Claude Bérard

Berard.jpg  

> Né le 15 mars 1940

> Chargé de cours suppléant d'épigraphie grecque (1973)

> Professeur extraordinaire, en 1974, puis ordinaire d'archéologie classique en 1978

 

Le professeur Claude Bérard est né le 15 mars 1940. Il a été nommé professeur à l'UNIL en 1984. Il a été le premier doyen de la Faculté des lettres à occuper sa fonction pendant quatre ans, et cela entre 1990 et 1994.

Sa carrière peut se résumer en un mot: les images. Elles font le lien entre ses recherches pionnières en iconographie des vases antiques et son orientation actuelle vers la représentation du divin dans le monde chrétien. Sa thèse, «ANODOI - Essai sur l'imagerie des passages chthoniens», peut être considérée comme un événement majeur dans l'étude de l'imagerie antique par une approche anthropologique des images de vases attiques. D'inspiration structuraliste, la méthode consiste ici à désarticuler l'image en unités figuratives minimales pour en observer la «grammaire»; à partir des signifiants, et pour comprendre par leurs combinaisons toujours renouvelables, Claude Bérard reconstitue un langage à part entière. Ses recherches iconographiques et sa méthode interprétative originale ont donné à l'archéologie classique lausannoise un profil particulier et une orientation propre dans le « paysage» universitaire suisse et l'ont fait s'imposer comme une référence largement reconnue à l'étranger. Il laisse en outre à l'Institut d'archéologie et des sciences de l'Antiquité une diathèque d'une incomparable richesse.

Les recherches de Claude Bérard et son enseignement sont marqués aussi par une approche originale du document archéologique, centre de l'étude, bien plus que ne l'est la littérature critique moderne à son sujet; l'archéologue cherche à se retrouver sans a priori, face à face avec le document nu dans son contexte antique. De ce «retour aux sources», qui vise à recréer une vision aussi objective et naïve que possible du document, naissent des interrogations originales.

L'approche archéologique de Claude Bérard est enfin profondément humaniste: c'est l'Homme qu'il cherche derrière les images, antiques ou chrétiennes. Reconstituer le monde et l'imaginaire des Grecs de l'époque classique, c'est un détour qui rend possible et supportable un regard sur notre société et notre destin d'être humain.

Suivez nous:          
Partagez: