Vous êtes iciUNIL > Centre en études genre LIEGE > Revue NQF > Parutions depuis 2002 > 2002 > Volume 21 No 1

Nouvelles Questions Féministes

| Sommaire | Résumés/Abstracts
 

NQF Change !

Volume 21 No 1 (juin 2002)

Coordination :

Patricia Roux, Fabienne Malbois, Françoise Messant, Marianne Modak, Gaël Pannatier, Céline Perrin, Magdalena Rosende, Marilène Vuille

 

 

Sommaire

Edito
Patricia Roux : Questions féministes : des nouvelles de Suisse

Grand Angle
Céline Perrin et Natacha Chetcuti : Au-delà des apparences. Système de genre et mises en scène des corps lesbiens
Marylène Lieber : Le sentiment d'insécurité des femmes dans l'espace public : une entrave à la citoyenneté ?
Jacqueline De Puy, Lucienne Gillioz et Véronique Ducret : Intimités piégées. La violence conjugale en Suisse
Fabienne Malbois : Les paradigmes de l'égalité/différence et du sexe/genre ou Les deux réponses du féminisme occidental à l'énigme de la "différence des sexes"

Champ libre
Christine Delphy : Une guerre pour les femmes afghanes ?

Comptes rendus
Françoise Armengaud : Comptes-rendus de Christine Delphy : "Penser le Genre"

Parcours
Entretien mené par Jules Falquet, autour de la Ve Rencontre lesbienne féministe Latino-américaine et des Caraïbes, (Rio de Janeiro, mars 1999). Lesbianisme noir au Brésil. Interview de Neusa Das Dores Pereira et Elizabeth Calvet, organisatrices de la rencontre

Collectifs
Evelyne Rochedereux : Les femmes passent à l'Attac

TOP ^

Résumés/Abstracts

Patricia Roux.
Edito. Questions féministes: des nouvelles de Suisse



L'édito propose une analyse critique de la course à l'égalité formelle qui a succédé au féminisme des années 70. Certes, des changements législatifs et institutionnels ont été obtenus, mais leur mise en oeuvre reste un enjeu de  lutte : les droits conquis ne sont pas des droits acquis. Quittant la voie de l'équité, logique méritocratique et individuelle qui structure le modèle dominant de l'" égalité ", les résistances féministes ont réinvesti le terrain de la confrontation au cours de la dernière décennie. L'édito analyse le redéploiement de ces résistances en Suisse, et, en résonance avec elles, le développement  des "Études Genre" qui sortent aujourd'hui de la clandestinité. Dans ce  contexte politique et scientifique, l'équipe de rédaction de Nouvelles Questions Féministes s'est agrandie, renforcée par une quarantaine de femmes impliquées dans la recherche et les luttes féministes en Suisse.

Céline Perrin et Natacha Chetcuti.
Au-delà des apparences. Système de genre et mises en scène des corps lesbiens


Généralement perçues par le sens commun comme "masculines ", les lesbiennes sont aussi supposées reproduire la dichotomie du féminin/masculin qui prévaut. Cet article s'intéresse aux diverses formes de présentation de soi qu'elles peuvent adopter, en proposant une lecture matérialiste du jeu fréquemment pratiqué dans le milieu lesbien avec des codes et attributs dits masculins. Loin d'y voir une identification aux hommes, les autrices analysent au contraire cet usage comme un refus de correspondre aux définitions normatives du "féminin". Néanmoins, si les lesbiennes transgressent de ce fait la norme de leur catégorie de sexe d'appartenance, leurs pratiques et représentations restent fortement tributaires du système de genre.

Marylène Lieber.
Le sentiment d'insécurité des femmes dans l'espace public : une entrave à la citoyenneté?


Cet article se propose de réfléchir à la façon dont les violences faites aux femmes - et la peur qu'elles ont de les subir - constituent une entrave à leur citoyenneté. Les femmes disent éprouver un sentiment d'insécurité important lorsqu'elles se trouvent dans l'espace public. Ce sentiment n'est pas sans conséquences sur leurs pratiques. Quand elles n'obéissent pas à un couvre-feu virtuel, elles ont recours, quelle que soit leur catégorie sociale, à des stratégies d'évitement. Il en ressort que leurs libres allées et venues et leur autonomie de mouvement sont limitées.

Jacqueline De Puy, Lucienne Gillioz et Véronique Ducret.
Intimités piégées. La violence conjugale en Suisse


Cet article présente quelques résultats de l'étude qui, pour la première fois en Suisse, a permis de chiffrer l'ampleur de la violence exercée contre les femmes au sein des couples. Après avoir livré quelques considérations théoriques et méthodologiques, les autrices exposent quelques résultats de la partie quantitative de l'étude relatifs à la prévalence du phénomène et aux situations sociales et familiales porteuses de risque. Une deuxième partie analyse les résultats de l'enquête qualitative sous deux angles. D'une part, un type de violence restée occultée dans les études sur la violence conjugale, à savoir la violence sexuelle, est mis en lumière. D'autre part, les stratégies des femmes subissant des violences sont analysées, les résultats remettant en question l'idée convenue de la passivité des victimes.

Fabienne Malbois.
Les paradigmes de l'égalité/différence et du sexe/genre. Ou les deux réponses du féminisme occidental à l'énigme de la " différence des sexes"


Cet article reconsidère le féminisme occidental à partir du paradoxe - initialement formulé par Joan W. Scott en 1998 - qui lui est consubstantiel, à savoir la nécessité d'affirmer et de refuser tout à la fois la "différence des sexes ". Pour ce faire, et tenant compte de la permanence de cette énigme, il s'attache à dégager la diversité des réponses que le féminisme lui a apportées. L'article montre que le féminisme est traversé par deux paradigmes, l'égalité/différence et le sexe/genre, qui, fonctionnant à la manière de deux conceptualisations particulières et inconciliables de la "différence des sexes ", structurent une certaine vision du réel ainsi que les limites pertinentes de l'action politique. De ces deux paradigmes, émergeant pour l'un avec les démocraties libérales, et pour l'autre avec les MLF, seul le féminisme du sexe/genre semble, pour l'autrice, constitutif du lieu à partir duquel les femmes peuvent penser l'émancipation dans leurs propres termes.

Christine Delphy. Une guerre pour les femmes afghanes?
La guerre menée par les États-Unis depuis septembre 2001 contre l'Afghanistan a été justifiée auprès des opinions publiques par plusieurs objectifs, dont la "libération des femmes afghanes.". La libération peut-elle être imposée de l'extérieur par une agression contre les personnes mêmes qu'on prétend libérer? Le motif des femmes afghanes, et le "devoir d'ingérence" évoquent de façon suspecte l'idéologie coloniale de la mission civilisatrice. Les États-Unis avaient déjà aidé les Moudjahidins, qui ont proclamé la Charia en 1992, dans leur lutte contre les gouvernements marxistes. Les mêmes qui ont violé et rançonné la population entre 1992 et 1996, aujourd'hui regroupés dans "l'Alliance du Nord", sont présentés comme des libérateurs par les médias occidentaux, alors qu'ils ne sont guère différents des Taliban. Les femmes afghanes n'ont pas beaucoup gagné au change, et la situation générale de la population, donc des femmes aussi, a empiré.

TOP ^

Recherche:
 Go
 
rss/atom
Géopolis - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 32 24
Swiss University