Aller à: contenu | haut | bas | recherche
 
 
Vous êtes iciUNIL > Faculté des lettres > Recherche - Publications > Publications à la Une > Linguistique, Informatique, Méthodes Mathématiques

Linguistique, Informatique, Méthodes Mathématiques

AUER Anita, DE VAAN Michiel (dir.), Le palimpseste gotique de Bologne. Etudes philologiques et linguistiques, Cahier de l'ILSL, n° 50 Lausanne, 2016

Auer-DeVaan.jpg (Microsoft Word - Palimpsest_gotique_Frontispèce_260816.docx)

Ce numéro 50 des Cahiers de l’ILSL réunit les actes du colloque international organisé à Lausanne le 17 avril 2015. Dans leurs contributions en allemand, en anglais et en français, les contribuants se penchent sur des aspects divers du palimpseste en langue gotique du VIe siècle, retrouvé à Bologne (Italie) en 2009. Cette découverte a été l’une des plus spectaculaires trouvailles gotiques des derniers siècles. Parmi les articles dans ce recueil, on trouve une édition du texte gotique, des études paléographiques, philologiques et linguistiques, ainsi que des analyses littéraires et théologiques du contenu du texte. Il s’adresse donc aux linguistes et philologues des langues anciennes germaniques, et aux historiens et théologiens étudiant les Goths et leur époque.

TOP ^

DÄTWYLER Myriam, SCHWARZ Alexander, VELMEZOVA Ekaterina (dir.), Le malentendu dans tous ses états, Cahier de l’ILSL 44, Lausanne, 2016

Datwyler-Schwarz-Velmezova.jpg (Microsoft Word - couverture_base_last.doc)

Dans ce numéro 44 des Cahiers de l'ILSL, édité par Ekaterina Velmezova, Myriam Dätwyler et Alexander Schwarz, sont publiés les actes du colloque «Le malentendu et la loi» qui a été organisé à l’Université de Lausanne. Le lecteur trouvera dans ce livre des réflexions sur les malentendus saisies en termes de problèmes linguistiques et sémiotiques, et sur les ma​lentendus (parfois inévitables) dans l’épistémologie des études littéraires. Plusieurs contributions abordent les malentendus du point de vue de l’histoire des idées (il s’agit entre autres de l’histoire de la philosophie, de la médecine, de la psychanalyse, des sciences du langage). Les auteurs de la plupart des textes rassemblés dans ce recueil traitent du phénomène des malentendus à partir de théories et d’ouvrages particuliers, ce qui ouvre en même temps une piste vers des réflexions postérieures plus profondes sur des sujets correspondants dans une perspective plus générale.

TOP ^

MORET Sébastien, SIMONATO Elena (dir.), Cinquante nuances du temps et de l'espace dans les théories linguistiques, Cahier de l’ILSL 49, Lausanne, 2016

Moret-Simonato.jpg

Les contributions composant ce volume no 49 des Cahiers de l'ILSL, sans avoir l’ambition de retracer l’histoire du développement de l’ensemble des théories du temps et de l’espace en linguistique, essaieront de répondre à la question de savoir comment ces concepts ont été intégrés dans un certain nombre de conceptions concrètes. Ces appréhensions du temps et de l’espace (réalité linguistique et catégories conceptuelles) varient, suivant les auteurs, de quelques pages à des ouvrages complets. Les conceptions et les textes abordés dans ce recueil datent du seuil du XXe siècle, des années 1920 ou encore de l’époque contemporaine.

Pour mieux rendre compte de la continuité des thèmes liés au temps et à l’espace à travers l’histoire de la linguistique, nous avons disposé les contributions d’après un principe chronologique, en commençant par le XIXe siècle et jusqu’à l’époque contemporaine.

TOP ^

MORET Sébastien, VELMEZOVA Ekaterina (dir.) Rozalija Sor (1894-1939) et son environnement académique et culturel, Cahier ILSL, n° 47, Lausanne, 2016

Moret-Velmezova2016.jpg

Au centre des travaux de ce volume se trouve une femme, Rozalija Osipovna Šor (1894-1939), qui fut la première linguiste professionnelle de l’Union soviétique. Spécialiste de nombreux domaines de la linguistique (sanskrit, langues classiques, langues turciques, phonologie, histoire de la linguistique, entre autres) et de la théorie littéraire, Šor reste aujourd’hui relativement méconnue même dans son propre pays. Ce recueil est donc l’occasion de faire le point sur cette femme aux idées et aux intérêts très divers.

Aujourd’hui, avec ces Cahiers dont les pages abordent de nombreux aspects de l’œuvre de Šor, c’est la publication de l’ouvrage le plus complet sur cette linguiste. Outre les contributions consacrées à l’analyse des travaux de Šor, le recueil comporte également la traduction en français de deux articles de Šor et de deux articles en lien avec la réception du Cours de linguistique générale de Saussure en URSS, ainsi qu’une bibliographie des très nombreux écrits de Rozalija Šor.

TOP ^

Margarita SCHOENENBERGER, Patrick SERIOT (dir), Aleksandr Potebnja, langage, pensée, Cahier de l’ILSL 46, Lausanne, 2016

Schoenenberger-Seriot.jpg

Personnage incontournable des sciences humaines en Russie et en Ukraine, Aleksandr Afanas’evič Potebnja (1835-1891) est mal connu dans le monde francophone. Le présent recueil rassemble les contributions du colloque organisé à Lausanne en juin 2013. La diversité des approches et des points de vue faisait de cette rencontre une confrontation d’une grande richesse, où l’histoire et l’épistémologie comparée de la linguistique faisait entrer de plein pied la réflexion sur le langage en Europe orientale dans l’univers intellectuel francophone.

TOP ^

BURGER Marcel, MERMINOD Gilles (dir.), L'expertise dans les discours de la santé. Du cabinet médical aux arènes publiques, Cahiers de l’ILSL 42, Lausanne, 2015, 181 pages

Burger-1.jpg

ISSN 1019 9446

Ce numéro des Cahiers de l’ILSL traite de l’expertise dans les domaines de la santé et de son émergence dans et par le discours. Le numéro centre l’attention sur trois « lieux » : le cabinet médical, l’hôpital et l’espace public. De ce fait, on envisage les discours de l’expertise en santé relativement à trois cadres d’émergence – la communication privée, la communication organisationnelle et la communication publique ¬– qui se caractérisent par des dispositifs et des finalités différenciés.

La pertinence d’associer dans un même numéro thématique des terrains d’observation aussi différents repose sur l’hypothèse suivante : malgré l’inscription des discours analysés dans une diversité de contextes, les pratiques langagières de la santé s’articulent les unes aux autres et manifestent une relation de dépendance mutuelle. Plus précisément, les discours de santé sont le fait d’acteurs qui « traversent » et fréquentent plusieurs des cadres d’activité desquels ces discours émergent. Faisant le pari de la perméabilité de ces cadres d’activité, le numéro cherche à saisir les discours de santé dans toute l’épaisseur des pratiques qui les instituent et qui les composent. Autrement dit, on part de l’idée que c’est précisément la pluralité et la combinaison des pratiques professionnelles et sociales desquelles sont issus les discours de santé qui expliquent et éclairent au moins en partie leur spécificité.

Pour contribuer à cette réflexion, tous les contributeurs ont observé les pratiques langagières en considérant les données dans leur dimension interactionnelle, qu’elle soit effective ou représentée, située ou généralisée, localisée ou globalisée. Par ce regard à la fois croisé et transversal, se dessine, à la lecture du volume, une complémentarité des approches selon les lieux d’observation et les axes de questionnement utilisés.

TOP ^

GRADOUX Xavier, JACQUIN Jérôme, MERMINOD Gilles, Agir dans la diversité des langues. Mélanges en l'honneur d'Anne-Claude Berthoud, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2015, 344 pages

Gradoux.jpg

ISBN 9782807300286

Le présent volume souhaite rendre hommage à Anne-Claude Berthoud et à sa carrière marquée par ce qui constitue à la fois un objet de recherche et une ambition : agir dans la diversité des langues.

Professeure honoraire de l’Université de Lausanne, Anne-Claude Berthoud a été responsable des chaires de linguistique générale et appliquée à partir de 1982. Son parcours scientifique et académique, caractérisé par une implication généreuse dans l’enseignement de la pragmatique et de l'acquisition des langues et par le dynamisme des recherches conduites, met au cœur de la réflexion la force agissante du langage, conjuguée en trois orientations complémentaires : agir en termes d’opérations énonciatives, agir de façon située dans l’interaction verbale et agir de façon plus globale dans les institutions sociales. Chez Anne-Claude Berthoud, ce paradigme de l'action est toujours doublé d'un intérêt pour la diversité des langues dont la comparaison permet de dégager le fonctionnement du langage en général.

Retraçant un parcours scientifique singulier, cet ouvrage témoigne des évolutions de la linguistique de ces quarante dernières années, marquée par une prise en compte croissante du contexte et de l’usage du langage à des fins communicatives. Les chapitres de ce volume d’hommage, rédigés par des chercheurs d’horizons différents, abordent tant des problèmes de théorie et de description linguistiques (référence, rapports entre langue, communication et interaction) que des questions liées à la diversité des langues (acquisition, plurilinguisme et politique linguistique). Ils offrent ainsi un éclairage pertinent sur la recherche actuelle en linguistique.

TOP ^

PAHUD Stéphanie, LANORMALITÉ, Lausanne, Éditions L'Âge d'Homme, 2015, 336 pages

Pahud.jpg

ISBN 978-3-319-20663-9

Qui ne s'est jamais demandé comment trouver la «bonne» place dans un monde aussi normé que le nôtre ? Qui ne s'est jamais demandé s'il était «comme il faut» ou «comme les autres», en d'autres termes, «normal»? Dans LANORMALITÉ, Stephanie Pahud analyse les rapports entre normes, discours et identité. L'essai fait dialoguer de nombreuses voix. Plusieurs linguistes, un sociologue, un chercheur en neurosciences cognitives, un artiste, un avocat et un médecin y synthétisent leur conception des normes. Une trentaine de personnalités y questionnent par ailleurs leur propre normalité.

TOP ^

VELMEZOVA Ekaterina, KULL Kalevi, COWLEY Stephen J. (dir.), Biosemiotic Perspectives on Language and Linguistics, New York, Springer, 2015

Velmezova-2.jpg

ISBN 978-3-319-20663-9

Works composed at the intersection of linguistics and biosemiotics (interdisciplinarity). Researches about the possibility to apply linguistic methods to resolve biosemiotic problems. Contributions on little known aspects of the history of linguistics and biosemiotics.

The first international volume on the topic of biosemiotics and linguistics. It aims to establish a new relationship between linguistics and biology as based on shared semiotic foundation.

TOP ^

BERTHOUD Anne-Claude, BURGER Marcel (dir), Repenser le rôle des pratiques langagières dans la constitution des espaces sociaux contemporains, Bruxelles, De Boeck, coll. Champs linguistiques, 2014, 208 pages.

BerthoudBurger.jpg

ISBN 9782801117347

Comment et pourquoi les chercheurs en sciences du langage rencontrent-ils les acteurs des champs pratiques : les médias, l’éducation, l’économie, la santé ? Et pour quels enjeux ?

La linguistique impliquée représente dans le champ une nouvelle posture qui se donne pour objectif de répondre en partie à ce questionnement. Partant du postulat que les pratiques langagières servent tout à la fois à révéler et à construire des espaces sociaux, la linguistique impliquée considère la dynamique des espaces sociaux contemporains « en tension » souvent délicate pour les acteurs de terrain. Par exemple, comment concilier la réalité plurilingue des pratiques de l’économie en entreprise ou de la recherche scientifique tout en satisfaisant l’exigence de monolinguisme souvent imposée par le biais de la lingua franca que représente l’anglais ? Ou comment faire coïncider dans le domaine des médias un ancrage, une audience et des enjeux régionaux avec des exigences transnationales et globalisées ?

En neuf contributions, des linguistes spécialistes de l’analyse des pratiques langagières proposent un regard innovant sur le rôle du langage dans la constitution des espaces sociaux contemporains en considérant des situations institutionnelles et professionnelles variées : milieux journalistique, économique, scientifique, médical, de l’éducation ou de la formation professionnelle.

Le livre s’adresse particulièrement aux chercheurs et enseignants en sciences du langage et de la communication. Par la réflexion sur le rôle régulateur de tension des pratiques langagières, il intéressera également les formateurs professionnels.

TOP ^

BURGER Marcel (éd.), L’analyse des discours de communication publique, Cahiers de l’ILSL no 34, Lausanne, 2014, 305 pages.

Burger.jpg

Ce numéro propose une définition élargie, respectivement restreinte des discours de communication publique. Peu étudiés dans le domaine des sciences du langage et dans celui des sciences de la communication, les discours de communication publique sont essentiels pour comprendre les enjeux des sociétés contemporaines. C'est en effet dans et parle discours - c'est-à-dire la dimension langagière de la communication - que se construisent et se légitiment les institutions publiques et l'Appareil d'Etat. C'est aussi dans et par le discours que se construisent les espaces publics et se négocient les significations qui définissent le rapport à la citoyenneté d'une société.

TOP ^

JACQUIN Jérôme, Débattre. L’argumentation et l’identité au cœur d’une pratique verbale, Collection Champs linguistiques, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2014, 400 pages.

ISBN 978-2-8011-1740-8

Une plongée au coeur de la pratique du débat. Qu'est-ce qu'un débat ? Comment le différencier d'un autre type d'interaction ? Comment les acteurs d'un débat orientent-ils leurs actions pour correspondre à cette activité ?

Pratique verbale à la fois familière et fondamentale dans les sociétés démocratiques contemporaines, le débat reste paradoxalement peu connu et peu étudié en tant que tel. L’ouvrage propose de plonger au cœur de cette pratique et d’opérer ce travail à deux niveaux étroitement articulés.

À un niveau théorique, le débat pose certaines questions aux sciences du langage et à la sociologie de l’action. L’auteur s'attache à y répondre en approchant les pratiques verbales à l’articulation des perspectives textuelle (problématique de l’enchaînement des énoncés) et interactionnelle (problématique des dynamiques au travers desquelles les agents gèrent leur relation). Le caractère multimodal de ces pratiques est également considéré, qu’il s’agisse de l’articulation oral-écrit, du lien entre parole et mimo-gestualité ou encore de la répartition des participants dans l’espace.

À un niveau pratique, la spécificité du débat repose sur certains observables qu’il s’agit d’identifier et de décrire et qui permettent de distinguer le débat d’autres formes de comportement, telles que l’anecdote, la discussion ou la dispute. Par l’analyse de nombreux exemples tirés d'interactions publiques, l’ouvrage montre en quoi la pratique de l’argumentation et l’inscription langagière de certaines identités apparaissent comme les deux ressources fondamentales d’accomplissement et de reconnaissance de la pratique du débat.

BERTHOUD Anne-Claude, BURGER Marcel (dir), Repenser le rôle des pratiques langagières dans la constitution des espaces sociaux contemporains, Bruxelles, De Boeck, coll. Champs linguistiques, 2014, 208 pages.

BerthoudBurger.jpg

ISBN 9782801117347

Comment et pourquoi les chercheurs en sciences du langage rencontrent-ils les acteurs des champs pratiques : les médias, l’éducation, l’économie, la santé ? Et pour quels enjeux ?

La linguistique impliquée représente dans le champ une nouvelle posture qui se donne pour objectif de répondre en partie à ce questionnement. Partant du postulat que les pratiques langagières servent tout à la fois à révéler et à construire des espaces sociaux, la linguistique impliquée considère la dynamique des espaces sociaux contemporains « en tension » souvent délicate pour les acteurs de terrain. Par exemple, comment concilier la réalité plurilingue des pratiques de l’économie en entreprise ou de la recherche scientifique tout en satisfaisant l’exigence de monolinguisme souvent imposée par le biais de la lingua franca que représente l’anglais ? Ou comment faire coïncider dans le domaine des médias un ancrage, une audience et des enjeux régionaux avec des exigences transnationales et globalisées ?

En neuf contributions, des linguistes spécialistes de l’analyse des pratiques langagières proposent un regard innovant sur le rôle du langage dans la constitution des espaces sociaux contemporains en considérant des situations institutionnelles et professionnelles variées : milieux journalistique, économique, scientifique, médical, de l’éducation ou de la formation professionnelle.

Le livre s’adresse particulièrement aux chercheurs et enseignants en sciences du langage et de la communication. Par la réflexion sur le rôle régulateur de tension des pratiques langagières, il intéressera également les formateurs professionnels.

TOP ^

BERTHOUD Anne-Claude, GRIN François et LUDI Georges (éds), Exploring the Dynamics of Multilingualism, Amsterdam, John Benjamins, 2013, 440 pages.

ISBN 978-90-272-0056-3

This book addresses the meanings and implications of multilingualism and its uses in a context of rapid changes, in Europe and around the world. All types of organisations, including the political institutions of the European Union, universities and private-sector companies must rise to the many challenges posed by operating in a multilingual environment. This requires them, in particular, to make the best use of speakers’ very diverse linguistic repertoires.

The contributions in this volume, which stem from the DYLAN research project financed by the European Commission as part of its Sixth Framework Programme, examine at close range how these repertoires develop, how they change and how actors adapt skilfully the use of their repertoires to different objectives and conditions. These different strategies are also examined in terms of their capacity to ensure efficient and fair communication in a multilingual Europe.

Careful observation of actors’ multilingual practices reveals finely tuned communicational strategies drawing on a wide range of different languages, including national languages, minority languages and lingue franche. Understanding these practices, their meaning and their implications, helps to show in what way and under what conditions they are not merely a response to a problem, but an asset for political institutions, universities and business.

TOP ^

CASTILLO LLUCH Mónica et SAEZ RIVERA Daniel (dirs), « Paisajes lingüísticos en el mundo hispánico », Revista Internacional de Lingüística Iberoamericana (RILI), 2013/21, 212 pages.

ISSN 1579-9425-21

Sección temática: Paisajes lingüísticos en el mundo hispánico

  • Mónica Castillo Lluch/Daniel Sáez Rivera: Introducción
  • Jokin Aiestaran/Jasone Cenoz/Durk Gorter: Perspectivas del País Vasco: el paisaje lingüístico en Donostia-San Sebastián
  • Xosé Luís Regueira/Miguel López Docampo/Matthew Wellings: El paisaje lingüístico en Galicia
  • Llorenç Comajoan Colomé: El paisaje lingüístico en Cataluña: caracterización y percepciones del paisaje visual y auditivo en una avenida comercial de Barcelona
  • Adil Moustaoui Srhir: Nueva economía y dinámicas de cambio sociolingüístico en el paisaje lingüístico de Madrid: el caso del árabe
  • José Manuel Franco Rodríguez: An Alternative Reading of the Linguistic Landscape: The Case of Almería
  • Ofelia García/Ivana Espinet/Lorena Hernández: Las paredes hablan en El Barrio: Mestizo signs and semiosis

TOP ^

COLLECTIF, Groupe Anthropologie et Théâtre, Des accords équivoques. Ce qui se joue dans la représentation, Collection A contrario Campus, Lausanne, BSN Press, 2013, 272 pages.

ISBN 978-2-940516-08-7

Qu’est-ce qui se joue entre des personnes qui écrivent un même livre, entre un maître et des élèves, entre un élève et ses maîtres, entre un dispositif et une performance, entre les joueurs d’une pièce de théâtre, entre les acteurs d’une photographie ? En explorant chacune de ces questions, ce livre est tout à la fois une manière de jouer et de répondre collectivement à la question : comment s’accorde-t-on quand on joue ? Lorsque des acteurs singuliers font quelque chose ensemble, ils ne font pas tous exactement la même chose. On cherche un accord pratique : on se donne la réplique.

Les membres du Groupe Anthropologie et Théâtre qui ont participé à la rédaction de cet ouvrage : Basile Despland, Yves Érard, Christian Indermuhle, Marco Motta, Joséphine Stebler et Claude Welscher.

TOP ^

JEANNERET, Thérèse, PAHUD, Stéphanie (éds), Se vivre entre les langues. Approches discursives et didactiques de la biographie langagière, Neuchâtel, Arttesia, 2013, 188 pages.

Cet ouvrage prolonge une journée d’études consacrée à l’exploitation didactique de la biographie langagière organisée au sein de l’Ecole de français langue étrangère (EFLE) de l’Université de Lausanne en avril 2010. Il regroupe des contributions thématisant la notion de biographie langagière définie comme un discours qui engage le sujet dans une réflexion sur son apprentissage, les motifs qui l’ont amené à l’initier et à le poursuivre, les accès à langue cible qu’il s’aménage, les objectifs qu’il poursuit, les représentations du fonctionnement de la langue qu’il se construit, etc. La biographie langagière peut prendre une forme orale comme écrite, monologale ou interactionnelle.

Les thèmes de la biographie langagière portent sur l’ensemble des langues connues ou apprises. Elles entendent favoriser chez l’apprenant-e une prise de conscience de la synergie et de la complémentarité entre ses connaissances et ses savoir-faire dans ces dernières, même si dans cet ouvrage, c’est sur le français que se cristallise l’attention. Ainsi l’horizon relève-t-il bien de la construction d’un plurilinguisme au sein duquel le français n’exerce que contextuellement une place prépondérante, puisque les sujets sont en séjour (plus ou moins long) en pays francophone. La pratique réflexive engagée dans la biographie langagière relève d’un travail de conscientisation analysé avec soin par les auteur-e-s de cet ouvrage.

Vers le site de l'éditeur.

TOP ^

MAHMOUDIAN Mortéza (dir.), « La linguistique aujourd’hui. Fondements et domaines », La linguistique, vol. 49, fasc. 1, Paris, PUF, 2013, 204 pages.

Vers le site de la revue.

TOP ^

PRIKHODKINE Alexei et XANTHOS Aris (éd.), « Mélanges offerts en hommage à Remi Jolivet », Cahiers de l’ILSL, n° 36, 2013, 253 pages.

Visant à donner un aperçu de la richesse de l’horizon scientifique de Remi Jolivet, ce volume réunit les contributions de ses anciens doctorants et de linguistes avec lesquels il a collaboré à Lausanne, Niamey et Tizi-Ouzou. La plupart de ces articles s'inscrivent quelque part sur le continuum entre linguistique théorique et linguistique expérimentale. La linguistique telle que pratiquée et enseignée par Remi Jolivet est, quant à elle, tout à la fois théorique et expérimentale, chaque terme prenant son sens dans sa relation avec l'autre. C'est selon nous ce qui caractérise l'empreinte dont il a marqué la section de linguistique de l'Unil depuis sa création jusqu'à sa fusion, en 2013, avec la section d'informatique et méthodes mathématiques, pour former la nouvelle section des sciences du langage et de l'information. A l'heure où elle négocie un tournant institutionnel important, nous formons le vœu que la linguistique lausannoise sache faire perdurer l'héritage intellectuel de Remi Jolivet comme l'une de ses particularités propres.

BURGER Marcel (éd.), « ‭Identités en confrontation dans les médias », Cahiers de l'ILSL 32, 2012, 251 pages.

Ce numéro des Cahiers de l'Institut de linguistique et des sciences du langage a pour thème la construction discursive des identités dans les médias. On y centre l'attention sur les identités en conflit ou en confrontation  et plus précisément sur les stratégies mises en oeuvre pour disqualifier l'autre ou celles qui consistent pour les médias à mettre en scène et gérer le conflit. Ainsi, des contextes médiatiques favorisant la confrontation sont privilégies : des débats politique ou de société, des talk shows télévisés mais aussi des entretiens de personnalité. Les douze études de cas proposées constituent la version remaniée de travaux particulièrement aboutis d'étudiants des cursus du Master en sciences du langage et de la communication, du Master de français ainsi que du programme de spécialisation en Analyse des discours et de la communication publics.

BERTHOUD Anne-Claude, GRADOUX Xavier et STEFFEN Gabriela (éds), Plurilinguismes et construction des savoirs, Cahiers de l'ILSL n° 30, Lausanne, 2011.

Les systèmes éducatifs et en particulier l'enseignement supérieur n'échappent pas à l'internationalisation et à la mobilité croissante de leurs acteurs. Qu'il soit recherché ou accidentel, ce brassage de personnes est source d'interactions plurilingues et interculturelles.

Et c'est à la question des effets du plurilinguisme sur les processus de construction et de transmission des connaissances que les auteurs de ce cahier proposent pistes de réflexion et réponses. Celles-ci sont fondées sur l'analyse fine de situations d'enseignement variant tant par leurs formats que par les disciplines enseignées et issues de diverses universités et hautes écoles en Suisse.

Les textes émanent de l'équipe de recherche Lausanne/Genève du projet européen DYLAN, «Dynamiques des langues et gestion de la diversité» (6e Programme-cadre européen) qui vient de s'achever et qui avait pour objectif de montrer en quoi et sous quelles conditions la diversité linguistique qui prévaut en Europe constitue un atout plutôt qu'un obstacle. Cet ouvrage participe au questionnement plus général de l'équilibre à trouver entre le recours à une langue unique (lingua franca) visant l'efficacité et l'économie d'une part et un plurilinguisme encourageant la différence et la profondeur conceptuelle de l'autre.

TOP ^

«Polémiques médiatiques et journalistiques. Le discours polémique en question(s)», Marcel Burger et Ruth Amossy (dir.), Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours 31, 2011, 204 pages.

 

ISBN 978-2-84867-321-9

L’objectif de ce numéro est de repenser et de problématiser la notion de «polémique» telle qu’elle ressort aujourd’hui des pratiques journalistiques et médiatiques les plus diverses, des articles d’opinion dans la presse quotidienne et des revues savantes à l’Internet, aux modes de communication des mouvements sociaux et jusqu’aux débats filmés ou à la production des informations télévisées.

Par une réflexion ancrée dans l’analyse du discours et les théories de l’argumentation, ce sont d’abord les définitions du discours polémique qui seront interrogées à partir de corpus qui en questionnent le bien fondé et les limites dans une perspective socio‐discursive. Comment délimiter le polémique, dans quelle mesure la violence en est‐elle une dimension intégrante, la parole qui autorise la négociation des points de vue peut‐elle en faire partie, quelle est la place qu’y occupe la rationalité ? Ces questions seront examinées dans une perspective fonctionnelle à partir d’une analyse fine du corpus.

Revue en ligne: http://semen.revues.org/9050

TOP ^

BURGER Marcel, JACQUIN Jérôme, MICHELI Raphaël (dir.), La parole politique en confrontation dans les médias, coll. Culture & Communication, Bruxelles, De Boeck, 2011, 228 pages.

 

9782804163723

Comment s’opère la confrontation entre les personnalités politiques dans les médias?

En neuf contributions, des analystes du discours et des sociologues spécialistes de la communication politique proposent un regard innovant sur les formes de la polémique dans l’espace médiatique contemporain.

Cet ouvrage se situe à la croisée de plusieurs intérêts:
- décrire l’activité de confrontation en prenant appui sur l’analyse d’événements médiatiques attestés;
- témoigner de l’importance centrale du langage dans les pratiques de confrontation et de médiatisation;
- rendre compte des enjeux personnels et identitaires de la confrontation pour le personnel politique;
- définir la responsabilité des médias dans l’élaboration de dispositifs favorisant ces affrontements.

Les contributions décrivent dans le détail le travail médiatique de configuration de l’activité polémique par l’étude de genres comme le débat et le talk-show et en tenant compte de contextes culturels variés (France, Belgique, Québec et Suisse).

Le livre s’adresse tout particulièrement aux chercheurs et enseignants en sciences du langage et en sciences de la communication politique et des médias. Par la réflexion mise en œuvre sur les pratiques des médias, il intéressera également les journalistes et les animateurs professionnels.

TOP ^

PRIKHODKINE Alexei, Dynamique normative du français en usage en Suisse romande. Enquête sociolinguistique dans les cantons de Vaud, Genève et Fribourg, Espaces discursifs, Paris, L'Harmattan, 2011, 342 pages.

ISBN 978-2-296-54132-0

Ce livre, issu d’une thèse de doctorat, porte sur l’étude des attitudes linguistiques des locuteurs envers la variation géographique et apporte un regard nouveau sur la dynamique du français parlé en Suisse romande. L’approche proposée s’articule autour de deux axes de réflexion. Le premier concerne les aspects socio-cognitifs de la variabilité des attitudes linguistiques : l’auteur montre que les catégories générales (par ex., accent, façon de parler), à partir desquelles la variation a souvent été observée, suscitent de la part des locuteurs des réponses formulées sur la base d’une partie seulement des variantes linguistiques régionales, celles relevant d’un contact de langues et présentant un déficit de prestige. Sur l’autre axe est développée une réflexion sur le lien entre les procédés identitaires et la langue. Considérant ceux-là comme non exclusifs et pouvant varier d’un élément linguistique à l’autre, l’auteur vise à dépasser une conception unifiante de la variété linguistique, qui suppose que l’emploi de tous les éléments composant l’idiome local soit régi par la même norme.

Combinant les approches directe et indirecte des attitudes linguistiques, l’étude a été menée auprès d’un échantillon de 100 individus structuré par plusieurs variables indépendantes. De manière générale, les résultats indiquent que la situation sociolinguistique en Suisse romande est caractérisée par une double dynamique normative : les locuteurs tendent à légitimer tout un pan de variantes lexicales endogènes (par ex., des innovations romandes) et à déprécier celles résultant d’un contact de langues (dialectismes et germanismes), leur préférant les items du français de France. Tout en expliquant pourquoi certaines ressources linguistiques sont plus susceptibles que d’autres de servir de fondement à la variété endogène légitime, l’auteur discute les facteurs sociaux contribuant à l’autonomisation du français en Suisse romande et propose de considérer celle-ci dans le cadre d’un processus plus large touchant plusieurs langues en Europe – la déstandardisation.

TOP ^

SERIOT Patrick (éd.), Russie, linguistique et philosophie, Cahiers de l'ILSL 29, Lausanne, 2011.

 

Les sciences humaines ne sont pas forcément ce qu'on croit en "Occident" tel pourrait être la leçon de ce recueil, qui rassemble des textes de plusieurs séminaires de troisième cycle, organisés par le CRECLECO (Centre de recherches en épistémologie comparée de la linguistique d'Europe centrale et orientale) de l'Université de lausanne.

L'orientation épistémologique est la marque des auteurs: il s'agissait, dans tous les cas, non pas de décrire des faits, mais de mettre en évidence des problématiques, des modes de construction d'un objet de connaissance, bref, nous cherchions tous à mettre en place une approche métadiscursive des textes qui constituaient nos corpus et nos centres d'intérêt.

Le résultat semble à la hauteur de cet enjeu méthodologique. Linguistes et philosophes se sont cette fois mis au travail ensemble pour avancer sur le chemin tortueux de l'exploration du discours des sciences humaines en Russie. Et, comme on pouvait, en fait, s'y attendre, les dites sciences humaines en Russie ne se sont pas avérées ni aussi semblables ni aussi étrangères à ce qu'on connaît en Europe occidentale sous ce nom.

TOP ^

VELMEZOVA Ekaterina (éd.), Langue(s). Langage(s). Histoire(s), Cahiers de l'ILSL no 31, Lausanne, 2011.

Les travaux présentés dans ce recueil sont consacrés à l'histoire des idées linguistiques dans plusieurs pays (en Russie et en Tchécoslovaquie, en France et au Brésil...), à la méthodologie de l'enseignement universitaire, à la «redécouverte» des recherches des linguistes renommés (A. Meillet, S. Karcevski, V. Volochinov...).

Les auteurs de ces articles viennent de Suisse et de France, d'Estonie et du Brésil, de Russie, d'Italie et des États-Unis. Leur participation a contribué à la diversité thématique des sujets présentés dans ce volume.

Néanmoins, la thématique commune qui réunit toutes ces contributions reste toujours la même: il s'agit de l'histoire et de l'épistémologie des idées linguistiques. La diversité des sujets présentés dans ce livre reflète toute la richesse actuelle dans le domaine de l'histoire de la linguistique, partout dans le monde.

TOP ^

Recherche:
 Go
 
rss/atom
facebook instagram youtube twitter itunes 
Anthropole - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 29 78  -  Fax +41 21 692 29 05
Swiss University