Vous êtes ici: UNIL > Faculté des lettres > Objectifs professionnels > Enseignement > Didactique disciplinaire en Lettres

Didactique disciplinaire en Lettres

La didactique en Lettres englobe des réflexions méthodologiques et culturelles nécessaires au métier d'enseignant. Elle amène le sujet à réfléchir tant sur la transmission des connaissances que sur la construction des savoirs. Les modes d'enseignement y sont étudiés conjointement aux contenus. Confrontés aux méthodes et aux résultats de la recherche actuelle dans leur domaine, les étudiants sont mis en situation d'acquérir à la fois des connaissances et les moyens de les transmettre de façon adéquate.

En effet, en Faculté des lettres, l'enseignement se compose en majorité de séminaires (et de cours-séminaires), un mode d'enseignement dynamique et interactif qui permet de s'approprier une connaissance tout en la communiquant à d'autres personnes. Or, ce double mouvement est le fondement même de la tâche d'enseignant. Par ailleurs, le séminaire exerce l'étudiant à des savoir-faire nécessaires à tout bon pédagogue: définir un sujet, réunir du matériel documentaire, sélectionner les informations utiles et les organiser, réaliser un exemplier sur la base duquel le matériel collationné est présenté de façon structurée et critique, recourir à des supports techniques variés (diapositives, transparents, présentation powerpoint), gérer son temps de parole, adapter le niveau de son discours au public concerné, communiquer avec son auditoire, répondre à des questions, clarifier ou expliciter certains points. Enfin, la forme et le fond du séminaire sont mis en discussion auprès de l'auditoire (étudiants et enseignant responsable); l'auteur d'un séminaire apprend ainsi à gérer un débat critique et à le rendre productif et constructif, dans le cadre d'une mise en situation authentique et non d'une simulation.

Dans les langues étrangères, l'enseignement est basé sur la maîtrise des outils de réflexion dans les domaines de la littérature, de la linguistique et de la didactique de la langue étudiée. Tout au long de son cursus universitaire, l'étudiant a l'occasion de mettre en pratique et de développer ces outils de réflexion en lien avec les diverses matières qu'il étudie, tant par oral que par écrit. Signalons que les enseignements de langue étrangère sont donnés dans cette langue, et que dans la plupart des sections toutes les activités, académiques ou non, se déroulent exclusivement dans la langue en question. En plus de permettre à l'étudiant d'approfondir ses connaissances en compréhension et interprétation écrites et orales grâce à une immersion, l'accent mis sur l'enseignement dans la langue à apprendre invite les étudiants à de constants va-et-vient intellectuels entre la langue cible et la (ou les) langue(s) source. Ces activités de médiation entre les langues seront primordiales quand les étudiants seront devenus des enseignants de cette langue.

Outre les connaissances langagières, les sections de langues offrent des enseignements sur les cultures et civilisations, répondant ainsi aux plans d'étude pour le Secondaire I et Secondaire II qui stipulent notamment que "l'enseignement des langues vivantes ouvre à d'autres modes de pensées, à d'autres valeurs et amène l'élève à mieux les comprendre et les respecter", il concourt "à percevoir les similitudes et les différences culturelles et langagières" (Secondaire I), "développe chez l'élève la capacité de s'affirmer en tant qu'individu ouvert à la vie culturelle et sociale d'autres pays et régions. Il incite à structurer sa pensée et à construire son identité par l'étude comparative et contrastée de variables culturelles différentes" (Secondaire II).

Les étudiants en Lettres sont également initiés à la méthodologie interdisciplinaire. Pratiquer l'interdisciplinarité implique de communiquer des savoirs à un public hétérogène possédant des connaissances et des présupposés différents, qu'il importe de reconnaître et de discuter dans le respect des différences; la pratique interdisciplinaire est ainsi indissociable d'une réflexion épistémologique sur la construction des savoirs afin de pouvoir mettre en relation plusieurs champs et approches distincts. Cette démarche permet de mettre les savoirs disciplinaires en perspective, et de les croiser de façon à la fois critique et productive. Les étudiants qui se destinent à l'enseignement au degré Secondaire II seront certainement confrontés dans leur pratique professionnelle à la direction d'un travail de maturité interdisciplinaire. Les nouvelles dispositions relatives aux maturités gymnasiales requièrent explicitement ces compétences de leur part en stipulant que "chaque école pourvoit à ce que les élèves soient familiarisés aux approches interdisciplinaires" (Art. 11 bis, modifié le 14.06.2007, de l'Ordonnance du Conseil fédéral/ Règlement de la CDIP sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale).

La didactique disciplinaire et interdisciplinaire en Lettres propose également, dans les diverses branches d'enseignement, la redéfinition des objets de recherche, nécessitée par leur insertion dans le circuit de la transmission. Les étudiants y sont associés à un effort de réflexion et de théorisation portant sur les déplacements, modifications ou transformations que subissent les objets de leurs disciplines quand ils deviennent objets d'enseignement. Comment la transmission didactique modifie-t-elle l'objet, en quoi le rend-elle "moins scientifique", quelle cohérence théorique cette modification permet-elle de préserver? Telles sont les questions soulevées.

Recherche:
 dans ce site:
   
   
 Go
 
rss/atom
youtube  itunes 
Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 69229 78  -  Fax +41 21 69229 05
Swiss University