Aller à: contenu | haut | bas | recherche
 
 
Vous êtes iciUNIL > Centre en études genre LIEGE > Recherche > En cours à l'Unil > Recherches par mandats

Recherches par mandats

Violences.ch

Notre groupe de recherche a pour objectifs d’actualiser et d’approfondir la connaissance et la compréhension des violences envers les femmes en Suisse, d’étendre le champ d’investigation des violences de genre à la population masculine et d’élaborer des outils de mesure contextuels permettant de rendre compte des processus et des asymétries des violences selon qu’elles sont agies/subies par des femmes ou par des hommes. Nous nous intéressons également au traitement institutionnel des violences envers les femmes et des violences de genre, que celles-ci surviennent dans une relation de couple, dans la sphère familiale, dans la sphère professionnelle ou dans l’espace public.

Nous collaborons étroitement avec l’enquête française VIRAGE (violences et rapports de genre, http://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/memos-demo/focus/enquete-virage/) qui a pour objectif d’analyser les violences qui se déroulent dans différents espaces (familial, public, professionnel), et ce dans une perspective de genre. Par le biais d’une enquête de prévalence de grande envergure, cette recherche vise plus précisément l’élaboration d’une typologie des violences permettant notamment de préciser dans quelle mesure les violences subies par les femmes et par les hommes sont similaires par leur gravité, leur contexte et leurs conséquences.

Notre équipe est composée de:

Lavinia Gianettoni, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne
Véronique Jaquier Erard, Maître-assistante, Université de Neuchâtel
Marylène Lieber, Professeure associée, Université de Genève
Marta Roca i Escoda, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne
Janine Dahinden, Professeure ordinaire, Université de Neuchâtel
Pauline Delage, Chercheure FNS Senior, Université de Lausanne
Géraldine Brown, Doctorante FNS, Université de Genève

Nos projets actuels:

- Lavinia Gianettoni, Véronique Jaquier Erard, Marylène Lieber et Marta Roca i Escoda
Enquête de prévalence des violences auprès des étudiant-e-s universitaires en Suisse romande avec l’objectif de réaliser des analyses comparatives avec l’enquête « VIRAGE Universités » conduite en France.

- Marylène Lieber, Marta Roca i Escoda, Pauline Delage et Géraldine Brown
« Emergence et reconfigurations d'un problème public. Les violences faites aux femmes en Suisse (1970-2012) », Projet FNS

Nos projets terminés:

- Véronique Jaquier Erard
« L'influence de la multivictimisation et des traumatismes récurrents sur la santé mentale des femmes, leur consommation de substance et leur recours à l'agression », Projet FNS
« Stress posttraumatique, conduites d'addiction et recours à la violence associés aux expériences de victimisation des femmes », Projet FNS 1 et Projet FNS 2

TOP ^

Catherine FUSSINGER: Intégrer le genre dans la formation médicale prégraduée: Peut-on transférer l'expérience néerlandaise sur sol suisse ?

Rédigé sur un mandat de la responsable du projet Gender Health de l'OFSP, le rapport: "Intégrer le genre dans la formation médicale prégraduée : Peut-on transférer l’expérience néerlandaise sur sol suisse ?" Lausanne : Département universitaire de médecine et de santé communautaires (Raisons de santé, 176) a fait l'objet d'une publication électronique dans la collection "Raisons de santé", attachée au Département universitaire de médecine et de santé communautaire (CHUV/UNIL).

Présentation du rapport
"Le domaine 'Gender Health-Gender Medicine' s'est constitué comme un champ académique et de politique sanitaire à partir du milieu des années 1990. C'est dans ce contexte que l'inclusion du genre dans la formation prégraduée des médecins est devenue un objet de préoccupation dans plusieurs pays occidentaux, notamment aux USA, au Canada, en Australie, en Suède, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Autriche (chapitre 1).
Rédigé sur la base d'un mandat de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), le présent rapport aborde cette question en se demandant si la recherche-action menée aux Pays-Bas entre 2002 et 2005 pourrait être transférée sur sol suisse. En effet, alors qu'à la fin des années 1990 aucune des huit écoles de médecine néerlandaises n'offrait de véritable cursus genre à ses étudiant-e-s, c'était le cas cinq plus tard au terme du projet de gender mainstreaming mené par l'équipe de la Prof. Toine Lagro-Janssen depuis l'École de médecine de la Radboud University de Nijmegen.

Après avoir décrit les principales étapes de ce projet néerlandais ainsi que certains événements ayant précédé son lancement (chapitre 2), le présent rapport offre un état des lieux de l'enseignement genre au sein de l'École de médecine de la Faculté de biologie et de médecine de l'Université de Lausanne (chapitre 3). Cette étude de cas – qui rend compte de l'organisation de la formation au niveau local – a été conçue de sorte à pouvoir servir de canevas dans le cas où un tel travail de bilan serait par la suite étendu aux quatre autres facultés de médecine helvétiques. Par la suite (chapitre 4), la place réservée au genre dans deux instruments de pilotage de la formation médicale prégraduée au niveau national en Suisse est examinée en se penchant sur le catalogue des objectifs de formation médicale au niveau prégradué (le SCLO), ainsi que sur les standards de qualité établis dans le cadre de la procédure d'accréditation des filières d'études en médecine humaine. En conclusion, les possibilités de transfert de l'expérience néerlandaise en Suisse sont passées en revue à travers une série de questions et de commentaires (chapitre 5)." 

Le lien ci-dessous permet de télécharger le rapport depuis le site de l'Institut universitaire de médecine sociale et préventive (IUMSP).

www.iumsp.ch/Publications/msp_raisons.htm

Analyse comparée de la situation professionnelle du Personnel administratif et technique d'une haute école universitaire

Responsable de recherche : Magdalena ROSENDE, sociologue

Durée : octobre 2008-décembre 2010

Mandatée par le Bureau de l’égalité des chances (BEC) de l’UNIL, la recherche porte sur le personnel administratif et technique (PAT). Cette catégorie renvoie au personnel de support dont le nombre et les compétences pointues demeurent souvent invisibles aux yeux des usagers et usagères des établissements d’enseignement supérieur. Composée d’un volet quantitatif et d’un volet qualitatif, la recherche examine la situation comparée des femmes et des hommes, appréhende les inégalités professionnelles et les enjeux sexués de la carrière professionnelle. Le volet quantitatif (enquête par questionnaire) fournit des indicateurs sexués sur cette catégorie du personnel tout en mettant en lumière l’hétérogénéité professionnelle qui la caractérise. Le volet qualitatif s’intéresse à la trajectoire professionnelle du PAT. Des entretiens semi-directifs auprès de salarié·e·s exerçant une fonction administrative et technique combinés à une analyse documentaire de documents administratifs mettent en lumière les enjeux sexués du déroulement de carrière. En s’intéressant à la situation comparée des femmes et des hommes du PAT, cette étude de cas prolonge la réflexion sur les politiques d’égalité mises en place dans les entreprises.
 

Recherche:
 Go
 
rss/atom
Géopolis - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 38 40  -  Fax +41 21 692 22 11
Swiss University