patronage.

Il a ensuite obtenu un poste d'Attaché temporaire d'enseignement et de recherche à l'EHESS, puis une bourse post-doctorale du Musée du quai Branly pour un projet sur l'art tribal indien. Il a aussi bénéficié d'une charge de cours à la Faculté de théologie et de sciences des religions, à Lausanne, pendant trois ans.

Raphaël Rousseleau est membre associé du Centre d'étude de l'Inde et de l'Asie du Sud (EHESS-CNRS) où il codirige une équipe (et un séminaire) de recherche sur les arts et leur transformations en « industries culturelles » contemporaines; il est également membre du projet européen SOGIP, du Laboratoire d'Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales, portant sur les revendications et les droits des « Peuples Autochtones/Indigènes ».

Son enseignement porte sur les processus politico-religieux modernes, abordé sous deux angles complémentaires : d'une part en partant d'une histoire de l'idéologie des Etats-nations en Europe, relativement aux autorités religieuses, et d'une part, en s'intéressant à la continuité des processus (séparation ou reconfiguration des relations entre politique et religieux) dans des contextes extra-européens, notamment à travers le cadre imposé par les empires coloniaux. Cet enseignement s'appuiera sur ses recherches antérieures, pour ouvrir une perspective plus large sur les revendications identitaires actuelles, notamment en termes d'indigénéité. Il s'intéresse particulièrement aux structures de représentations et à leurs usages socio-politiques, qu'il s'agisse des « paysages nationaux », des histoires officielles, etc.

Sa méthodologie associe l'histoire (principalement des concepts et des institutions) et l'anthropologie sociale, ce qui facilitera les collaborations au sein de l'Institut Religions, Cultures, Modernité et de la Faculté, tout en ouvrant des perspectives transversales. Il poursuivra ses recherches en cours sur les formes artistiques et religieuses dites tribales ou indigènes, en étendant ses travaux sur l'Inde à d'autres terrains comparatifs. Il s'intéresse particulièrement à la genèse et aux reformulations contemporaines de cultes dits « de la Terre/Nature » dans le cadre des revendications indigénistes et/ou écologistes. Cet axe de recherche pourra permettre de tisser des collaborations avec d'autres institutions à l'intérieur de l'UNIL comme à l'extérieur.

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom
Anthropole 5020.1 - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 28 83
Swiss University