Vous êtes iciUNIL > Institut religions, cultures, modernité > Chercheurs/euses > Silvia Mancini

Silvia Mancini - Directrice de l'IRCM

| Présentation | Chaire française dans l'Etat de Sao Paulo, Brésil | Descriptifs des projets | Congé scientifique : compte-rendu
 

Professeure associée

Historiographie et épistémologie de l'histoire des religions ;
Traditions religieuses transversales et marginalisées

Institut religions, cultures, modernité (IRCM)

Bureau : Anthropole 5016
Téléphone : +41 21 692 27 22
Email : Silvia.Mancini<at>unil.ch

Domaines de spécialisation:
Histoire comparée des religions
Traditions magico-religieuses marginalisées modernes et contemporaines
Esoterisme
Epistémologie et historiographie des sciences religieuses
Ritualité et états psychiques dissociés
Religiosité populaire en Amérique latine
Cuba
Mexique

> Publications de Silvia Mancini

> Liste des enseignements

TOP ^

Présentation

Anthropologue et historienne des religions, Silvia Mancini a, tout au long de sa trajectoire académique, orienté sa production scientifique selon une double figure. D’une part, elle mène une réflexion systématique, de nature historico-critique, sur les enjeux culturels, institutionnels, historiques et politiques sous-jacents au discours émanant des sciences des religions européennes. Une telle réflexion interroge les raisons de la résistance de celles-ci à procéder, vis-à-vis de la catégorie de ‘religion’ et des problématiques y relatives, au même travail méthodique de mise en perspective historico-critique que, à partir de l’avènement de la modernité, les sciences humaines ont su réaliser vis-à-vis d’autres domaines de la vie culturelle. Du constat du ‘religionisme’ larvé qui persiste à l’œuvre dans les approches ‘scientifiques’ des religions, Silvia Mancini s’interroge depuis quelques années sur d’autres voies possibles susceptibles d’être pratiquées pour aborder l’étude, à la fois historique et comparée, des logiques et artefacts symboliques appréhendés jusqu’ici à travers la catégorie de ‘religion’. Elle travaille d’autre part sur des productions culturelles (conceptions, institutions et pratiques), tant savantes que populaires, situées en marges, conflit, concurrence et tension vis-à-vis des productions discursives et symbolique savantes, relevant notamment des formes religieuses officielles dominantes en Europe. Après avoir étudié des phénomènes localisés dans l’aire Méditerranéenne et aux Antilles françaises, elle mène actuellement des recherches au Mexique. Celles-ci portent d’une part sur les relations d’imbrication étroite entre logiques politiques et logiques symboliques, de nature mythico-rituelle notamment ; d’autre part sur les techniques du corps et de l’esprit engagées dans des pratiques mobilisant les états psychiques dissociés.

Ses champs d'enseignements sont l'Historiographie et épistémologie de l’histoire des religions et les Traditions marginalisées et transversales.

Page Unisciences

Curriculum vitae en castellano

TOP ^

Chaire française dans l'Etat de Sao Paulo, Brésil

Le Comité franco-brésilien de pilotage du programme « Chaires Françaises dans l’Etat de Sao Paulo », lors de sa réunion du 20 décembre 2013, a octroyé l’une des ces chaires françaises à la prof. Silvia Mancini pour le projet intitulé : Techniques du corps et de l’esprit. Approche historico-comparative des dispositifs psycho-corporels de construction, transformation et réparation en Amérique latine. Les activités des lauréats débuteront en février 2014 ; la chaire de notre collègue Silvia Mancini débutera ses activités le 7 juillet 2014, au Département d’Histoire de l’Université de Sao Paulo.

Universidade de São Paulo (USP), Faculdade de Filosofia, Letras e Ciências Humanas – Brésil.
Niveau POSTGRADE, cours (26 heures), dispensé entre le 20 juillet et le 27 août: "Tradiçòes Marginalizadas e Transversais. Seção 1. – Introdução histórico-epistemológica Seção 2. - Introdução às correntes esotéricas modernas e contemporâneas".

TOP ^

Descriptifs des projets

"Culture et symbolisme civils versus culture et symbolisme religieux dans la Cuba contemporaine"

Projet de recherche triennal dirigé par la Prof. Silvia Mancini ("Traditions religieuses marginalisée et transversales", 2011-2013).

Financé par la FTSR et le Département Interfacultaire d’Histoire et de Sciences des Religions de l’Université de Lausanne, ce projet se propose deux objectifs principaux.
D’abord, cartographier la situation politico-religieuse de la Cuba contemporaine, et ce à partir des années 90. A cette époque, une modification de la Constitution cubaine a lieu concernant le statut de l’État qui se transforme de "république socialiste athée" en une "république socialiste laïque". Depuis lors, un changement sensible de la position de cet État voit le jour, face aux diverses et multiples formes de culte et de pratiques religieuses répandues dans le pays. Ce changement touche aussi bien les Églises instituées que les diverses mouvances et organisations à vocation spirituelle non ecclésiales.
Ensuite, interroger les formes et le statut pratico-politique de la ‘religion civique’ (à savoir, les symboles; les commémorations collectives; les récits fondateurs; les liturgies publiques et privées célébrant les valeurs et l’étique révolutionnaires, etc.). Toutes ces formes expressives de la ‘religion civile’ sont cultivées par le gouvernement révolutionnaire en place à travers des dispositifs institutionnels précis, tels que les universités, l’école, les comités de défense de la révolution (CDF), la muséographie, la presse et les arts multiples florissant dans le pays.
Ces deux objectifs principaux, qui constituent une sorte de ‘programme-cadre’, se déclinent dans ce projet de recherche en deux volets distincts.

  • Le premier consiste en une enquête menée auprès des intellectuels et des personnalités connues de la scène culturelle cubaine – tous impliqués, de près ou de loin, dans la gestion pratico-politique et idéologique des relations entre la culture laïque officielle et la pratique religieuse au sein du pays. Dans ce volet, le travail effectué jusqu’ici a consisté en trois types d’activité : a) connaître le positionnement du monde universitaire et des autorités académiques vis-à-vis de l’étude scientifique des phénomènes socio-religieux; b) interviewer et filmer, dans le cadre d’entretiens ciblés, divers acteurs de la culture officielle cubaine (il s’agit aussi bien d’intellectuels laïques [à la tête d’institutions publiques telles que l’institut Juan Marinello, la Casa de las Americas, le Centro de Investigaciones psicologicas y socioreligiosas, la Fundación Fernando Ortiz, etc.], que d’intellectuels ‘confessant’. C’est le cas, par exemple, de directeurs de formations para-universitaires privées, d’orientation protestante ou catholique, tels que l’ISECRE ; de responsables de centres sociaux, d’inspiration catholique ou protestante, marqués par la théologie de la libération et fort engagés, les uns comme les autres, dans des activités d’éducation permanente et d’alphabétisation des quartiers défavorisés, ou dans les débats sur la défense des droits des minorités et les modalités de contrôle de la violence - c’est le cas, précisément, du Centre Martin Luther King ou du Grupo de reflexión y solidariedad Monseñor Oscar Arnulfo Romero]) ; c) observer le phénomène de réinvestissement et valorisation de l’héritage afro-cubain auprès de divers intellectuels cubains mais aussi de leaders afro-descendants. Un tel phénomène aboutit aujourd’hui à la formation progressive d’un appareil théologique inconnu pour le passé, appareil qui place cet héritage en concurrence croissante avec les cultes d’origine chrétienne.
  • Le second volet consiste en une observation prolongée et directe, faisant recours à l’outil audio-visuel, du mode de fonctionnement d’une institution ‘civile’ précise, rattachée au Ministère de la Culture. Il s’agit du Centro Pablo de la Torriente Brau, dont la vocation est de valoriser certains secteurs artistiques et d’en promouvoir la créativité. Ce Centre, outre le fait de coordonner divers types d’activité créative (art digital, photographie, poésie, cinéma, publications de textes de nature mémorielle et testimoniale), constitue aujourd’hui, à la Havane, le vecteur majeur de promotion et diffusion de la ‘Nueva trova’. Celle-ci consiste en un genre musical (correspondant vaguement à ce que, dans le monde francophone, on appelle ‘la chanson d’auteur’), dont les textes chantés, à haut contenu poétique, déclinent thématiques politiques, existentielles, de critique sociale et d’amour sur des mélodies jouées essentiellement sur la guitare. L’observation rapprochée, quasi ethnographique, des activités du Centro Pablo a mis à jour le mode opératoire d’un dispositif institutionnel, promoteur de culture et de créativité individuelle, où l’engagement politique avec et dans les valeurs éthiques et politiques liées à la révolution va de pair avec la réflexion poétique sur les difficultés de l’existence quotidienne des citoyens. C’est précisément dans ce genre d’expression artistique que des jeunes intellectuels, auteurs de textes et de mélodies originales, expriment leur engagement civil dans une société dont ils chantent les contradictions sans pour autant renier l’histoire de leur pays et leur choix du socialisme. Les entretiens et le suivi de l’activité artistique des ‘trovadores’ du Centro Pablo constituent l’un des axes principaux de cette recherche sur la culture et le symbolisme civils cubains.

Il existe un projet de coopération entre les institutions suisses et cubaines destiné à consolider les échanges et la collaboration entre la chaire de S. Mancini, l’IRCM de l’UNIL, d’une part ; l’Instituto Cubano de Investigación Cultural Juan Marinello, l’Université de La Havane et le Centro de Investigaciones Psicologicas y Socioreligiosas (CIPS) de La Havane d’autre part.
 


Instituto Juan Marinello, septembre 2013

Mots clés

Cuba
Religion civile
Symbolismes et liturgies politico-religieux
Arts sacrés et arts profanes
‘Nueva trova’
Marxisme et religion

Autres chercheurs participant au projet

  • MOBIO Francis, chargé de cours en Anthropologie visuelle, Institut Religions Cultures Modernité (IRCM), UNIL, Suisse.
  • STUBY Amélie, étudiante de MASTER 2, Histoire des religions et anthropologie visuelle, IRCM, UNIL, Suisse.

Objectifs généraux du projet

  1. Observer et analyser, au niveau local, les articulations entre les domaines du politique et du religieux, en accordant toutefois une attention particulière aux langages et aux logiques symboliques à l’œuvre dans les discours et les pratiques des divers acteurs sociaux en présence.
  2. Analyser les tensions, les rapprochements, les convergences et les incompatibilités entre ces mêmes langages et logiques symboliques qui, souvent placés en position de concurrence, sont maniés par ces mêmes acteurs de manière hautement ‘stratégique’.
  3. Fournir à la communauté académique et intellectuelle cubaine un autre regard sur elle-même, à partir d’une approche historico-religieuse et anthropologique des leurs "manières de faire", tant discursives que politico-institutionnelles. C’est précisément à travers ces « manière de faire » qu’aujourd’hui s’engage à Cuba la confrontation entre la culture civile et humaniste, issue de la révolution, et la culture religieuse qui prétend combler et corriger les dysfonctionnements de celle-ci .
  4. Apporter une petite contribution à la formation d’une ‘conscience historico-religieuse cubaine’, dans un pays où l’absence d’une filière académique consacrée à l’histoire comparées des religions – et la présence réduite, dans les universités, de l’anthropologie culturelle appliquée à l’étude des institutions politiques et discursives –, rendent difficile le décryptage de certains conflits idéologiques et politiques ainsi que leur résolution.
     

Techniques du corps et de l’esprit. Approche historico-comparative des dispositifs psycho-corporels de construction, transformation et réparation en Amérique latine.

TOP ^

Congé scientifique : compte-rendu

Du 1er août 2010 au 31 juillet 2011

Les recherches réalisées pendant son congé scientifique par la Prof. Silvia Mancini, de retour à l’UNIL après une année d’absence, portent sur deux terrains distincts, effectués respectivement au premier et au second semestre de l’année académique 2010-2011. Durant le semestre d’automne, elle a été accueillie comme pensionnaire et chercheuse associée auprès du CEMCA (Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos), rattaché, en France, au MAEE et au CNRS. A Mexico, grâce à un financement du Fond National Suisse, et sous le patronage de l’Instituto de Investigaciones Antropologicas de la UNAM (Universidad Nacional Autonóma de Mexico), elle a réalisé une recherche intitulée Parure et ‘efficace’ rituel. Recherche sur le statut et la fonction du vêtement dans les pratiques thaumaturgiques et transformationnelles de la religiosité populaire du Mexique central, dont les résultats sont en cours d’élaboration.

Au semestre de printemps, invitée par la Faculté des lettres de l’Université de La Havane, elle s’est rendue à Cuba pour y réaliser une recherche intitulée Culture et symbolisme civils versus culture et symbolisme religieux dans la Cuba contemporaine. Cette recherche, rendue possible grâce aux contacts établis avec la Facultad de Filosofia y Historia de la ULH, la Casa de las Américas, l’Instituto cubano de investigación cultural Juan Marinello, visait deux objectifs principaux. D’abord, cartographier la situation politico-religieuse de la Cuba d’aujourd’hui. Ensuite, interroger les formes et le statut pratico-politique de la ‘religion civique’. A savoir, les symboles, les commémorations collectives, les récits fondateurs, les liturgies publiques et privées célébrant les valeurs et l’éthique issus du processus révolutionnaire – mais aussi d’autres vecteurs institutionnels et d’autres dispositifs culturels, de nature moins explicite, fonctionnant comme des ‘relais’ de ce même processus. De ce programme-cadre, un des volets a consisté en une observation directe du mode de fonctionnement d’une institution rattachée au Ministère de la Culture, le Centro Pablo de la Torriente Brau.

Enfin, durant l’année académique 2010-2011, le projet intitulé Techniques du corps et de l’esprit. Approche historico-comparative et filmique des dispositifs psycho-corporels de construction, transformation et réparation en Amérique latine (Brésil, Mexique, Cuba), a reçu la labellisation de l’Institut des Amériques. Ce projet a en effet été retenu dans le cadre de l’appel à projets pour les années 2011-2013 ; il est actuellement hébergé dans les locaux de l’IdA, 175 rue du Chevaleret, 8e étage, 75013 Paris.

TOP ^

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom
Anthropole 5020.1 - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 69228 83
Swiss University