Vous êtes ici: UNIL > Centre en études genre LIEGE > Recherche > Recherches terminées > REUNIL > Présentation

Présentation de la recherche

Conception du projet

Ce projet a été conçu durant l’année 2005 par un groupe de travail du LIEGE (Laboratoire Interuniversitaire en Etudes Genre et depuis 2009 Centre en études genre LIEGE) formé des deux chercheuses responsables de la recherche, Farinaz Fassa et Sabine Kradolfer, de Gaël Pannatier (coordinatrice à ce moment-là du LIEGE, UNIL) et Florence Quinche (Département interfacultaire d’éthique, UNIL).
Financée par la Direction, le Bureau de l’Egalité des chances et la Faculté des sciences sociales et politiques de l’UNIL, cette recherche a débuté le 1er avril 2006 et s’est terminée à l’automne 2008. L’équipe qui a mené à bien ce projet était composée, outre les deux cheffes de projet, de Mme Sophie Paroz qui a remplacé Mme Yvonne Jänchen au poste de collaboratrice scientifique à 50% en novembre 2006, et de plusieurs personnes qui sont intervenues temporairement pour mener à bien un certain nombre de tâches particulière : Simon Dubois (assistant-étudiant), Jacques-Antoine Gauthier (analyses des trajectoires de vie), Jean-Pierre Müller ( soutien logistique et informatique), Carine Carvalho, Pauline Marchand et Belén Nión (retranscriptions des entretiens). 
 

Relève académique : Un doctorat pour quoi ? Entre institution et parcours.

La problématique de la relève s’inscrit dans un monde universitaire changeant (accords de Bologne), marqué par des politiques budgétaires revues à la baisse et où les ressources à disposition des universités sont principalement redirigées vers les modifications structurelles impliquées par la réorganisation des cursus d’études. Elle est actuellement abordée selon des angles fort divers, mais qui tous s’accordent à désigner deux questions comme centrales : la nécessité de mettre en place une politique transparente et unifiée de relève scientifique et celle de favoriser une meilleure représentation des femmes dans le corps professoral.
La plupart des travaux récents insistent sur les aspects institutionnels qui sont liés à la relève et à la participation des femmes dans les sphères élevées des fonctions académiques. Or, l’étude pionnière de Roux, Gobet et Lévy (1997) montre que les conditions de travail et de vie du corps intermédiaire sont des éléments déterminants pour la suite de la carrière universitaire. Elle élargit ainsi la question, mettant le doigt sur l’action des structures extra-universitaires dans le dessin des trajectoires professionnelles du corps intermédiaire des Hautes Ecoles.
Il semble donc bien que c’est dans les articulations entre institutions universitaires et parcours individuels que se trouvent les raisons de l’accession (ou non) à une carrière académique.
 

Enquête à l'Université de Lausanne

En ce qui concerne spécifiquement l’UNIL, seule une courte recherche avait été menée sur « L’accès aux fonctions académiques », il y a près de dix ans. Elle ne prenait cependant pas en compte les contraintes qu’exerce le contexte universitaire et extra-universitaire sur les personnes et sa relation avec leurs attentes. Les statistiques les plus récentes diagnostiquaient par ailleurs un problème important lié à la relève académique, mais elles ne permettaient pas de comprendre pourquoi et comment s’effectuaient les « choix » qui donnaient accès à la carrière académique et jalonnaient les trajectoires individuelles, notamment dans leurs relations avec la dimension de genre et l’origine socio-professionnelle des personnes. Puisque la façon dont les institutions universitaires dessinent ces « choix » ainsi que les différentes attentes facultaires à ce sujet avaient été peu investiguées et comme de nombreuses zones d’ombre subsistaient sur la manière dont les institutions et les personnes articulent leurs attentes mutuelles, notre recherche s’est donné pour objectif de comprendre ce qui, dans les institutions universitaires comme dans les parcours individuels des personnes de la relève à l’Université de Lausanne depuis 1990 (jeunes docteur·e·s, doctorant·e·s et assistant·e·s), jouait un rôle (facilitation ou obstacle) dans ce processus.

Pour mener à bien cette recherche, nous avons réalisé une enquête quantitative auprès de l’ensemble des personnes qui se sont inscrites en thèse à l’UNIL ou qui ont travaillé dans le corps intermédiaire depuis 1990. Une enquête qualitative basée sur 42 entretiens semi-directifs et sur l’analyse de la gestion du temps d’un groupe de personne a permis de compléter et d'affiner les résultats du questionnaire (N= 1008). Le point de vue institutionnel a été pris en compte par la réalisation d’entretiens avec des membres des sept décanats et un point de vue comparatif a été apporté par l’analyse des trajectoires des professeur·e·s nommé·e·s à l’UNIL durant cette période. L’adoption de ces différentes focales, notamment par la prise en compte des personnes qui ont quitté l’UNIL et de celles qui y sont entrées comme enseignant·e·s, permet de distinguer ce qui caractérise les trajectoires qui mènent à l’enseignement universitaire à l’UNIL et donne des informations sur les actions à entreprendre pour favoriser l’émergence de chercheur·e·s et d’enseignant·e·s formé·e·s à l’UNIL.
 

Le but de ce projet était de :

1. Identifier les parcours de la relève (assistant·e·s, doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s) dans les diverses facultés de l’Université de Lausanne (UNIL).

2. Analyser, en prenant en compte la promotion de l’égalité, les facteurs (structurels mais aussi individuels) qui rendent les trajectoires des membres de la relève propices à l’accomplissement d’une carrière universitaire, les préciser selon les domaines d’étude et isoler les moments-clé des transitions en tenant compte des spécificités disciplinaires et facultaires.

3. Documenter les changements de projets professionnels de cette population et ainsi valoriser la participation de l’UNIL à la formation des élites professionnelles.

4. Formuler des recommandations pour :
- offrir de meilleures conditions à la relève universitaire.
- mettre sur pied des structures favorisant les transitions.
- améliorer l’insertion des femmes dans la hiérarchie universitaire.
 

TOP ^


Recherche:
 dans ce site:
   
   
   
 Rechercher
Annuaires      Site map

Géopolis - CH-1015 Lausanne  - Suisse  -  Tél. +41 21 692 32 24