Vous êtes iciUNIL > Centre en études genre LIEGE > Revue NQF > Parutions depuis 2002 > 2004 > Volume 23 No 2

Nouvelles Questions Féministes

| Sommaire | Résumés/Abstracts | Communiqué de presse
 


Postcommunisme : Genre et Etats en transition

Volume 23 No 2 (juin 2004)

Coordination :

Iulia Hasdeu, Véronique Mottier, Lorena Parini
Patricia Roux, Maria Rosaria Spano

Sommaire

Edito

Iulia Hasdeu, Véronique Mottier, Lorena Parini, Patricia Roux, Maria Rosaria Spano
Restructurations patriarcales à l'Est

Grand Angle

Susan Gal, Gail Kligman
La politique de la reproduction dans les Pays d'Europe Centrale et Orientale
Enikö Magyari-Vincze
Le patriarcat d'en-haut et d'en-bas en Roumanie
Stéphane Portet
La politique de la « conciliation » entre vie professionnelle et vie familiale en Pologne. Le cas du travail à temps partiel (1970-2003)

Champ libre

Biljana Kasic
Féminisme(s) « Est-Ouest » dans une perspective postcoloniale

Parcours

Iulia Hasdeu
« En Roumanie le féminisme académique a un ascendant sur le féminisme militant ».
Entretien avec Mihaela Miroiu, fondatrice des Etudes Genre en Roumanie
Barbara Waldis
« De l'art de la rébellion »
Entretien avec Lindsey Collen, écrivaine et militante à l'île Maurice

Comptes rendus

Maria Rosaria Spano
Ethnocraties, totalitarismes et consensus patriarcal global.
Le Sexe de la nation et le nouvel ordre mondial selon Rada Ivekovic
Gaël Pannatier
Ghislaine Glasson Deschaumes et Svetlana Slapsak (Eds) : Une caravane de militantes pour la paix dans les Balkans
ENWISE
Rapport 2003. Un gaspillage de talents: la situation des femmes scientifiques dans les pays d'Europe centrale et orientale
Alina Zvinkliene
Regard pessimiste sur un avenir radieux
Magdalena Rosende
Souad : Brûlée vive

Collectifs

Zeljka Jelavic
Education féministe dans la Croatie contemporaine
Alexandra Dolezelova
Gender Studies à Prague
Irène Schmidlin
Femmes kosovares isolées. Une Association en lutte contre les renvois forcés et pour le droit d'asile en Suisse

TOP ^

Résumés/Abstracts

Susan Gal, Gail Kligman. Reproduction as politics in East Central Europe
Following the revolutions of 1989, reproductive issues have risen to the top of the political agenda in East Central Europe. In most cases this was not because of widespread dissatisfaction with earlier policies. Rather, the centrality of such "private" issues at a moment of "public" crisis contributes to the creation of new political forms. The authors present four interrelated ways in which reproductive issues and policies are changing the political landscape of East Central Europe. Public discussions about gender and reproductive issues (1) contribute to recasting the relationship between the state and its citizens; (2) serve as allegorical discussions about political legitimacy and the morality of the state; (3) reconstitute women as political actors in new ways; and (4) make and remake the nation and its boundaries.

La politique de la reproduction dans les Pays d'Europe Centrale et Orientale
À la suite des révolutions de 1989, les enjeux attachés à la reproduction ont commencé à occuper une place essentielle dans l'agenda politique de l'Europe centrale et orientale. Dans la plupart des cas, cela n'a pas été le résultat de mécontentements vis-à-vis des politiques publiques précédentes, mais plutôt du fait que l'importance de ces enjeux "privés" à un moment de crise "publique" contribue à la création de formes politiques nouvelles. Les questions et les politiques reproductives qui transforment actuellement le paysage politique de l'Europe centrale et orientale sont présentées de quatre manières interdépendantes par les autrices. Les débats publics sur le genre et les enjeux liés à la reproduction (1) contribuent à redéfinir le rapport entre l'Etat et les citoyen◊ne◊s ; (2) servent de discussions allégoriques concernant la légitimité politique et la moralité de l'Etat ; (3) reconstituent les femmes en tant qu'actrices politiques, et ceci d'une manière nouvelle ; et (4) produisent et reproduisent la nation et ses frontières.

Enikö Magyari-Vincze. Patriarchy from above and from below in Romania
This article investigates the ways in which the patriarchal gender regime is reproduced in the Romanian socialist and postsocialist context through the complicity between the state and its (female and male) citizens, but it also highlights the cracks within this fabric. Recognizing that women's position in society depends on who controls the means of economic production as well as biological reproduction, and on the ways in which this control operates, it focuses on two subject positions prescribed for and performed by women (women-as-workers and women-as-mothers). Interviews carried out between 2000 and 2001 in the city of Cluj serve to illustrate the ambiguous process of maintaining and slightly changing patriarchy from below, in addition to the description of the ways in which this happened/happens from above by means of the gendering (socialist and postsocialist) politics of production and reproduction.


Le patriarcat d'en-haut et d'en-bas en Roumanie
Dans la Roumanie socialiste et postsocialiste, le système de genre patriarcal se reproduit grâce à la complicité entre l'Etat et les citoyen◊ne◊s. L'article explore à la fois les différentes formes de ce processus et ses discontinuités. Considérant que la position sociale des femmes dépend de qui contrôle les moyens de production et de reproduction, et de la manière dont ce contrôle opère, l'article porte sur deux types de subjectivités prescrites aux et pratiquées par les femmes : les femmes-travailleuses et les femmes-mères. Des interviews menées à Cluj entre 2000 et 2001 illustrent l'ambiguïté du processus par lequel « le bas » maintient et change peu à peu le patriarcat, dans un contexte où « le haut » (sous le socialisme et le postsocialisme) développe des politiques genrées de (re)production.

Stéphane Portet. La politique de la « conciliation » entre vie professionnelle et vie familiale en Pologne. Le cas du travail à temps partiel (1970-2003)
Le marché du travail polonais se caractérise par une faible féminisation des différentes formes de flexibilité, et notamment du travail à temps partiel. Dans cet article, l'auteur vise à expliquer ce qui peut apparaître comme un paradoxe au vu de différents facteurs qui sembleraient devoir, au contraire, favoriser la diffusion de ce type de travail : une faible prise en charge collective de la petite enfance, des formes de participation des femmes à la vie professionnelle très marquées par la différence des rôles sexuels, et plus généralement des rapports sociaux de sexe encore très inégalitaires. La thèse défendue par l'auteur est que, malgré les multiples tentatives faites en ce sens depuis les années 70, le développement du travail à temps partiel bute sur une culture de la maternité foncièrement opposée à la logique de la « conciliation des rôles » qui a servi de légitimation à l'essor de cette forme d'emploi dans d'autres pays.


The politics of « reconciliation » between working life and family life in Poland. The issue of part-time work (1970-2003)
One of the characteristics of the polish labour market is the low feminisation of different forms of flexibility, in particular with regard to part-time work. This article aims to explain this feature, which seems paradoxical given different factors that should, on the contrary, favor the increase of part-time work: a low level of collective child-care facilities, highly gendered types of participation in the workplace, and more generally the very traditionalist polish gender contract. The author argues that the
culture of motherhood prevents the logic of « reconciliation of roles » which has led to the increase in women's part-time work in other countries from emerging. It thus hinders the expansion of part-time work, which suffers from a lack of legitimacy in Poland, despite numerous attempts at promoting it since the 1970's.



Biljana Kasic. « East-West » Feminism(s) through a postcolonial scope
Taking a critical feminist perspective as point of departure and reference, the author problematizes 'East-West' feminism(s) by using postcolonial discourses as potential methodological tools for analysis. In this article, she explores both feminist positioning and feminist theorizing as the subjects of postcolonial inscriptions or meanings regarding the complexity of West/East relations and divisions regarding 'cultural intimacy' amongst feminists, as well as regarding feminism/s, multiple significations, open and hidden clashes and travelling concepts (epistemological, 'touristic', etc).
Within this analytical scope, the focus is on the politics of identity and the politics of location, keeping in mind 'spatial and ideological formations' of constructions of identity divisions and gaps, of the pattern of otherness, and of different shifts within the 'East-West' and 'South-North' paradigms. A number of ethical and epistemological dilemmas are challenged through the mirroring of the cultural figure of 'East feminist' versus 'West feminist', through the process of naming, 'discovering' and acknowledgment, through a longing-oriented strategy, cooperation and ignorance as well as through discursive signals of inclusion and exclusion and (in)visibility in both feminists and feminist agendas. Special attention is drawn to the concept of gender as a distinctive metaphor of 'transition' within the global feminist body that provokes a postcolonial framework for a deeper and fresh analysis.



Féminisme(s) « Est-Ouest » dans une perspective postcoloniale
S'appuyant sur une perspective féministe critique, l'autrice problématise le(s) féminisme(s) « Est-Ouest » à l'aide d'outils d'analyse issus du postcolonialisme. Elle explore dans cet article le positionnement et les théorisations féministes, d'une part en tant que sujets d'inscriptions postcoloniales ou significations relatives à la complexité des relations et divisions Ouest/Est, en considérant « l'intimité culturelle » parmi les féministes, et d'autre part en observant le(s) féminisme(s), ses multiples significations, les divergences ouvertes ou cachées ainsi que le transfert des concepts (épistémologique, « touristique », etc).
A travers cette perspective analytique, l'attention est portée sur les politiques liées à l'identité et à la localisation, en tenant compte « des formations spatiales et idéologiques » dans la construction des divisions identitaires, de l'Autre, et des différents déplacements entre les paradigmes « Est-Ouest » et « Sud-Nord ». Plusieurs dilemmes éthiques et épistémologiques sont mis en question par l'opposition entre la figure culturelle du « féminisme de l'Est » et du « féminisme de l'Ouest ». Ils sont mis en cause par un processus de nomination, de « découverte » et de reconnaissance, par la nostalgie, la coopération et l' ignorance, par des signaux discursifs d'inclusion et d'exclusion, ainsi que par l'(in)visibilité des féministes et agendas féministes. Une attention particulière est accordée au concept de genre en tant que métaphore de « transition » au sein du féminisme global, qui nécessite un cadre conceptuel postcolonial pour une analyse approfondie et renouvelée.

Zeljka Jelavic. Feminist Education in Contemporary Croatia
The aim of this article is to analyse women's studies as a part of higher education and as a form of alternative community-oriented education, along with its relation to feminism. A short history of feminist movements in the former socialist Yugoslavia is outlined. In addition, central aspects of the work of the Centre for Women's Studies in Zagreb are presented. This project is an attempt to develop forms of education for women, based on feminist theory and practice. As a non-government project, it is part of a broader feminist NGO network in Croatia and therefore contributes to the process of democratisation of postsocialist societies such as Croatia, while also helping to redefine the notion of the political. Furthermore, the article discusses the initiative to integrate women's studies within Croatian high education.


Éducation féministe dans la Croatie contemporaine
Le but de cet article est d'analyser les Etudes Femmes comme formation universitaire et comme forme d'éducation orientée vers la construction d'une communauté alternative, liée au féminisme. L'autrice y présente une courte histoire des mouvements féministes dans l'ex-Yougoslavie, ainsi que les caractéristiques principales du travail effectué au sein du Centre d'Etudes Femmes de Zagreb. Ce Centre cherche à développer des formes d'éducation pour les femmes, basées sur la théorie et la pratique féministes. En tant que projet non-gouvernemental intégré dans un réseau féministe d'ONGs plus large, il contribue au processus de démocratisation des sociétés postsocialistes telles que la Croatie, ainsi qu'à la redéfinition du politique. Par ailleurs, l'article discute les enjeux liés à l'intégration des Etudes Femmes dans l'éducation supérieure croate.

TOP ^

Communiqué de presse

Postcommunisme: Genre et États en Transition


Le dossier présenté par ce numéro de Nouvelles Questions Féministes est centré sur la recomposition des rapports de genre opérant dans les processus de transition que connaissent les pays postcommunistes. Les articles du Grand Angle mettent ainsi en évidence que la reproduction (élevage des enfants, avortement, sexualité...) se trouve au coeur des politiques des Etats en transition. Pour Susan Gal et Gail Kligman, l'utilisation du viol comme arme de « nettoyage ethnique » durant la guerre en ex-Yougoslavie et les débats publics sur la législation en matière d'avortement et de stérilisation en Hongrie, en Allemagne réunifiée et en Pologne, sont autant d'exemples illustrant comment la reproduction sert d'instrument politique pour renouveler les activités étatiques et les identités nationales. Examinant le marché du travail polonais, Stéphane Portet constate que le contrôle par l'Etat du corps reproductif des femmes a toutefois des limites, illustrées par le fait que l'Etat ne parvient pas à imposer le travail à temps partiel aux femmes parce que cette forme d'emploi bute sur une culture de la maternité établie par le communisme et l'Eglise catholique. L'article de Enikö Magyari-Vincze explore la manière dont, en Roumanie, la position des femmes est conditionnée par le contrôle de l'Etat sur les moyens de production économique et de reproduction biologique. L'anthropologue souligne toutefois que les femmes ne sont pas toujours des réceptrices passives des politiques étatiques imposées « par le haut », elles sont aussi des sujets actives capables d'agir et de résister « depuis le bas » aux discours normatifs et aux pratiques de l'Etat.


NQF aborde également les malentendus et divergences qui marquent les échanges entre féministes de l'Est et féministes de l'Ouest. Le Champ libre de Biljana Kasic montre ainsi que d'un côté comme de l'autre de l'ancien « rideau de fer », les images mythiques de « l'Autre » ont brouillé la compréhension mutuelle. L'autrice met en évidence le caractère fallacieux de l'adhésion à des divisions simplistes telles que « Est-Ouest », y compris au sein des féministes, et la nécessité de déconstruire les stéréotypes qui y sont associés. Il n'y a pas un féminisme à l'Ouest mais des féminismes, et il en va de même à l'Est.
Un constat traverse l'ensemble du numéro: le féminisme associatif, académique et institutionnel est en pleine expansion dans les pays dits en voie de transition, et a un rôle crucial à jouer à la fois dans la dénonciation des inégalités de sexe héritées du passé, et dans la lutte contre les nouvelles formes de discrimination et de violence qui résultent des bouleversements économiques, politiques et sociaux dans ces pays.

TOP ^

Recherche:
 Go
 
rss/atom
Géopolis - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 32 24
Swiss University