EN    FR  
share share      print print

Automne 2008

Lundi 10h – 12h (UNIL, Anthropole, salle 3028 )
 

Du féminin idéal à l’éclosion de la pensée féministe au
dix-huitième siècle: Jean-Jacques Rousseau - Mary Wollstonecraft
__

The feminine ideal and the birth of modern feminism in the eighteenth century : Jean-Jacques Rousseau - Mary Wollstonecraft

 

Prof. Valérie Cossy


MA - licence – spécialisation

Tout au long du dix-huitième siècle, même s’il n’est pas encore désigné comme tel, le genre (gender) est en débat : la nature exacte et les implications de la différence sexuelle intéressent la médecine, l’anthropologie naissante, la morale, la philosophie de l’entendement humain, la pédagogie, la théorie politique et la littérature. En littérature, Jean-Jacques Rousseau et Mary Wollstonecraft sont deux acteurs essentiels de ce débat complexe. Nous lirons leurs œuvres d’une part dans le contexte de l’histoire du genre au temps des Lumières par rapport au paradigme de « découverte des sexes » issu des travaux de Thomas Laqueur et, d’autre part, nous tiendrons compte de la rupture révolutionnaire et des enjeux des textes par rapport à la modernité qu’elle inaugure. Nous nous arrêterons sur le renouvellement du personnel romanesque opéré par Rousseau avec son héroïne Julie qui offre aux femmes de l’Europe entière une figure inédite d’identification. Avec Wollstonecraft, nous verrons comment une lectrice enthousiaste de Rousseau se mue en critique féministe au moment où la Révolution donne corps à des aspects de sa pensée qu’une lecture pratiquée dans les termes « universels » des Lumières avait soit occultés soit relégués au rang de mineurs. Chez l’un comme chez l’autre nous étudierons le lien entre théorie et fiction. Ce séminaire sera aussi l’occasion d’analyser l’intertexte rousseauiste dans l’œuvre de Wollstonecraft.

Throughout the eighteenth century what we now call “gender” was very much debated: the exact nature and the implications of sexual difference were of interest to medicine, anthropology, moral philosophy, theories of human understanding, pedagogical literature, political theory and literature. As far as literature is concerned, Jean-Jacque Rousseau and Mary Wollstonecraft are unavoidable actors of this complex debate. We shall read their works in the context of the history of gender as established for the eighteenth century by Thomas Laqueur and, on the other hand, in that of the French Revolution and the modernity it proposed. We shall focus on Rousseau’s heroine Julie as offering a new identifying model to countless women across Europe. With Wollstonecraft, we shall consider how an enthusiastic reader of Rousseau turns into a feminist critic of his work when the French Revolution makes real certain aspects of his ideas about gender which a reading of his work in the “universalist” terms of the Enlightenment had so far either concealed or sidelined. With each author the question of the relationship between fiction and theoretical writing will be raised. This seminar will also be the opportunity of studying Rousseau as a significant intertext in Wollstonecraft’s work.

 

 

TOP ^

Mardi 17h – 19h (UNIL, Anthropole, salle 3032 )

Poétiques comparées du traduire


Gabriele Bucchi & Olivier Knechciak



BA

Ce cours-séminaire interdisciplinaire propose de considérer la traduction littéraire dans une optique de variation discursive en appréhendant les textes et leurs traductions dans un rapport intertextuel, dialogique et heuristique. L’étude comparative de textes narratifs et poétiques et de leurs traductions en italien, français ou anglais nous permettra de montrer de quelle manière certains grands textes des cultures européennes se positionnent dans un continu poétique particulier.
L’analyse des textes se concentrera sur quelques réécritures et traductions du conte de Pyrame et Thisbé tiré des Métamorphoses d’Ovide (IV, 53-166). Une attention particulière sera prêtée aux différentes stratégies rhétoriques et stylistiques appliquées par les interprètes modernes dans la réécriture du conte ovidien, tels que Bernardo Tasso, Jean Antoine de Baïf, William Shakespeare, John Dryden et William Blake.
 

 

TOP ^

Mercredi 10h – 12h (UNIL, Anthropole, salle 3032 )

Linguistique et discours littéraire
Entrées dans la langue: souvenirs d’enfance des écrivains


Prof. Jean-Michel ADAM


MA - licence – spécialisation

«Que représente, pour celui qui fait profession d’écrire, l’objet “langue”?» (Gauvin 2004 : 8). Pour apporter une réponse à cette question, ce séminaire explorera l’imaginaire de la langue des écrivains que leurs textes autobiographiques et/ou autofictionnels manifestent. L’analyse portera essentiellement sur des textes ou des passages de textes littéraires rapportant des souvenirs d’enfance (réels ou fictionnels) d’écrivains des XXe et XXIe siècles, à propos d’épisodes particulièrement douloureux de leur entrée (ou de celle d’un de leurs personnages) dans la langue des adultes ou plus spécifiquement dans la langue de l’école, vécue comme une langue étrangère.

Ce cours sera développé en deux temps : un premier enseignement, privilégiant certains auteurs, au semestre d’automne 2008 et un second enseignement, abordant d’autres auteurs et élargissant la question de départ, au semestre de printemps 2010. Ce cours sélectionnera, pour ce semestre, quelques textes de COLETTE, Nathalie SARRAUTE, Alice RIVAZ, Annie ERNAUX, Amélie NOTHOMB, Michel LEIRIS, Albert COHEN et Patrick CHAMOISEAU.

Les textes étudiés ce semestre porteront sur les trois ou quatre premiers points suivants :
1. Entrer dans les mots des adultes (Colette & Leiris).
2. Braver un interdit parental (Sarraute & Rivaz).
3. Entrer dans la langue de l’Ecole comme langue étrangère (Ernaux & Chamoiseau).
4. Naître au langage à 2 ans et demi (Nothomb) & devenir juif à 10 ans (Cohen).
5. La littérature et la dépression (Saint-exupéry).
6. L’écrivain et les contes (Schwob & Bille).
 

TOP ^

Mercredi 17h – 19h (UNIL, Anthropole, salle 3021 )

Construire les comparables.
Epistémologie et pratique d’une comparaison « différentielle » pour l’étude des cultures européennes

 

Prof. Ute Heidmann


MA - licence - spécialisation - doctorat

Ce séminaire invite les étudiants et chercheurs à concevoir les axes qui permettent de comparer des œuvres et des phénomènes appartenant à des aires linguistiques et culturelles différentes. Une telle capacité de « construire des comparables » en tenant compte de la dissemblance des contextes est une condition essentielle pour obtenir des résultats d’analyse valables. La réflexion sur des problèmes d’ordre épistémologique nous permettra de nous interroger sur les exigences inhérentes au caractère inter- et transdisciplinaire propre à la littérature comparée et aux recherches en langues et littératures européennes comparées. Nous tenterons d’appliquer des principes épistémologiques de la comparaison aux  sujets des travaux, mémoires et thèses en cours qui recevront ainsi un encadrement méthodologique particulier.

Les étudiants qui souhaitent attester ce séminaire en littérature comparée, doivent avoir suivi auparavant ou suivre en parallèle le cours d’Introduction à l’étude comparative des littératures européennes, automne, mardi 15h-17h.
 

TOP ^

Jeudi 13h – 17h (UNIL, Anthropole, salle 3028)
4 périodes une semaine sur deux

Mythes et Genres : Oreste, parcours comparés

Maria Vamvouri

 

MA - licence - spécialisation - doctorat

Dans leurs récritures du retour d’Oreste à Argos et du meurtre de Clytemnestre, Eschyle dans L’Orestie, Jean-Paul Sartre dans Les Mouches et Yannis Ritsos dans Oreste interrogent le lien au divin, le lien au pouvoir, à la famille, à la tradition et à soi-même en mettant l’accent tantôt sur la justice, tantôt sur la liberté de l’individu, tantôt sur la contrainte. Une lecture comparative différentielle, centrée sur le régime métaphorique, centrée sur la construction et la déconstruction de l’identité dans le discours, mettra en lumière les rituels pervertis ainsi que l’éclatement de l’ordre divin, moral et politique dans ces œuvres. Cette lecture posera aussi la question de la réception d’un récit grec antique dans la France et la Grèce du XXème siècle, tourmentées par les événements historiques, meurtries par la polarisation de la scène politique. Elle donnera enfin l’occasion de réfléchir sur le rôle joué par la réécriture du mythe dans la définition du genre littéraire.
 

TOP ^

Search:
 inside this site:
   
   
 Go
 
rss/atom
share share      print print
Anthropole - bureau 3026 - CH-1015 Lausanne  - Switzerland  -  Tel. +41 21 69229 10  -  Fax +41 21 69229 15
Swiss University